Les  » hooligan  » ?

D’où vient le mot hooligan ?

La première mention du terme en français :

 » Les hooligans sont ces jeunes voyous que rien n’arrête et qui sont encore, dans plusieurs districts, la terreur des citoyens paisibles  », explique Clemenceau en 1900, dans son journal L’Aurore.  Rien à voir avec le foot, le mot étant tiré de l’anglais, langue dans laquelle il désigne un voyou.

    Et si la Russie était le berceau du hooliganisme ? Le Larousse indique qu’en Union soviétique  » khouligan » désignait une personne jugée coupable de comportements asociaux et d’hostilité au régime.

Pour aller plus loin :

   Fresque illustrant arène /combats gladiateurs  : pompei arène

   La violence qui peut se déchaîner dans les matchs de football est une crainte ancienne. Il y a près de 2 000 ans, à Pompéi, un spectacle de gladiateurs gladiateursdégénère en rixe meurtrière entre les supporters de deux cités rivales.

   Pompéi  en ce soir de l’an 59, l’ambiance est électrique. Des cris troublent la quiétude de la place de l’amphithéâtre, bordée de peupliers. Une foule reflue des escaliers de l’édifice. Des hommes courent, isolés. Originaires de Nucérie, la cité voisine, ils sont en danger. Si les locaux les attrapent, ils seront roués de coups. La haine que leur vouent les Pompéiens explose à l’occasion d’un spectacle de gladiateurs donné par un ancien sénateur, Livineius Regulus. Les poursuivants sortent des armes. C’est un traquenard qui fera des centaines de blessés et de nombreux morts.

   Des hooligans à Pompéi,  n’est ce pas un peu anachronique ?

   Les éléments de cette violente soirée sont parvenus jusqu’à nous grâce au livre XIV des Annales de l’historien Tacite (58-120) et à une fresque  ( voir  » plus haut  » dans mon billet ) . Propriété du Musée archéologique national de Naples, elle ornait jadis les murs d’une modeste villa de Pompéi.Si on observe l’amphithéâtre : des hommes s’y battent. Chose étonnante, les combats s’étendent aux rues voisines, où certains individus sont passés à tabac.       Nous avons sous vos yeux un « reportage » illustré sur les premiers hooligans de l’Histoire.

 Pourquoi les Pompéiens s’en sont-ils pris aux Nucériens ?

   Des hooligans à Pompéi, ça n’est pas un peu anachronique ? Valérie Huet, professeur en histoire ancienne à l’université de Bretagne-Occidentale, a elle aussi une lecture très moderne de cette rixe. Pour nommer les combattants, Tacite parle des collegia, terme que Valérie Huet traduit par  » groupes de supporters  ». Selon l’historienne, nous avons affaire à un duel planifié. « Cela ressemble aux groupements de hooligans qui se donnent rendez-vous pour se battre », précise-t-elle. Un peu comme quand, en 2016, des centaines de supporters russes ont saccagé Marseille en marge d’un match de foot contre l’Angleterre, faisant une trentaine de blessés.

   Une rancœur tenace qui date plus de cent ans avant la rixe :

   Pourquoi les Pompéiens s’en sont-ils pris aux Nucériens ? Valérie Huet a identifié la cause d’une rancœur tenace, qui apparaît plus de cent ans avant la rixe, en 100 av. J.-C. La péninsule italienne n’est alors pas entièrement sous la coupe romaine.      La vieille République romaine (509 à 27 av. J.-C.) a noué des alliances, souvent forcées, avec des cités-Etats et des tribus autonomes, notamment les Samnites, qui peuplent la région de Pompéi et Nucérie. Ces villes fournissent des contingents d’hommes à Rome. Cela lui a permis d’écraser Carthage en –149 puis de soumettre la Grèce à Corinthe, trois ans plus tard. En échange de ces services, certains Samnites réclament la citoyenneté romaine. Mais Rome fait la sourde oreille… et des villes, comme Pompéi, se soulèvent à partir de – 91. A Nucérie, au contraire, on préfère ne pas aller à l’encontre du géant romain. En – 80, Rome mate la révolte et sanctionne Pompéi. La cité perd son autonomie alors que sa voisine, Nucérie, devient florissante.

  Dans les   »collegia   », les fans de gladiateurs se radicalisent, et entrent dans une logique clanique de défense de leur communauté face à l’ennemi  » héréditaire  ».     Comme dans le foot actuel. Ainsi  les clubs romains : l’A.S Rome, plutôt à gauche politiquement, voue une haine farouche à la Lazio et sa frange fasciste de supporters. 

    Il y a 2 000 ans, à Pompéi, les mesures prises à la suite de cet épisode furent radicales : l’organisateur de l’événement, Livineius Regulus, a été condamné à l’exil. Quant aux rencontres entre collegia, elles furent interdites pendant dix ans !

 

2 réflexions sur “Les  » hooligan  » ?

  1. Excellent billet très bien documenté et fort bien expliqué quant aux origines du hooliganismre .
    J’en ai appris beaucoup en lisant ce billet car je croyais, comme une majorité de personnes, que les hooligans étaient d’origine anglaise tant n a parlé d’eux dans les années 80 et 90.
    Cette erreur est réparée grâce à ton billet.

  2. Sympa ! Tu es sur que tu ne connaissais pas l’origine des hooligans ??? Enfin , que tu connaisses ou pas , ton com m’a fait plaisir …
    Merci
    F.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s