» En avoir marre  » ?

    Il est vrai que c’est  » un peu  » mon cas ces derniers jours ( mais c’est assez courant n’est ce pas ? ) . Bref , je me suis demandé d’où venait cette expression …..

avoir-marre (1)

On dit aussi :  » Trop c’est trop. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase  » etc ….

  En cherchant , je fut bien  » marri  » lol  En effet, ce ne sont pas une, ni deux hypothèses que j’ai trouvées , mais une dizaine.

Par exemple , une  de ces théories  fait remonter le mot marre au mot  » marrement  », qui signifiait chagrin du 11ème  au 13ème  siècles,  » marance  » , pour affliction, faute légère entre le 12ème  et 14ème  siècles ou encore  »marrissement  », qui s’utilisait dans le sens de déplaisir  jusqu’au 16 ème siècle …

________________________

 De l’arabe andek,  » tu as eu  » ?
Il y a aussi , comme souvent ,l’éventualité d’un emprunt à l’arabe  » andek ‘ =   » tu as eu  », marra  » une fois  » , c’est-à-dire  »  ça suffit  », le mot marre a donc  plongé les lexicologues  dans un marasme de conjectures, très loin de la marrade…lol 

 Selon le lexicologue Alain Rey , le mot marre serait issu du terme d’argot mar, maré courant  au 19 ème  siècle. Il se serait  d’abord employé dans le sens de jeton, puis gage, gain, part due au 15 ème siècle.  » Avoir son mar  » , c’était donc  » avoir son compte  » ,  » avoir ce qu’il faut  ». Plutôt marrant, n’est-ce pas ?

   J‘ai lu aussi que le mot marre serait  issu de l’ancien verbe  » se marer  » qui signifiait s’ennuyer. Un terme qui semble avoir un  lien de parenté avec notre actuel verbe se marrer. C’est à lui que l’on devrait, par antiphrase ( =  emploi d’un mot, d’une phrase dans un sens contraire à la véritable signification, par ironie ou par plaisanterie.) , l’idée d’un  » amusement  », d’un  » rire sans retenue  ».

Allez , c’est bon là , j’arrête mes débilités et monte me coucher …..

 

Drapeau blanc = paix ?

   

 

    drapeau paixSymbole de  la reddition dans l’inconscient populaire, le drapeau blanc est également un symbole de paix. Si sa signification nous semble aujourd’hui évidente, cet étendard a connu une histoire originale dont certaines coïncidences l’ont amené à tenir un rôle unique et relativement important dans les relations internationales.

Des bandelettes au drapeau blanc :

  Il semblerait que la signification pacifique du drapeau blanc remonte à l’Antiquité.

 

   En effet, selon l’historien latin Tacite, l’étendard blanc serait apparu au cours de la guerre civile romaine (opposant les partisans de l’empereur Vitellius à ceux de Vespasien), en l’an 69 après J.C 

  Alors qu’il était de coutume dans le monde antique de brandir haut son bouclier pour signifier sa reddition, les légionnaires de Vitellius n’ont eu, en effet, d’autre choix que d’arborer leurs bandes molletières blanches à la face de leurs adversaires.

   Ainsi, ces soldats romains ( qui avaient abandonné leur équipement lors de leur retraite à Crémone  ) venaient de créer, sans le vouloir, un nouveau code dans le langage de la guerre.

   De cet événement fondateur, le blanc pouvait donc poursuivre sa voie sur » le chemin de la paix   » .

   Bien des siècles plus tard, le blanc ( associé à la pureté )  servait de sauf-conduit aux voyageurs du Moyen Âge qui attachaient une étoffe de cette couleur à leur habit, quand ils se rendaient en territoire étranger.

    Cependant , ce n’est véritablement qu’ à la Renaissance que l’étendard blanc est adopté , par les puissances européennes , comme un code visuel pour arrêter les combats.

   En effet, alors que la multiplication des armes à feu rendaient difficiles les sonneries de trompettes et l’appel de tambour (qui servaient usuellement à signifier l’intention de parlementer), le drapeau blanc avait pour avantage de se distinguer de la plupart des bannières (à l’exception notable de celle du roi de France), tout en étant facilement utilisable par n’importe quel belligérant (un simple linge pouvait faire l’affaire).

Un symbole devenu universel :

   Dès lors perçu comme le  » signe qu’on demande à parlementer  » (selon les termes employés dans  »Le Droit de la guerre et de la paix » publié en 1625, par Huig de Groot dit Grotius), le drapeau blanc passe progressivement du droit  » coutumier  » au droit  » conventionnel  » de la guerre ) .

    La  » chamade »  (  » chamade  » = Origine : Le mot ‘chamade’ vient du piémontais  »ciamada », qui signifiait « clameur, appel ». La chamade est un roulement de tambour ou une sonnerie de trompette qui était utilisée au cours des batailles ou des sièges pour indiquer qu’on souhaitait se rendre ou qu’on demandait une trêve pour ramasser ses morts.)  et le  »drapeau blanc  » sont décrits comme des demandes de capitulation dans le  »Traité du droit naturel » (1777) par Béat-Philippe Vicat.

   Finalement, le statut particulier de cet étendard est reconnu officiellement par la Conférence Internationale de la Paix (qui siégeait à La Haye, en 1899).

   Depuis cette date, toute personne brandissant un drapeau blanc est considérée comme étant inviolable et neutre dans la guerre qui l’afflige.

    Ce fut ne avancée importante vers la protection des civils et la résolution pacifique des conflits.

Il y a environ …..

135 ans ……….

 Instauration d’un service pour recevoir des dépêches télégraphiques par téléphone :

De 1883 à 1887, l’administration établit des réseaux téléphoniques dans 84 villes ou villages de France, mais c’est vers la fin de 1884 qu’on commença l’installation de cabines téléphoniques publiques à Paris et dans quelques villes de province.           Quatre ans plus tard, ces cabines, qui existaient dans les bureaux de postes et télégraphes et les bureaux centraux de la Société générale des Téléphones, étaient au nombre de 81, le service avait été ouvert au public le 1er janvier 1885.

   A cette époque, toute personne pouvait communiquer avec n’importe quel abonné au réseau de Paris aux conditions suivantes : les personnes non abonnées au service téléphonique de Paris payaient une taxe de 50 centimes pour cinq minutes de conversation ; le gouvernement délivrait aux abonnés de Paris, sur la présentation de leur contrat, une carte d’abonnement, dont le prix était de 40 francs par an, et qui leur permettait de communiquer dans tous les bureaux téléphoniques et bureaux de quartiers de la Société générale des Téléphones indistinctement.

Une des premières cabines téléphoniques publiques installées à Paris en 1884

Une des première cabine téléphonique  ( 1884 )

 De plus, cette Société remettait à tous ses abonnés, sur la présentation de leur contrat d’abonnement, des cartes de communication leur donnant droit de communiquer gratuitement dans tous ses bureaux de quartiers, mais dans ses bureaux seulement, chaque abonné avait droit à autant de cartes qu’il possédait d’abonnements.

 Cependant ,après neuf heures du soir, le public n’était à cette époque pas admis  à téléphoner dans les cabines de Paris. Il faudra attendre le 1er avril 1887 pour qu’un certain nombre de cabines soient mises à sa disposition après cette heure dans quelques bureaux, et notamment toute la nuit dans celui situé rue de Grenelle.

C’est en 1885 que le gouvernement s’occupa de la réception et de la transmission des dépêches télégraphiques par téléphone. Suite  à une convention passée le 15 février 1885 entre le ministre des Postes et des Télégraphes et la Société générale des Téléphones, les abonnés du réseau téléphonique de Paris purent expédier et recevoir par téléphone leurs dépêches télégraphiques. Un service téléphonique fonctionnant jour et nuit fut établi  dans le bureau télégraphique central de la rue de Grenelle.

Les télégrammes échangés dans ces conditions étaient soumis à la taxe du tarif en vigueur ; mais les abonnés qui voulaient profiter de cette mesure devaient acheter  un abonnement supplémentaire, dont le montant, fixé par le ministère, était de 50 francs par an. Le texte des dépêches adressées aux abonnés de ce service devait être précédé du mot :  » TÉLÉPHONE  » . Toute dépêche téléphonée était en même temps confirmée par écrit par le  » service ordinaire des tubes pneumatiques  ». ( Les dépêches étrangères ne pouvaient être transmises par téléphone ).

Suite à cette même convention, il fut décidé que la transmission des télégrammes par téléphone pourrait être faite dans plusieurs villes, notamment à Bordeaux et à Marseille, et que des cabines téléphoniques publiques seraient placées dans certains bureaux des postes et télégraphes de ces villes.

Bonnus :

 » prendre son pied  »

   L’expression proviendrait du partage des butins chez les malfaiteurs qui utilisaient le système anglo-saxons, le pied.. ( une unité de longueur d’environ  30 centimètres,  la longueur d’un grand pied humain d’une pointure 45 environ ) .

  Les pirates , selon cette théorie , présentaient les trésors dérobés en les étalant sous forme de petits tas d’un pied , tas où chacun prenait sa part ,  » prenait son pied  »

L’expression telle qu’on l’emploie de nos jours serait donc  une sorte  de glissement,  passant de l’argot des pirates à celui des prostituées, qui aurait créé le sens actuel, avec ses  connotations érotiques .Mais….est ce quelqu’un prendra son pied en lisant ceci ?  : Pas sur….Résultat d’images pour images pied humain

La saint- valentin ?

Saint Valentin

 La Saint-Valentin, est considérée dans de nombreux pays comme la fête des amoureux. Elle a connu un réel développement en France depuis les années 80.

Une fête traditionnelle des pays anglo-saxons

    Au XIV ème siècle, l’habitude de former un couple au hasard aurait  été prise en Angleterre. C’est la coutume du « Valentinage ». Elle consiste à associer une jeune fille à un jeune homme, les deux avaient des obligations l’un envers l’autre durant une journée. Ces deux personnes devaient s’offrir des petits cadeaux et se faire des galanteries. Cette coutume d’échange d’amitié se serait  transformée petit à petit en fête des amoureux.         Depuis le XVIII, elle s’est généralisée en Grande-Bretagne, en Amérique du Nord, avant de se répandre en Europe.

 

Une fête de purification durant la Rome antique

   Pour certains, l’origine de la Saint-Valentin remonterait à la Rome antique. A l’époque, les  » Lupercales  » se fêtaient du 13 au 15 février. C’était une fête de purification, durant laquelle un bouc était sacrifié dans une grotte pour symboliser la fertilité. C’était également le moment où les jeunes gens tiraient au sort le nom de celle qui serait leur partenaire pour le restant de l’année.

Alors pourquoi  » SAINT  » ? 

 Hommage à un martyr de l’Église catholique

    D’autres pensent que nous devons la Saint-Valentin à un martyr de l’Église catholique, « Valentinus ». C’est un moine qui avait refusé de se soumettre à l’empereur Claude II. Ce dernier avait interdit le mariage pour que les hommes puissent partir en guerre, au lieu de rester avec leurs fiancées. Mais le prêtre avait continué d’unir les amoureux, défiant l’autorité de l’empereur. Ce qui lui aurait valu l’emprisonnement, puis l’exécution, un 14 février. En 494, le pape Gélase Ier l’aurait alors considéré comme « Saint patron des amoureux » et décida de le mettre à l’honneur chaque 14 février.   

Quoiqu’il en soit : Bonne fête à tous les amoureux qui liront ces mots …..amoureux 2

                                               _____________________________________________________

Il parait que c’est la fête de ceux qui s’ aiment  (eux même ? )chat-aimants , qui aiment quelqu’un …

La fête de ceux qui sèment ? Pourquoi pas  , s’ils sèment l’Amour ? pluie-coeur

  Je délire , j’en conviens , c’est que moi , la saint Valentin , je m’en  moque ! C’est plus la fête des fleuristesfleurs et bijoutiers ! bijoutier

saint-valentin-citron-offrir-cadeau-humour-1

Naufrage…./ Survie

   D’après un quotidien des îles Salomon.Deux hommes, une femme et une petite fille ont survécu après avoir dérivé pendant 32 jours dans le sud de l’océan Pacifique,

   Les survivants ont raconté que huit personnes avec lesquelles ils s’étaient embarqués, dont un bébé, avaient péri…………..

     Toujours d’après le quotidien, le groupe avait appareillé le 22 décembre de la province de Bougainville, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans l’intention d’aller fêter Noël dans les îles Carteret, à 100 kilomètres de là.

   Mais leur petit bateau a chaviré et une partie des membres du groupe se sont noyés, a raconté l’un des survivants, Dominic Stally.

  Les autres sont parvenus à redresser l’embarcation, mais certains sont morts par la suite pendant la longue dérive dans des eaux traversées par de puissants courants océaniques.

   « Nous ne pouvons rien faire de leurs cadavres, nous avons dû les abandonner en mer », . « Un couple est mort, laissant un bébé. Je me suis occupé du bébé, mais par la suite le bébé est mort lui aussi ». aurait déclaré un survivant ….

     Pour survivre, les naufragés ont mangé des noix de coco flottant à la surface de la mer et ont collecté de l’eau de pluie.

   Selon Dominic Stally, plusieurs bateaux de pêche sont passés à proximité sans repérer les naufragés. Mais finalement les survivants ont été recueillis  au large de la Nouvelle-Calédonie après avoir dérivé pendant 32 jours sur près de 2.000 kilomètres.

   Les quatre survivants ont été débarqués  dans le port de Honiara, capitale des îles Salomon, un Etat composé d’une douzaine d’îles principales et de centaines d’îles plus petites.

Après avoir reçu un traitement de réhydratation, ils sont sortis de l’hôpital.

   Les cas de survie extraordinaire ne sont pas rares dans le Pacifique, où les îles sont souvent séparées par d’immenses étendues d’eau:

– En janvier 2014, un pêcheur salvadorien, José Alvarenga, avait échoué aux îles Marshall plus de 13 mois après s’être embarqué pour la côte occidentale du Mexique avec un camarade qui a péri dans l’aventure.

– Et un adolescent indonésien a survécu sept semaines en mer en 2018 après que sa petite embarcation de pêche soit partie à la dérive et s’est retrouvée 2.500 kilomètres plus loin au large de Guam.

Des personnes regardent des bateaux dans le port de Honiara, aux Iles Salomon, en avril 2007

Des personnes regardent des bateaux dans le port de Honiara, aux Iles Salomon

Le livre de poche ….création….

 

  Le 9 février 1953 ( environ 67 ans )  , le livre de poche était créé :

      Début 1950 ,l’éditeur Henri Filipacchi pense à adapter les techniques d’impression des  » romans de gare  » aux plus grands auteurs ….Le 9 février 1953 , le premier livre est édité :  » Koesnigsmark  »Résultat d’images pour henri filipacchide Pierre Benoit …..Il est vendu deux francs ! Au début , les  » puristes  » critiquent fortement le livre de poche , mais celui ci  entre très vite dans les  » mœurs  » avec plus d’un milliard d’exemplaires vendus depuis  sa création .Robinson livre( exemple de livre de poche )

 

 

 » Bella ciao  »

    Cette magnifique ( à mon avis ) chanson est est connue pour avoir été l’hymne des antifascistes italiens pendant la seconde guerre mondiale ,elle a été chantée par de nombreux artistes dont Yves Montand :

    Cependant , il semblerait qu’elle vienne de beaucoup plus loin : Dans les années 1920 , l’air est déjà fredonné par les  » mondines  » , saisonnières des rizières du nord de l’Italie ……  :

  :
: Et , ce ne serait pas tout ! En 2006, un ingénieur toscan aurait parait il , acheté à Paris un CD de musique yiddish du début du 20 ème siècle , sur lequel il a la surprise de retrouver  » BellaCiao  » , ou une mélodie très proche intitulée  » Koilen  » …..Cet mélodie serait donc l’ancêtre de la chanson italienne ????

_____________________________________

       Les paroles en français :

Un matin, je me suis réveillé

Ô ma belle au revoir , au revoir, au revoir

Un matin, je me suis réveillé

Et j’ai trouvé l’envahisseur

Ô ! partisan emportes-moi

Ô ma belle au revoir ,au revoir, au revoir

Ô ! Partisan emporte-moi

Je me sens prêt à mourir.

Et si je meurs en partisan

Ô ma belle au revoir (x3)

Au revoir, au revoir

Et si je meurs en partisan

Tu devras m’enterrer.

Tu devras m’enterrer là-haut sur la montagne

Ô ma belle au revoir (x3)

Ciao, ciao Au revoir, au revoir

u devras m’enterrer la haut sur la montagne

A l’ombre d’une belle fleur.

Tous les gens qui passeront

Ô ma belle au revoir (x3)

Et les gens qui passeront  :

Me diront  »quelle belle fleur

Et c’est la fleur du partisan  »

Ô ma belle au revoir (x3)

 » C’est la fleur du partisan  »

  Mort pour la liberté..

Ces chansons etc….Suite lol

   1968 :  » Say It Loud  » ( en français =  » Je suis noir et j’en suis fier , dit le bien fort  »  ) , James Brown …

   En 1968 , à Los Angeles , J.Brown enregistre cette chanson avec un chœur d’enfants …. Très vite elle est diffusée par toutes les radios . c’est la première fois qu’un texte s’attaque aussi ouvertement ( et joyeusement ) au sentiment d’infériorité des Noirs , sentiment qui vient de l’esclavage ( je présume ) . Le choc est d’autant plus grand pour les Blancs comme pour les Noirs que le chanteur n’avait jusque là interprété des  » tubes  » anodins, à la portée de tous et séduisant un large public….Bref , il n’a rien d’un  » activiste noir  » …En avril 68 , il a calmé , lors d’un concert , ses spectateurs à Boston , spectateurs qui étaient au bord de l’émeute …..Il a même été invité à la Maison – Blanche par le président Johnson la même année ….

  Mais  » Say It Loud va bouleverser sa vie : Elle lui  » amène  » de nombreux auditeurs blancs…..La chanson devient l’air de ralliement de la communauté noire qui ne veut plus  » courber l’échine  » ……

P.S : Le 4 avril 1968 , Martin Luther King est tué ….J.Brown dira  » L’Amérique a perdu son meilleur ami , et la majorité des Américains ne s’en est même pas rendu compte  »