Enrhumé………embrumé

Tout le monde (presque ) ,s’en moque…..Mais cette nuit,je suis fiévreux,enrhumé …..En effet ,bien qu’il fasse froid et pluvieux ,cet après midi,j’ai du sortir pour aller acheter le nécessaire  à mon alimentation ,ben oui ,il faut bien se sustenter ! Bref,j’ai discuté un peu avec le propriétaire de mon ancien magasin ,et suis rentré non sans avoir aussi acheté les cigarettes et le pain ….Le temps avait passé et s’il pleuvait à l’aller ,il gelait au retour!!!!! Après un café très chaud, j’ai avalé ce qui se dit une côte de porc?(çà en a l’aspect ,mais pas vraiment le goût!) avec quelques haricots verts et pomme de terre …..Puis,blotti sur le canapé essayant de trouver un peu de chaleur ,j’ai bien sur regardé la télé :Un bon moment=>  » Les sept mercenaires » un western comme on n’en voit plus lol .

  Tout ceci fait que,si je suis apte à taper sur ce clavier ,je ne peux me concentrer sur les différentes actions et pétitions luttant contre la censure qu »on » veut nous imposer….Demain,je verrais sérieusement.

En attendant,j’attends le sommeil

Agir …Un jour seulement un jour!

Le mouvement Let’s Do It, World! est né dans un petit pays du nord de l’Europe, l’Estonie, où 50 000 personnes — soit 4% de la population totale — se sont réunies un 03 mai 2008 pour nettoyer en cinq heures de temps 10 000 tonnes de déchets sauvages et illégaux répartis sur tout le pays.

Alors, ça vous tente ? Let’s Do It, France! Let’s Do It, World!

Pour la France

Cliquez :D >>> http://www.letsdoitfrance.org

Cliquez aussi => france@letsdoitworld.org

Let’s do it, France! équipe

Plus d’Infos ?, Écrivez à:  info@letsdoitfrance.org

Cette année, plus de 80 pays vont se mobiliser pour récurer la planète et venir à bout des déchets sauvages. Chaque pays organise une journée entre mars et septembre 2012 pour nettoyer les décharges illégales dans la nature à l’aide de milliers de volontaires et de bénévoles, de partenaires publics et privés, d’associations ou ONG.

L’opération française est prévue le 22 septembre 2012.
;)

Voir les autres pays engagées:

Cliquez  :D >>>>http://www.letsdoitworld.org

En, Un jour, Tous Ensemble, “On” Peut le Faire!!!

:) Pour la France, c’est le 22.09.12.

Alors? “ça” Vous dit?

Un pour TouT! TOUS, pour l’UNE! ;)

(.)

Cliquez encore ;) >>> http://www.terraeco.net/24-heures-pour-nettoyer-la-planete,19821.html

Marine Le Pen sur France -Inter

http://www.dailymotion.com/embed/video/xo005y
Marine Le Pen par franceinter

Entretien musclé ce matin sur France Inter alors que Marine Le Pen était l’invitée de Patrick Cohen. Marine Le Pen est sortie en colère et l’a fait savoir dans les couloirs. Elle était, du reste, suivie par une équipe de la TSR (Télévision suisse romande), d’où le fait qu’elle se soit attardée dans les couloirs de la station. Elle était tellement fâchée qu’elle a repris des mains du journaliste Thomas Legrand le livre-programme qui va bientôt paraître et qu’elle lui avait précédemment donné avant l’émission. « Rendez-le-moi ! » lui disait-elle tandis qu’il protestait pour le lire… Marine Le Pen est repartie avec l’ouvrage.

On a cependant évité le pire en échappant au face-à-face avec Sofia Aram compte tenu des précédents contentieux. La veille de l’entretien, Patrick Cohen avait pris soin d’informer l’entourage de la candidate sur la possibilité pour elle de sortir du studio avant la chronique de Sophia Aram. Néanmoins, les deux femmes se sont croisées et Marine Le Pen eut cette exclamation : « Voilà la chef des bobos ! »

Des questions « dans un Carambar »

La joute verbale, qui a provoqué un débord du temps d’antenne, a porté principalement sur la Syrie lorsque le chroniqueur Bernard Guetta a interrogé la candidate sur le fait qu’elle était à peu près la seule, avec Vladimir Poutine, à défendre le régime de Bachar el-Assad. Étonnement de Marine Le Pen : « Vous avez lu ça où, dans un Carambar ? » La caméra ne montre pas le visage de Bernard Guetta, mais on entend sa consternation. Patrick Cohen appuie la question de son confrère en citant précisément sa source : « Laissons Bachar el-Assad procéder aux réformes nécessaires, dites-vous. » Cohen s’appuie sur un entretien que Marine Le Pen a accordé à La Revue, un mensuel dirigé par François Soudan et dont elle fait la couverture. La Revue n’est pas encore paru, Patrick Cohen l’ayant eu un peu avant.

Marine Le Pen livre le fond de sa pensée à propos du régime syrien : « Je suis contre une intervention armée telle qu’elle se profile. » Bernard Guetta réagit : « Personne ne la propose. » S’ensuit tout un échange sur qui sont « les gentils » et qui sont « les méchants » en Syrie. Marine Le Pen est chatouillée sur sa proximité avec Frédéric Chatillon, un ancien responsable du GUD, dont les journalistes pointent les sympathies pro-Assad. La présidente du Front national s’en défend et explique qu’il n’est qu’un simple prestataire de services dont elle n’est pas comptable. Le mot « diffamation », lourd de menace judiciaire, est lâché à l’encontre de Patrick Cohen…

Agacée en fin d’entretien, elle conclut en délégitimant le questionnement sur la Syrie et son entourage : « Nous sommes ici à France Inter et le niveau des questions, honnêtement, que vous posez et l’intérêt que vous avez pour des choses qui sont juste dérisoires démontrent qu’effectivement vous participez de cette élite qui est complètement déconnectée de la réalité et des préoccupations des Français. » « Quand on est candidat à la présidence de la République, la politique étrangère fait partie des sujets importants », rétorque Patrick Cohen, contacté par Le Point.

Il faut le temps occcuper: (Même si celà va vous « raser » )

Deux films avec J.Villeret (formidable!) ce soir: « Effroyables Jardins »:==>

Lucien, un adolescent de quatorze ans, ne comprend pas pourquoi son père, un instituteur sérieux et respecté, se ridiculise, à ses yeux, dans un numéro de clown amateur. Un jour, André, le meilleur ami de son père, lui dévoile l’origine de cette vocation… Il lui raconte qu’à la fin de la guerre, tous deux ont commis un acte de résistance dérisoire, mais qu’ils ont été capturés par les Allemands et jetés avec deux autres compagnons d’infortune dans un « cul de basse-fosse » en attendant d’être fusillés…
A travers ce récit, Lucien va découvrir la bravoure et la fraternité que son père dissimule derrière son humilité.


Et aussi : »L’été en pente douce »  Ou Villeret joue le rôle de « Momo » un « attardé  »  là encore:Touchant!!!:

Stéphane Leheurt, surnommé « Fane » (Jean-Pierre Bacri), échange la sensuelle Lilas (Pauline Lafont), la compagne de son voisin Claude (Jean-Paul Lilienfeld), contre un lapin volé au supermarché où il travaille. Avec elle, il se rend dans son petit village natal pour enterrer sa mère. Les frères André (Guy Marchand) et Olivier Voke (Jean Bouise) lorgnent sur la maison de la défunte qui sépare leurs deux garages. Mais « Fane » décide de s’y installer avec sa compagne, dont les légères tenues d’été choquent la prude population, et son frère Maurice, dit « Mo » (Jacques Villeret), demeuré débile depuis l’explosion d’une grenade lorsqu’ils étaient gosses. Tandis que « Fane » projette d’écrire un roman policier, Lilas prend « Mo » en affection et rêve d’élever des enfants, ce que lui refuse son compagnon. André Voke tente de séduire Lilas et de l’intéresser à son projet de snack-bar, mais celle-ci prétend que « Fane » va l’épouser. Lorsqu’un gendarme (Patrick Braoudé) lui annonce avoir retrouvé sa voiture sur un bas-côté, « Fane » est contraint de solliciter Olivier. André surprend la belle couchant avec l’idiot et menace de tout révéler, mais Leheurt intervient. Lilas décidant de partir, « Fane » la rattrape et lui promet le mariage. Grâce à un prêt à la banque, les Leheurt ouvrent un café-restaurant. Mais sous l’influence d’André, la population du village boude la noce – obligeant le prêtre (Claude Chabrol) à annuler la cérémonie faute de témoins – et l’établissement. Pour sauver le bistrot, Lilas quitte « Fane » pour André. Bien que les clients commencent à affluer, « Fane » revend à André sa boutique pour quelques sous avant d’y mettre le feu et de fuir vers d’autres cieux avec son frère et sa bien-aimée…

Quelques extraits:

Qui est le plus « vert »?

Surement déjà quelque part sur mes blogs ,mais……C’est si vrai!
 Quand la vieille femme a choisi le sac en plastique
pour ses produits d’épicerie, la caissière lui a reproché
de ne pas se mettre au “vert”. La caissière dit à la femme
que la génération de la vieille femme ne comprenait tout
simplement pas le mouvement environnementaliste ; que
seuls les jeunes allaient payer pour la vieille génération
qui a gaspillé toutes les ressources!

La vieille femme s’est excusée auprès d’elle et a expliqué :
” Je suis désolée, nous n’avions pas le mouvement vert
dans mon temps.”

Alors qu’elle quittait le magasin, la mine déconfite, la
caissière en rajouta :  ”Ce sont des gens comme vous
qui ont ruiné toutes les ressources à notre dépens.
 C’est vrai, vous ne considériez absolument pas la
protection de l’environnement dans votre temps !”

Alors la vieille dame se retourna et admît qu’à l’époque,
on retournait les bouteilles de lait, les bouteilles de Coke
et de bière au magasin.  Le magasin les renvoyait à
l’usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau ;
on utilisait les mêmes bouteilles à plusieurs reprises.
À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées,
mais on ne connaissait pas le mouvement vert.

En mon temps, on montait l’escalier : on n’avait pas
d’escaliers roulants dans tous les magasins ou dans
les bureaux.  On marchait à l’épicerie aussi.  On ne
prenait pas un bolide à 300 chevaux-vapeur machine
à chaque fois qu’il fallait se déplacer de deux coins de rue.
Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement vert.
À l’époque, on lavait les couches de bébé ; on ne connaissait
pas les couches jetables.  On faisait sécher les vêtements
dehors sur une corde à linge ; pas dans un machine
énergétique avalant 220 volts.  On utilisait l’énergie
éolienne et solaire pour vraiment sécher les vêtements. 

À l’époque, on recyclait systématiquement les vêtements
qui passaient d’un frère ou d’une soeur à l’autre.
C’est vrai !  on ne connaissait pas le mouvement vert. 
À l’époque, on n’avait qu’une TV ou une radio dans la
maison; pas une télé dans chaque chambre.  Et la
télévision avait un petit écran de la taille d’une boîte
de pizza, pas un écran de la taille de l’État du Montana.

Dans la cuisine, on s’activait pour brasser les plats et
pour préparer les repas ;  on ne disposait pas de tous
ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer
sans efforts.

Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer
par la poste, on utilisait des rembourrages comme du
papier journal ou de la ouate, pas des bulles en mousse
de polystyrène ou en plastique.

À l’époque, on utilisait du “jus-de-bras” pour tondre le
gazon ; on n’avait pas de tondeuses à essence auto-propulsées.
À l’époque, on travaillait fort physiquement ; on n’avait pas
besoin d’aller dans un club de santé pour courir sur des tapis
roulants qui fonctionnent à l’électricité. Mais, vous avez
raison : on ne connaissait pas le mouvement vert.
À l’époque, on buvait de l’eau à la fontaine quand on avait
soif ; on n’utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique
à chaque fois qu’on voulait prendre de l’eau.

On remplissait les plumes fontaine au lieu d’acheter un
nouveau stylo ; on remplaçait les lames de rasoir au lieu
de jeter le rasoir tout simplement à chaque rasage.
Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement vert.

À l’époque, les gens prenaient le tramway et les enfants
prenaient leur vélo pour se rendre à l’école au lieu d’utiliser
la voiture familiale et maman comme un service de taxi
de 24 heures. On avait une prise de courant par pièce,
pas une bande multi-prises pour alimenter toute la
panoplie des accessoires électriques indispensables  aux
jeunes d’aujourd’hui.” La vieille dame avait raison : à son
époque, on ne connaissait pas le mouvement vert ;  mais
on vivait chaque jour de la vie dans le respect de l’environnement.