Les  » tuyaux  » du Centre Pompidou …Leurs couleurs ?

  Son nom officiel est Le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, plus connu sur le nom de  » centre Pompidou  » et familièrement  » Beaubourg  ». Né de la volonté du président Georges Pompidou, qui était un  » grand amateur d’art moderne  », il est voué à la création moderne et contemporaine. Ainsi en 1971 voit le jour un grand centre d’art et de culture sur le plateau Beaubourg, un ancien îlot d’habitations vétustes rasé dans les années 1930 et devenu un parking.

Son apparence

   Véritable “ovni architectural”, le bâtiment est reconnaissable entre tous et de très loin… grâce notamment à sa façade composée de tuyaux multicolores. Des tuyaux qui ont autrefois valu à ce musée d’être surnommé “Notre-Dame-des-Tuyaux” ou encore la  » raffinerie de pétrole  » par ses détracteurs.tuyaux couleurs

Alors, ces couleurs qui n’ont pas été utilisées que pour faire joli ou pour surprendre ! Chacune a un sens :

   Cependant , les couleurs d’ aujourd’hui du centre ont  failli ne pas être utilisées. En effet sur le projet initial le centre Pompidou avait la même couleur que la Tour Eiffel, donc rouille-marron clair, La maquette ainsi peinte n’ayant pas séduit grand monde les architectes Piano et Rodgers ont proposé les couleurs du métro suspendu, argenté. Mais cette fois le résultat était trop clinquant. Finalement ils se sont faits la réflexion que puisque c’était un bâtiment dans l’esprit industriel, “il fallait utiliser le code-couleur de l’industrie.”

Ce qui donna les couleurs suivantes:

D’abord les tuyaux bleus. Ils sont utilisés pour la climatisation du bâtiment.

Les tuyaux verts servent au circuit d’eau.

Les jaunes contiennent les gaines électriques.

Les blancs indiquent les tours de refroidissement .

Les  rouges symbolisent les moyens de communication et contiennent donc les ascenseurs et escaliers.

Enfin Valéry Giscard d’Estaing ayant décrété que le rouge et le bleu sur le toit étaient de trop, le toit fut repeint en blanc.

Voila pour les couleurs……….( Des goûts , » d’égout  »  et des couleurs )

   Une dernière info sur le centre Pompidou:

   Ceux qui y sont allés ( ce qui n’est pas mon cas ! ) savent que la place sur laquelle il se trouve est en pente, le bâtiment se trouvant au bas de celle-ci. La raison est simple. En raison de normes, le bâtiment ne devait pas dépasser une certaine hauteur. Il a donc fallu creuser, pour atteindre la hauteur souhaitée par les architectes.

8 réflexions sur “Les  » tuyaux  » du Centre Pompidou …Leurs couleurs ?

  1. Bonne journée. Et voilà quelque chose que j’ignorais. J’aime beaucoup ces tuyaux colorés pour les avoir vu il y a plus de vingt ans. Misère 2020, un grand pied dans ce premier siècle du troisième millénaire. Que le temps passe vite. Bisous. Gene

  2. Bonjour l’Ami, personnellement je déteste ce genre de chose, comme le « street art » chacun ses goûts, merci pour ces éclaircissements au sujet des couleurs. bisous et bon après-midi MTH

  3. Bonjour Marie
    Idem , je ne suis pas vraiment  » fan  » lol …..Simplement, je voulais savoir si ces tuyaux avaient une utilité , hormis la  » détérioration  » du paysage ….
    Bisous
    F.

  4. Il s’agit d’abord d’un quartier médiéval qui fut détruit entre les XIXe et XXe siècles.
    Sa croissance a été peu maîtrisée et dans le courant du XIXe siècle il apparaît nécessaire d’y «mettre de l’ordre», d’améliorer les circulations et de construire des immeubles neufs. Ce sont les «travaux d’Haussmann» Des « îlots insalubres » sont identifiés un peu partout dans la ville.
    Caractérisées par les mauvaises conditions de vie qui y règnent, ces zones urbaines devront être démolies pour laisser place à de nouvelles constructions plus aérées, disposant de l’eau courante et d’un système d’évacuation des eaux usées.
    Les Halles qui se trouvaient non loin de là furent modifiées à plusieurs reprises et elles fonctionnèrent jusqu’en 1969 avant d’être définitivement détruites entre 1971 et 1973
    Puis arrive le Président Pompidou dont l’idée, comme tu le précises, fut tant décriée. Et pourtant, ce Centre Georges Pompidou vaut la peine d’être visité tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Les œuvres d’art qui sont exposées à l’intérieur peuvent plaire à tout le monde car toute forme d’art contemporain de la sculpture à la peinture y est exposée avec des artistes tous assez connus.
    De ce côté, le président Pompidou pourrait être fier de son idée. Par la suite, on peut s’amuser à prendre ces escaliers automatiques qui longent le musée, des escaliers dans un tube transparent qui permettent d’avoir une vue générale sur tout un quartier de Paris qui permet d’admirer le quartier du Marais, l’île de la Cité et le quartier de Halles. Lorsqu’on sort de ce musée, on se retrouve sur une immense place très vivante, avec la fontaine et la sculpture cinétique moderne de la place Igor Stravinski, à l’extérieur du Centre Pompidou. Sur cette même place on peut admirer les sculptures multicolores de Niki de Saint Phalle et de Jean Tinguely.
    Une place sur laquelle de nombreux artistes viennent pour peindre ou jouer de la musique. Finalement, cette idée tant décriée est entrée dans le paysage parisien et ce bâtiment fait partie des lieux que les touristes vont visiter.

  5. Le vrai street art quand il est bien réalisé peut embellir certains quartiers plutôt gris des villes. Le quartier de Brooklyn qui fut longtemps délabré et laissé abandonné aux dealers, aux drogués et autre racaille de New-York a été repris en main par des jeunes qui voulaient y installer leurs petites entreprises et en ont chassé les anciens squatteurs.
    Certains artistes se sont exprimes sur les murs des hangars et des entrepôts et ont laissé de superbes fresques pour redonner vie à ce grand quartier.
    Montréal organise chaque année en juin un festivals de Mural dans le quartier du Plateau.
    Bon nombre de villes en France ont compris que certains artistes réalisent de grandes fresques qui donnent une autre image de certains quartiers.

  6. En ce qui concerne les tuyaux du Centre Georges Pompidou, ils n’ont nullement détérioré le paysage. Le quartier était déjà insalubre et les maisons laissées à l’abandon. Bien qu’étant un parking pour ceux qui venaient aux Halles, la place n’avait rien d’esthétique.
    Si le quartier a été choisi, ce n’est pas par hasard : il fallait finir d’assainir ce qui n’avait pas été fini dans les années 30.
    Dans les années 1960, un siècle après les grands travaux d’Haussmann, il fallait organiser une nouvelle série de transformations pour adapter la ville à l’évolution de la société. De plus, il était important de réaménager son espace en fonction des nouveaux besoins des Parisiens.
    Pour savoir le paysage a été détérioré, il faut aller sur place et constater que ce centre a été très bien pensé pour se trouver au milieu de cette place.
    Apparemment, les Parisiens se bien habitués à ce centre si décrié par une certaine élite conservatrice opposée à tout changemrnts par rapport à leurs goûts.

  7. Bonjour Yann ,
    Comme je l’écris , chacun ses goûts …….
    ceci dit ,je n’ai jamais vu / visité le centre alors…..Pas objectif moi .

    P.S : J’ai commencé à lire l’article sur ton blog …Mais n’ai encore rien écrit en commentaire , seulement pris quelques notes pour essayer de mettre un commentaire cohérent plus tard …..
    Là , même sur mes blogs , je ne suis pas fichu d’ écrire quelque chose de cohérent .
    F.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s