Avec modération….valable pour tout?

« Il faut aimer avec modération pour éviter les dommages collatéraux »

                                                                                                                                                                     Auteur?

Des hauts et des bas:

 La température extérieure est en baisse….

Le nombre d’années sur « mon compte » est en hausse !

Mon solde financier est en baisse …

L’Amour entre mon fils et moi est en hausse…

La fièvre due à mon rhume? est en baisse….

Le prix des cigarettes s’annonce à la hausse…

Mes capacités à rester éveillé sont en baisse..

Conclusion:A l’étage ,dans mon lit ,je me hausse….

Tout le monde s’en moque mais….

Je suis fatigué,fiévreux je vais donc essayer de dormir (d’ailleurs ,Fripon ne cesse de m’appeler dans l’escalier) …..Je me demande parfois  si il ne « sent » pas mes états….

En plus,j’avais oublié que Emmanuel vient manger ici demain mercredi à midi….Heureusement il reste un peu du « boeuf bourguignon »  que j’ai mangé ,après l’avoir préparé bien sur ….Bahhh,même si je trouve que la viande n’est pas très tendre ,je suis sur que Manu mangera sans faire de remarque.

Bref,je souhaite une bonne journée à vous qui ,par hasard passerez sur ce billet….A ce soir surement.

Un seul mot et…..comme l’effet « dominos »

Pourquoi cette vidéo (de qualité moyenne…) ?

Pour montrer par l’image qu’un seul mot ,un seul petit mot comme la petite « pichenette  » donnée ici au premier domino ,peut par une réaction « en chaine » provoquer quelque chose de beau (comme l’image des dominos tombés) ,un sourire ,un baiser etc….Mais un seul petit mot (voir un regard) peut aussi prvoquer bien des maux…..(des larmes,la douleur,la déception etc…) ….Il est nécessaire de faire attention aux mots…..Ils ne s’envolent pas toujours,loin de là  (qu’ils soient dits ou écrits) ….

La dictée de Prosper Mérimée

Parce que je n’ai pas encore sommeil….(Il faut bien combler le temps) ….

La dictée de Mérimée est une dictée qui a été écrite puis récitée en 1857 par Prosper Mérimée à la demande de l’impératrice Eugénie afin de distraire la cour.

Il est à noter que certaines façons d’orthographier ont  » évolué  » depuis…..

Napoléon III aurait fait soixante-quinze fautes, l’impératrice soixante-deux, Alexandre Dumas fils vingt-quatre, Octave Feuillet  dix-neuf et Metternich , ambassadeur d’ Autriche , trois.

À l’annonce des résultats, Alexandre Dumas se serait tourné vers Metternich pour lui demander : « Quand allez-vous, prince, vous présenter à l’ Académie pour nous apprendre l’orthographe ? » 

   Ce qui est intéressant,amusant ,c’est que  Metternich fut le seul « non français » à participer et c’est lui qui fit le moins de fautes!

Le texte de la dictée:

« Pour parler sans ambiguïté, ce dîner à Sainte-Adresse , près du Havre, malgré les effluves embaumés de la mer, malgré les vins de très bons crus, les cuisseaux de veau et les cuissots de chevreuil  prodigués par l’ amphitryon , fut un vrai guêpier.

Quelles que soient, et quelque exiguës qu’aient pu paraître, à côté de la somme due, les arrhes qu’étaient censés avoir données la douairière  et le marguillier , il était infâme d’en vouloir pour cela à ces fusiliers jumeaux et mal bâtis, et de leur infliger une raclée, alors qu’ils ne songeaient qu’à prendre des rafraîchissement avec leurs coreligionnaires

Quoi qu’il en soit, c’est bien à tort que la douairière, par un contresens exorbitant, s’est laissé entraîner à prendre un râteau et qu’elle s’est crue obligée de frapper l’exigeant marguillier sur son omoplate  vieillie. Deux alvéoles  furent brisés ; une dysentrie se déclara suivie d’une phtisie , et l’imbécillité du malheureux s’accrut.

— Par saint Martin ! quelle hémorragie  ! s’écria ce belître.

À cet événement , saisissant son goupillon, ridicule excédent de bagage, il la poursuivit dans l’église  tout entière. »

Pour m’endormir serein (Texte de P.Obispo)

Peu importe ce qu’on donne

Un sourire, une couronne

A quelqu’un ou bien à personne

Peu importe ce qu’on donne

Donner c’est comme recevoir

Mais sans s’en apercevoir

Comme quand on pardonne à ceux qu’on aime

Qu’on goûte à l’opium d’aimer quand même

D’aimer quand même… D’aimer quand même…

L’important c’est d’aimer, pour tout donner

L’important c’est d’y croire sans s’en apercevoir

L’important c’est toujours d’être en amour

L’important c’est donner, et ne rien demander

Peu importe ce qu’on laisse

A tous ceux qui nous délaissent

Qu’on survive ou qu’on disparaisse

Peu importe qui nous blesse

Laisser c’est comme tout vouloir

Mais sans s’en apercevoir

C’est comme une faiblesse pour ceux qu’on aime

C’est presqu’une promesse d’aimer quand même

D’aimer quand même… D’aimer quand même…

L’important c’est d’aimer, pour tout donner

L’important c’est d’y croire sans s’en apercevoir

L’important c’est toujours d’être en amour

L’important c’est donner, et ne rien demander

Peu importe ce qu’on dit

Avec des mots ou des cris

Quand c’est le coeur qui parle aussi

Peu importe ce qu’on vit

Il faut toujours le vouloir

Et bien s’en apercevoir

Comme quand on sourit à ceux qu’on aime

Qu’on goûte à l’opium d’aimer quand même

D’aimer quand même… D’aimer quand même…

L’important c’est d’aimer, pour tout donner

L’important c’est d’y croire sans s’en apercevoir

L’important c’est toujours d’être en amour

L’important c’est donner, et ne rien demander

L’important c’est d’aimer, pour tout donner

L’important c’est d’y croire sans s’en apercevoir

D’aimer quand même, comme je voudrais que l’on m’aime

Pour tout donner, à tous ceux qui eux m’ont aimé

D’aimer quand même Comme je voudrais que l’on m’aime