Mercredi……….banal

     Mercredi , je me suis levé tôt (relativement ) ….et ,banalité , Emmanuel est venu mon repas partagé …Au fait , il a effectivement savouré ma purée de pois cassés ….Sinon, rien de particuliers …..Bref , je suis fatigué et , comme je dois aller à la pharmacie demain , le mieux est que j’aille me coucher  maintenant .

Il serait convenable que j’aille aussi chez le coiffeur , mes cheveux n’ont pas été coupés depuis le mariage de Lise et Manu  ( le 08 septembre 2012 ) ,c’est à dire presqu’un an !….Mais çà………pffffff une corvée pour moi ….

Soyez bien  , à demain certainement…..

Mon petit compagnon apprend « à vivre  » lol

   Fripon est monté sur le rebord de l’évier , près du gaz où j’avais mis de l’eau à bouillir tout à l’heure …Et ,il à mis çà patte dans l’eau !!!! Finalement , rien de grave , mais depuis , même l’eau froide , il l’aborde avec méfiance …..Alors je me suis souvenu de l’expression :

« Chat échaudé craint l’eau froide  »

Signification
On craint jusqu’à l’apparence de ce qui fait souffrir.
Toute expérience malheureuse doit servir de leçon de prudence.

Origine :
L’image de cette expression est très facile à comprendre.
Un chat, un chien ou un hippopotame qui se serait jeté dans un récipient d’eau brûlante (gros, le récipient, pour l’hippopotame) sans savoir qu’elle l’était et l’effet que ça lui ferait, n’oserait même plus tremper une patte dans un récipient d’eau froide, pourtant bien inoffensive, craignant à nouveau de s’y brûler.

Pareillement, un humain, après avoir vécu une expérience désagréable dans un lieu précis ou à cause de quelque chose, aura une forte tendance à se méfier du lieu ou de la chose, la fois d’après (sauf s’il est un peu niais sur les bords).

Cette expression date du XIIIe siècle, sous la forme « chat échaudé craint l’eau ». Dans le « Roman de Renart » (XIIe et XIIIe), on trouve aussi « l’échaudé craint l’eau ».

Exemple :
« Je suis un mari indignement trompé et qui ne veut pas l’être une seconde fois… Chat échaudé craint l’eau froide »

Absent cette nuit……….

       Après m’être plongé dans la purée ……de pois cassés ( Pour Emmanuel demain  car il adore çà !) , je vais maintenant retourner « en enfance  » en regardant Batman à la télé , étant donnée la durée du film et le fait que Manu arrivera vers 12 h , je ne pense pas  passer sur le net cette nuit….

   P.s: Ce billet n’a pour but que de rassurer mes ami (e)s

    Bonne fin de nuit à vous , à ce soir  certainement ……….

J’essuie mon assiette mais  » je ne suis pas dans mon assiette  » lol

Pourquoi cette expression ? D’où vient elle ?

Je me le suis demandé quand j’ai été obligé d’acheter quelques nouvelles assiettes il y a quelques jours (j’en avais brisé deux en faisant la vaisselle )

En cherchant sur le Net et dans un livre , j’ai trouvé quelques explications  (valant….à vous de juger…)

L’origine de l’expression « ne pas être dans son assiette » est intéressante à plusieurs titres. Effectivement, celle ci désignant un état de santé provisoirement précaire, cette évocation de l’ustensile de cuisine, pourrait nous faire penser qu’elle a vu le jour par association avec les talents culinaires improbables de certains membres de la grande famille des cuisiniers. Que nenni ! Celle ci n’a (pratiquement) pas de rapport avec le contenu, ni même avec le contenant.
Pour bien comprendre, il faut vous imaginer au moyen âge, lorsque seigneurs et chevaliers festoyaient et ripaillaient sur de grandes tables remplies de plats aussi subtiles et raffinés que des sangliers rôtis, des moutons embrochés, des cuisses de bœuf grillées, tout cela accompagné d’une bonne petite piquette de l’époque ! Pour ajouter à la convivialité ambiante, déjà bien chauffée par les troubadours, trouvères et autres » trous du c. »., ainsi que de danseuses, la mode dégustative de l’époque prônait l’usage exclusif des mains, chacun se servant directement dans les plats. Je sens bien que l’évocation de ces mœurs festives de l’époque mettent l’estomac de certains d’entre vous à rude épreuve mais restez dans vos assiettes, la suite est moins ragoûtante.
C’est alors que la fourchette fît son apparition sur les tables, alors qu’elle n’était, jusque là, que rarement utilisée et uniquement en cuisine.     

   C’est donc à cet instrument que nous devons cette expression lorsque sa présence s’est faite de plus en plus fréquente sur les tables de festins. Cette propagation était en fait, selon les rumeurs de ces siècles obscurs, l’apanage d’une population masculine homosexuel ? qui, pour mettre un peu de finesse dans ce monde de brutes, ne souhaitait pas plonger leurs mains dans ces plats graisseux et « sauceux », et préférait donc utiliser une fourchette. Pour ajouter encore un peu plus de distinction, il faisait en sorte d’assurer un minimum de maintien, pour ne pas risquer de tâcher leurs vêtements, mais aussi pour se distinguer de leurs convives probablement complètement avachis. L’assiette (même origine que « assise ») désigna donc tout d’abord cette position, cette façon de se tenir (droit) à table. L’instrument plat pouvant contenir des aliments compléta, un peu plus tard, la panoplie de ce nouveau mode de restauration et il en pris le nom. Entre-temps, l’expression en question (« ne pas être dans son assiette » pour ceux qui ne suivraient pas) faisait déjà référence à la première utilisation de ce mot en désignant une personne souffrante (du genre pliée en 2 par une gastro) comme incapable d’assurer un maintien convenable pour se sustenter.
Ce que je trouve amusant dans cette histoire, c’est de voire que l’étude de l’évolution des mœurs humaines nous apprend souvent que les « minorités » ont été finalement les déclencheurs et les précurseurs dans des mouvements nécessaires à l’éclosion de notre belle civilisation.
Regardez les hommes politiques, ils sont minoritaires et… oui, en fait, ça c’est plutôt un contre exemple ! lol

çà va…

     Si il n’y avait pas quelques  » aléas  »  comme le fait que mon petit compagnon  » Fripon  » est malade ( il a vomi plusieurs fois ) , je suppose qu’il a mangé quelque chose dehors qui a provoqué cela ( ne serait – ce que de l’herbe polluée par des produits comme du « désherbant  » ) En fin ,là il dort….Il faut aussi omettre le fait que cette « rupture  amicale  » récente « passe mal « ….Sinon : « Tout baigne  » ……..

Au fait , d’où vient cette expression ? « Tout baigne  » dans quoi ??? , pourquoi ?
Signification :
Tout va bien, il n’y a aucun problème.
Ça se passe pour le mieux, comme attendu / convenu.

Origine
Nous sommes en juillet.

   Comme un bon nombre d’individus venus du monde entier, vous êtes allongé sur un tout petit morceau d’une plage de sable fin, en train de rôtir au soleil, pendant que vos voisins très (trop) proches essayent de vous grignoter petit à petit votre espace vital. De temps en temps, en essayant d’éviter de mettre du sable dans les yeux de tous ceux qui sont sur votre passage, tout en filant un coup de latte à l’infâme roquet qui essaye de vous mordre le mollet, vous allez piquer une tête et vous rafraîchir dans l’eau.
  Pour peu que vous aimiez réellement cette ambiance, on peut dire sans crainte de se tromper que, pour vous et à ce moment-là, tout baigne. Et ce, dans presque tous les sens du terme, que ce soit grâce à votre humeur au beau fixe, ou parce que vous êtes dégoulinant de crème solaire ou bien encore parce que vous faites trempette dans la belle bleue.

  Si vous rembobinez un peu ce qui a été dit précédemment , vous aller lire à nouveau « …parce que vous êtes dégoulinant de crème solaire… »
Eh bien vous ne croyez pas si bien lire !
 Car en vérité, je vous le dis, l’expression réelle, qui date du milieu du XXe siècle, est « ça baigne dans l’huile » (ou, plus tard, « dans le beurre » ou « dans la margarine »). Mais il y a un bon moment déjà que, dans le parler quotidien, l’huile et les autres corps gras ont été mis de côté.

Si on imagine un paquet de frites dans son huile de cuisson, par exemple, ou un estivant baignant dans sa crème solaire, on ne voit pas bien en quoi « ça baigne dans l’huile » peut être représentatif de quelque chose qui se passe pour le mieux.
Mais, en réfléchissant un peu, on comprend vite que la métaphore vient tout simplement de ces mécanismes qui nécessitent de baigner dans un lubrifiant pour fonctionner au mieux, sans gripper.
Si « ça baigne dans l’huile », c’est que ça fonctionne parfaitement et que, par extension, tout va pour le mieux.

Exemple :
« Tout baignait dans l’huile. Et puis crac, un beau matin, rien ne va plus. Les Panzers envahissent la Belgique et la Hollande. »
Fabienne Jamet – One two two

Le requin à l’aide des hommes ?

 requin-14
 

Des scientifiques australiens s’intéressent de près aux anticorps contenus dans le sang de requin puisque ceux-ci pourraient devenir une arme puissante dans la lutte contre le cancer.

C’est en prélevant des gènes de requins, puis en les modifiant en laboratoire avec des ajouts des protéines que les chercheurs de l’Université La Trobe à Melbourne ont provoqué des mutations aléatoires qui, étonnamment, imitent le fonctionnement du système immunitaire humain. En d’autres mots, les Australiens ont mis au point des anticorps capables d’un surprenant répertoire de réponses défensives.

C’est ainsi que les scientifiques ont observé que parce que les anticorps de requin sont beaucoup plus petits, plus solides chimiquement et biologiquement plus stables que les anticorps classiques, ils sont particulièrement bien adaptés pour être utilisés dans le cadre de thérapies ciblées. De là l’espoir dans la lutte contre le cancer.

Des requins sauveurs

Sommes-nous sur le point de découvrir les requins dans un nouveau rôle de sauveurs? Il se pourrait bien, puisque la technologie médicale sur laquelle travaillent les chercheurs australiens offre des perspectives prometteuses pour de nouveaux et de meilleurs traitements non seulement contre le cancer, mais également contre le paludisme et l’arthrite rhumatoïde.

Les spécialistes en biologie moléculaire, Mick Foley et Stewart Nuttall de La Trobe, ont déjà présenté leur technologie au Bio-2008 Innovation Corridor à San Diego, en Californie en juin dernier.

L’objectif pour les chercheurs est maintenant d’arriver à faire des anticorps requin, des agents pouvant être utilisés concrètement en thérapie.

Le potentiel thérapeutique des anticorps requin intéresse bien plus que les chercheurs de Melbourne puisque des entreprises de biotechnologies effectuent actuellement des recherches sur ces anticorps, dont Haptogen, une société de biotechnologie écossaise récemment acquise par Wyeth, une grande société pharmaceutique.

Quelques petits mots……..

Encore une journée banale pour finir la semaine….

Après une longue nuit bien reposante je m’éveillais (logique ?) vers 16 heures ! Et là : Petite panique , pas le temps de chercher  mon petit compagnon ( je ne le voyais ni à l’étage , ni en bas ) ……Juste le temps de faire un « brin de toilette » et boire le café indispensable avant de sortir pour acheter comme d’habitude  , pain et surtout cigarettes ….

   Une fois dans la rue , je constatais que le temps était toujours aussi clément que les autres jours , mais « agrémenté  » d’un vent assez  puissant …

Où veut il  en venir vous direz vous….(Ce qui est « normal  » ) ….Alors :

Comme je disais , il y avait pas mal de vent et le vent dans mes cheveux longs ce n’est pas « coton  » : ils tombent sur mes yeux , se dressent sur mon crâne , bref  ils me rappellent que je dois aller chez le coiffeur (ce dont j’ai horreur ) ….Donc , j’entrais dans le bureau de tabac  » les cheveux dans le vent  » …..La dame m’accueillit cependant avec un sourire charmant…..Elle me servit mes 3 paquets habituels du week-end …en disant que le temps était bizarre  : Chaleur agréable , mais ce vent pfff énervant….Histoire de ne pas paraitre plus mufle que je le suis , je lui dis que je devais aller bientôt chez le coiffeur car le vent et le cheveux longs ne font pas « bon ménage » ….c’est alors qu’elle me dit ces quelques petits mots  « réjouissants  » :  « Mais vous avez le temps , je vous trouve bien moi avec les cheveux longs » …..

Comme quoi quelques mots suffisent pour que je me sente « bien dans ma peau  »  , sois encouragé à rester tel que je suis ……

Il en est de même ici , sur les blogs : Qu’ils soient « positifs » ou « négatifs  » , tous les commentaires  m’aident à  » me retrouver  »

Un peu fatigué…………

      Oui ,je suis un peu fatigué , mais  » çà gaze » lol  …..En effet , comme prévu , Emmanuel  ( enencore LUI ! ,si je vous rase et bien..?)….Il est donc passé me prendre pour aller faire les achats prévus le plus important étant un « cubi  » de gaz gaz toujours en quete de nouveaux succes antargaz vient de sortir …..Nous sommes allés au super-marché du village ,comme je disais , la priorité sur ma liste de courses était le gaz , mais une fois dans le magasin , je me suis laisser prendre au jeu : J’ai acheté beaucoup plus que prévu et , malgré les conseils de mon fils , toujours attentif au prix du même produit de deux marques différentes ..Du genre : » prends çà , c’est la même chose , mais si tu compares les prix « au kg » tu y gagnes  » Enfin ,j’ai acheté et dépensé beaucoup , mais j’ai de quoi manger (et Fripon aussi ) pour un bon moment …Sinon ,ce fut une journée banale :Un temps magnifique chaud et ensoleillé …..

La sortie avec Manu m’ayant exempté de promenade , après avoir rangé les courses , j’ai mangé  et me suis affalé dans le canapé devant la télé  : Deux films avec C.Eastwood   ; un vieux western 

« le bon, la brute et le truand  » et  » L’inspecteur ne renonce jamais  » ( aussi vieux ) …

J’ai aussi regardé une émission sur un sujet  » épineux  » : L’euthanasie . Si un bébé nait avec un handicap grave ,très grave doit on le laisser « vivre  » comme un légume ou lui donner la mort ….Dans ce dernier cas , qui devrait décider : Les parents ou les médecins /chirurgiens ?

Une amie

Elle était mon amie

Elle se nomme Marie…..

Habite loin d’ici ..

Le Net. nous a « unis  »

le téléphone aussi.

Tous les jours et les nuits..

Nous nous sommes tout dit.

 

Elle vint ici aussi

Puis , petit à petit,

Elle « envahit » ma vie ………

Elle prit mon coeur aussi.

 

Puis, c’est parfois ainsi:     

Nos corps s’unirent aussi..

 » Amis ,amants ? » Et oui !

L’Amour, à la fin , nous prit..

 

C’était bien ,c’était beau…

Mais: Ombre au tableau…

Elle vit avec son ami..

Qui n’est pas son « mari « ………….

 

Mais qui l’aime aussi.

De ce fait , c’est  » moins beau  » :

Des deux ,un est « de trop »

Même si elle a un coeur  » gros »

 

Elle était mon amie..

Elle se nomme Marie.

Nous nous sommes aimés…

Nul ne peut en douter..

 

Amour et amitié

Sont souvent très liés

Faire souffrir ;je ne sais !

Car,j’ai souffert assez……

 

Elle était mon amie…..

Elle se nomme Marie.

Est elle heureuse aujourd’hui?

Je souhaite que « oui » …….

 

Ces mots « rimaillants  » ne sont que fiction , vous l’aurez compris……………

Elle se nomme Marie…….

 

 

 

 

Ah si j’étais riche !

21 août 2013 - Quelque 10.000 dollars tombés du ciel - 1 (© Image Source Rex Features)
Précédent1 de 52Suivant

Aux Etats-Unis, dans la commune de Lewes, 10.000 dollars, en petites coupures, sont tombés du ciel.

Cette scène incroyable s’est produite le 17 août dernier, pour le plus grand bonheur des 3.000 habitants de cette ville. Un homme décédé un an auparavant avait demandé, expressément, dans son testament, que la somme soit distribuée par hélicoptère.

Pour éviter des scènes d’émeutes, les autorités n’avaient pas prévenu les habitants du lâcher. Un dispositif, pour assurer la sécurité, avait en revanche été planifié. Malgré tout, deux personnes ont été légèrement blessées en tentant d’attraper l’argent.

Interrogée par une chaîne de télévision locale, Kara Miel, propriétaire d’un bar irlandais, a déclaré : «Personne ne savait ce qui se passait. Une fois que tout le monde s’est aperçu que c’était de l’argent, tout le monde s’est mis à crier que des billets pleuvaient du ciel. Tous les clients se sont rués à l’extérieur».

L’identité du généreux donateur est restée secrète