Là où il y a de la gêne , il n’y a pas de plaisir …..

 Comment un besoin impérieux , impérial même d’un  » pipi  » donna un vin ……

 » L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération  »
On connait la chanson… mais quand c’est bon, que peut on ? … la chair est faible.

Et justement !
   C’est bel et bien la faiblesse de la chair qui donna son nom à un célèbre vin rouge du grand bordelais : la Pissotière de l’Impératrice !

   En 1809, bien qu’un peu en disgrâce, Joséphine de Beauharnais est toujours l’épouse de Napoléon 1er.
  Et en tant que telle, celle qu’on surnommait  » la belle créole  » accompagne son impérial époux en campagne lors de la guerre d’Espagne.

  On a beau être impératrice, on n’en est pas moins femme et les besoins naturels n’étant pas  » impériaux mais impérieux  »  lol , l’impératrice fut contrainte de demander une halte d’urgence alors que le convoi traversait les vignes bordelaises.

   On s’exécuta et  » Jojo   » put dit on , se soulager dans la parcelle de Congaillard, à quelques encablures des vignes de Saint-Emilion.

   Non, ce n’est pas joli-joli mais que celui ou celle qui n’a jamais arrosé la nature  ose le dire !

  Toutefois, on peut  douter  que nos épanchements  aient eu les mêmes conséquences que ceux de Joséphine car de cette anecdotique pause pipi reste aujourd’hui un vinetiquette-pissotiere strictement produit à partir de cette parcelle par les vignobles Soum, dont l’étiquette sans ambiguïté vous permettra de reconnaître ce cru et de le goûter un de ces quatre si le cœur vous en dit !