La cigarette electronique .Très peu pour moi !

  2 exemples :

La poche d’un homme prend feu après l’explosion de sa cigarette électronique

cigarette électronique

   Josh Hamilton faisait la queue à la caisse d’une station-service dans l’État du Kentucky, lorsque sa poche a soudainement pris feu. En cause, sa cigarette électronique, qui a subitement explosé. Paniqué, l’homme s’est précipité à l’extérieur pour tenter de maîtriser l’incendie, comme le relate la presse locale.

Brûlé au troisième degré

Un employé de la station-service s’est servi d’un extincteur pour éteindre les flammes. « Je pensais qu’il avait une bombe dans ses poches », a déclaré un autre employé, selon le site canadien TVA Nouvelles.

Josh Hamilton a relaté l’accident sur Facebook. « J’ai la jambe brûlée au troisième degré. La batterie de ma cigarette électronique a explosé et pris feu à l’intérieur de ma poche ! Aïe aïe aïe », a écrit l’homme, rapporte Mashable.

Plusieurs accidents de cigarettes électroniques se sont produits en France comme à l’étranger et semblent se multiplier:

 Encore plus grave !:

Conclusion : Je m’en tiens à ma vieille Gitane Résultat de recherche d'images pour "illustrations paquets cigarettes gitanes" ; mourrons , mais de mort lente

Encore une mercredi banal……….

Visite de Emmanuel oblige , je me suis extirpé de sous la couette un peu plus tôt que d’habitude . Je lui avais préparée une purée de pois cassés d’une côte de porc agrémentée ……( il aime çà et Lise ne sait pas le cuisiner  ) ….Nous avons parlé de choses et d’autres ( en évitant les sujets qui avaient amené la petite brouille récente ) …..

    Entre autre , nous avons discuté de l’anecdote de l’alarme dans le super-marché ( je ne sais plus si je l’ai , ici narrée ?) : Quand nous sommes allés dans un super-marché faire quelques achats nécessaires à ma survie , un incident s’est produit : Arrivés à la caisse , j’ai réglé mes achats et….passant le niveau des caisses , une sonnerie ( sirène )? retentit  ( comme lors d’une alerte incendie ) …..En fait , c’était moi qui en était la cause !!!!!! ( Comme quand un voleur passe un objet sans payer ) ……Devant notre air surpris, effaré ; la caissière  nous rassura…En fait , c’était bien moi la cause de ce remue-ménage ….La dame me demanda de lui montrer l’intérieur de mon blouson et nous montra que la cause de la  » sirène /alerte   » était l’étiquette à l’intérieur du col de mon vêtement ??? charcoal Superdry Caban Super CommodityEn effet , il y a une petite étiquette donnant la taille , la composition etc…. mais aussi une autre qui elle sert  » d’anti-vol  » !  La caissière , charmante au demeurant , stoppa les vigiles accourant et m’expliqua la cause de ce  » branle-bas  » lol  .Elle me conseilla de couper ce petit morceau de tissu en rentrant, ce que je fis bien évidemment.

Sinon , rien de particulier ce jour . Un appel du père , appel sans intérêt …Une brève sortie sous la pluie froide pour acheter mes cigarettes ( toujours pas les nouvelles  » T’ché  » ) . Avant la fin de la semaine , je passerais à la mairie pour voir si ma carte d’identité est arrivée ……Là , il serait raisonnable que je me couche…..

Pourquoi écrire..

M’est venu en écoutant  Brassens  » Chanson pour l’Auvergnat » ??

J’ne fais pas fait mes billets pour rien,
ils ont un but je le sais bien,
c’est de vous parler de ma vie,
des moments nuls ou bien bénis.
de dénoncer les injustices
qui parfois me (vous? )mettent au supplice,
de rendre hommage aux gens de valeur,
en bref c’est de vous ouvrir mon cœur.

on peut être sans opinion
ou au contraire monter au front,
chacun de nous a ses idées
sur le présent ou le passé.

chaque jour les médias nous informent
sur des sujets qui nous transforment
tantôt en des personnes pacifistes
ou bien qui nous rendent agressifs.

tout est matière à caution,
les crimes,les viols à profusion,
ajoutez y la pédophilie,
nous vivons dans un monde pourri.

tout pousse à l’agressivité
et rien ne nous est épargné,
on nous harcèle jusqu’au travail
et c’est l’enfer dans nos entrailles.
il faut pousser jusqu’à l’effort
et même bien au delà encore,
si la mécanique tombe en panne
ne reste pour vous que les annales.

heureusement que des gens de cœur
nous remontent le moral par ailleurs
mais ils sont en minorité,
chacun y va de sa cruauté,
on te méprise,on t’assassine
par des paroles qui te détruisent
et le manque de confiance en soi
pour certains submerge quelquefois.
et au jour du jugement dernier
y aura t il égalité,
bons ou mauvais irons nous
tous au paradis? Bien sur j’en doute.

on peut être sans opinion
ou le contraire monter au front,
chacun de nous a ses idées
sur le présent ou le passé.
mais si ça s’avérait le cas
ça voudrait dire qu’ici bas
la justice sans équité dominera l’éternité.

Un sourire ?

Bien sur , çà ne date pas d’hier , mais je ne m’en lasse pas….

Qui était ce Monsieur ?

 
 
Découvrez la biographie de Pierre REPP
 
Acteur, Artiste et Comique (Francais)
Né le 05 novembre 1909
Décédé le 01 novembre 1986 (à l’âge de 76 ans)

Pierre Bouclet, dit Pierre Repp, né le 5 novembre 1909 à Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais) et mort le 1er novembre 1986 au Plessis-Trévise (Val-de-Marne), est un humoriste et acteur français.

Pierre Alphonse Léon Frédéric Bouclet naîtà Saint-Pol-sur-Ternoise le 5 novembre 1909.

Il se marie avec Ferdinande Alice Andrée Bouclet le 14 août 1930 à Lille.

  Célèbre pour son talent de bafouilleur, unique en son genre, Pierre Repp s’est produit au théâtre, à la télévision, mais surtout au music-hall et dans les cabarets, à Paris et en tournée. Il n’avait pas son pareil pour buter sur les mots, en proposer d’autres, aligner des contrepèteries hilarantes parce que toujours surprenantes, le tout avec un sens consommé du gag. Son sketch « Les crêpes » est resté dans la mémoire populaire.

Pierre Repp a tenus plusieurs troisièmes rôles dans près d’une quarantaine de films. Il faisait aussi partie de la Société des Rosati.

Il meurt le 1er novembre 1986 au Plessis-Trévise (Val-de-Marne). Il est inhumé dans le nouveau cimetière de Vincennes à Fontenay-sous-Bois.

 

Sur que Fripon agirait de même….

Cet homme de 34 ans aurait pu être intoxiqué au monoxyde de carbone si son chaton ne l’avait pas réveillé.   Emmanuel Boistol peut dire merci à Pussy. Cet habitant d’Ottange (Moselle) a été sauvé, dimanche 21 février, par son petit chat .

Alors qu’il revient d’une soirée qui s’est terminée à l’aube, cet ancien pompier de 34 ans est pris d’une fringale. Mais plutôt que de prendre un bol de céréales, il préfère allumer le barbecue électrique installé dans le salon et se préparer des saucisses grillées. Problème : le temps de la cuisson, l’homme s’endort sur son canapé.

« La pièce était noire de fumée »

Heureusement, son ange gardien à quatre pattes veillait. Le chaton de 6 mois s’est mis à lui donner des coups de pattes sur le visage pour le réveiller. « Le chat m’a carrément secoué. Il me donnait des coups au visage, sur les joues, mais sans les griffes, comme quand il veut jouer sans faire mal. Premier réflexe, je le balaye, j’étais encore dans le coaltar. Quand j’ai ouvert les yeux, je ne voyais plus rien, j’étais comme dans un brouillard très épais. La pièce était noire de fumée et des flammes sortaient du barbecue », raconte Emmanuel au Républicain Lorrain.

Une fois arrivés, les pompiers sont formels : Emmanuel a frôlé l’intoxication au monoxyde de carbone. « Là, c’est clair, sans le chat, j’y restais », confie-t-il. Ce père de famille mesure la chance qu’il a eue. La soirée aurait pu virer au drame : ayant prévu de sortir, il avait fait garder son fils par ses grands-parents cette nuit là.

Le vent m’emporte vers mon lit….alors..

Les paroles :

Je n’ ai pas peur de la route
Faudra voir, faut qu’on y goûte
Des méandres au creux des reins
Et tout ira bien (là)
Le vent nous portera
Ton message à la Grande Ourse
Et la trajectoire de la course
Un instantané de velours
Même s’il ne sert à rien (va)
Le vent l’emportera
Tout disparaîtra mais                       ( tout a disparu pour moi déjà ! )
Le vent nous portera


La caresse et la mitraille
et Cette plaie qui nous tiraille
Le palais des autres jours
D’hier et demain
Le vent les portera
Génétique en bandoulière
Des chromosomes dans l’atmosphère
Des taxis pour les galaxies
Et mon tapis volant dis ?
Le vent l’emportera
Tout disparaîtra mais
Le vent nous portera
Ce parfum de nos années mortes
Ce qui peut frapper à ta porte
Infinité de destins
On en pose un et qu’est-ce qu’on en retient ?
Le vent l’emportera
Pendant que la marée monte
et Que chacun refait ses comptes
J’emmène au creux de mon ombre
Des poussières de toi
Le vent les portera
Tout disparaîtra mais
Le vent nous portera

Nouvelles clops suite

 Il était asthmatique : Un comble pour donner son nom à une marque de cigarettes

ERNESTO GUEVARA – Le CHE 

On a tendance à oublier que l’un des grands protagonistes de la révolution cubaine était argentin. Issu de la classe moyenne, Ernesto Guevara grandit à Buenos Aires, mais souffrant d’asthme, ses parents décident pour sa santé de s’installer dans la petite ville d’Alta Gracia, réputée pour son climat bénéfique.
   D’une intelligence peu ordinaire, il obtint en 1953 son doctorat de médecine, à l’âge de 25 ans. Grand voyageur, il parcourut toute l’ Amérique latine, prenant conscience de la pauvreté et de l’injustice sociale qui régnaient. Délaissant une prometteuse carrière de médecin, il décida en 1954, de s’unir au mouvement cubain conduit par Fidel Castro, persuadé que la révolution était la seule façon de rétablir les droits des peuples latins. Le dictateur Fulgencio Batista déchu, le Che fut nommé ministre de l’industrie à Cuba, rôle qu’il tint de 1961 à 1965. Mais bientôt il refusa de s’allier au communisme orthodoxe et partit continuer la révolution. Il se rendit au Congo, puis en Argentine, essayant de déstabiliser les gouvernements.
En Bolivie, il prit la tête des paysans et des mineurs, luttant contre les militaires au pouvoir. Traqué, il fut finalement abattu en 1967. Sa courte et bouleversante vie a donné naissance à la légende du Che, dont les idéaux sont encore bien vivants aujourd’hui.

Samedi…çà m’dit rien….

  Si ce n’est le fait que la température a un peu remonté aujourd’hui , ce fut une journée banale : La routine …..frôlant le ras le bol …Envie de rien…

Un petit  » truc  »  : Quand je suis passé acheter ma dose de nicotine pour le week-end , le buraliste  m’a accueilli par  un  » j’ai quelque chose de nouveau qui va vous intéresser  »  ????

Ce quelque chose , c’est une nouvelle cigarette brune  : La  » Ché  » ( le Ché Guevarra  ) ….Comment savait il que çà m’interpellerait en effet ? Mon  » look  » ? Enfin , le prix = celui des clops que je fume alors…..J’essaierais en effet ……

Il y a aussi le fait ( déjà écrit ??? ) qu’il ne me reste que de quoi me droguer , suivre mon traitement  pour une journée => Aller à la pharmacie en urgence lundi !

 P.S :Fripon est comme moi : N’est pas sorti , réclame des câlins sans cesse …..