Dranem : P.Perret d’antant ?


DRANEM :  Charles Armand Ménard dit Dranem (anacyclique), né le 23 mai 1869 rue du Château-Landon dans le 10e arrondissement de Paris, ville où il est mort le 13 octobre 1935 dans la clinique de l’Alma dans le 7e arrondissement1, est un chanteur et fantaisiste français.
Son répertoire de chansons à l’humour incongru, et souvent scabreux, a fait de lui une des vedettes les plus populaires du café-concert.

Quand ma zézette yoyotte 

Il est truc très rigolo
Qui s’appelle le yoyo
Que je sui très heureux
De jouer quand je peux
Et pour cela je suis verni
Ma femme ayant appris
Ce petit jeu charmant
Le pratique adroitement
Quand ma Zezette yoyotte
En se servant de las menotte
C’est délicieux
Je trouve ça merveilleux
Quand dans sa petite main fine
Elle attrape la bobine
Fendue en deux
Elle en fait ce qu’elle veut
Elle la quitte de la main
Puis la reprend soudain
Comme si elle tirait l’bout
D’un caoutchouc
Quand ma Zezette yoyotte
Ce petit jeu là me botte
Surtout des fois
Elle en joue avec moi
Quand dans ses petites mains fines
Elle en fait ce quelle veut
Puis la reprend soudain
Comme si elle tirait l’bout d’un cacoutchouc
Elle en joue avec moi
A deux pas besoin d’expliquer
Que c’est plus compliqué
Qu’il faut bien se méfier
De ne pas s’emmêler
Ma partenaire me dit pourtant,
Car on s’emmêle souvent
Que ce n’est pas dangereux
Que le fil fasse un n�ud !
Quand ma Zezette yoyotte
En se servant de las menotte
C’est délicieux
Je trouve ça merveilleux
Quand dans sa petite main fine
Elle attrape la bobine
Fendue en deux
Elle en fait ce qu’elle veut
Elle la quitte de la main
Puis la reprend soudain
Comme si elle tirait l’bout
D’un caoutchouc
Quand ma Zezette yoyotte
Ce petit jeu là me botte
Surtout des fois
Elle en joue avec moi
Quelque fois après plusieurs coups
Le fil étant à bout
L’appareil reste en bas
Mais elle ne s’en fait pas
Avec un geste très subtil
Pour en retremper l’fil
Elle a tellement d’doigté
Qu’il est vite remonté
Quand ma Zezette yoyotte
En se servant de las menotte
C’est délicieux
Je trouve ça merveilleux
Quand dans sa petite main fine
Elle a repris la bobine
Fendue en deux
Elle en refait c’qu’elle veut
Elle la r’quitte de la main
Puis la reprend soudain
Comme si elle tirait l’bout
D’un caoutchouc
Quand ma Zezette yoyotte
Ce petit jeu là me botte
J’voudrais passer ma vie à yoyotter !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s