Comme je consomme de plus en plus d’aliments en conserve….

Je me suis demandé qui l’avait inventé cette boîte…….

Nicolas Appert:

Quand vous ouvrez une boîte de conserve, vous le devez à un génial inventeur : Nicolas Appert. 60 ans avant Louis Pasteur, cet Essonnien d’adoption a découvert les chaînes de sécurité alimentaire qui préservent la qualité bactériologique des produits. Aujourd’hui, chacun d’entre nous consomme 50 kg de ces boîtes par an.

appertNé en Champagne(pas loin de chez moi !!!!), Nicolas Appert réalise ses premières tentatives de conservation en utilisant des bouteilles de… Champagne qui présentaient l’avantage d’être très résistantes.

Raviolis, petits pois, maïs ou sardines à l’huile, autant de petites boîtes qui nous facilitent la vie au quotidien. Des aliments précieux qui ont été mis au point de manière industrielle à la fin du XVIIIe siècle au cœur même de l’Essonne. La première conserverie industrielle s’est développée, en effet, à Massy. Aujourd’hui, lorsque nous ouvrons l’un des 50 kilos de boîtes de conserves que nous consommons chaque année, nous le devons au génial inventeur essonnien, Nicolas Appert.

Neuvième enfant d’une famille d’aubergistes, il naît à Châlons-sur-Marne le 17 novembre 1749. Très tôt, il se dirige vers la profession de cuisinier-confiseur. Pour perfectionner ses techniques, il part en stage, en 1772, en Allemagne où il est embauché comme “ élève de bouche ” au service du duc Christian IV, duc du Palatinat, au château de Carlsberg.

Revenu en France durant les premiers temps de la Révolution, il se livre à ses premières expériences sur la conservation des aliments frais. Après de multiples essais, et sans les démontrer de manière scientifique, il se rend compte qu’il lui faut appliquer conjointement deux méthodes : d’une part, traiter les aliments par la chaleur et, d’autre part, les mettre à l’abri de l’air pour pouvoir les consommer ultérieurement en toute sécurité. Il va découvrir, soixante ans avant Louis Pasteur, les chaînes de sécurité alimentaire qui préservent la qualité bactériologique des produits.
Il enferme alors dans des bouteilles de champagne, le récipient de verre le plus solide à l’époque puisqu’il résiste au gaz de fermentation, des petits pois qu’il met en “ conserve ” dans des bains bouillants qui lui permettent de chasser l’air des flacons. Ceux ci sont alors solidement bouchés et testés.

Des légumes et des fruits en toute saison

Le succès vient tout de suite. Les gourmets, les boutiques de luxe et l’armée s’emparent de ces nouveautés qui permettent de profiter de cultures hors saison et d’offrir un supplément de vitamines très apprécié par les troupes. Il faut alors à Nicolas Appert trouver un domaine où il pourra implanter la première conserverie industrielle afin de donner une dimension internationale à ses produits. C’est à Massy, dans le lieu dit du  » Château d’en haut  » qu’il va développer son invention. Plus de cinquante ouvriers y travaillent durant la saison et il a déjà l’idée d’associer culture fruitière et maraîchère et lieu de production pour préserver au mieux les bienfaits de l’aliment frais. Pour commercialiser ses conserves et les exporter dans toute l’Europe, il fait appel à des boîtes de fer blanc mises au point par une usine anglaise afin de réduire l’encombrement et la fragilité des contenants.

Son succès commercial est tel que l’Etat lui octroie une prime rondelette de 12 000 francs. Mais la guerre viendra détruire l’ensemble des installations de la conserverie de Massy. Le génial inventeur, qui se double d’un humaniste, continuera pourtant à améliorer ses techniques, en mettant notamment au point l’ancêtre de notre cocotte minute. Il s’éteindra à Massy à l’âge de 91 ans