Ingrats …

   Le public littéraire est  » une maîtresse capricieuse  » qui fait et défait les artistes en un  » tour de mains  » . Hermann Melville Résultat d’images pour Herman Melville en est la  » preuve  » …L’auteur du célèbre roman  » Moby Dick  »

moby dick jpg connut le succès dans les années 1840 avec ses premiers romans (  »Taïpi  » et  » Omoo  » ( aujourd’hui  » entrés dans l’ombre  »)  . Mais, à la sortie de ce qu’il considérait comme son oeuvre majeure , Moby Dyck , il fut boudé par le public et la critique américaine , qui descendit , parait il , l’ouvrage en flèche …Meurtri par ce rejet d’un livre dont il avait durement  » accouché  » après presque deux ans de travail  , et pratiquement ruiné par la série d’insuccès qui suivit , Melville décida alors, d’abandonner purement et simplement la vie d’ écrivain et d’artiste qu’il jugea trop ingrate pour lui …….Et..Il devint inspecteur des douanes de la ville de New York ! Un travail qu’il considérait   » des moins glorieux qui soient  » ….Il ne reprendra la plume que dans les années 1880 pour quelques recueils de poèmes très confidentiels ………

_________________________________________

C’était il y a …

216 ans
     4 avril 1804 : formation de la Société  pour l’extinction de la petite vérole , par la propagation de la vaccine
      En 1798, le médecin anglais Edward Jenner publiait le premier ouvrage sur la propriété antivariolique de la vaccine, intitulé Recherches sur les causes et les effets de la variolæ vaccinæ. Le bruit que fit cette publication fut quelque temps à parvenir en France ( la version française de l’ouvrage fut publiée en 1800 ) , mais un homme recommandable par son zèle pour le bien public, François de La Rochefoucauld, duc de Liancourt, éveilla l’attention sur cet objet important.

     Les troubles révolutionnaires l’avaient forcé de chercher un asile sur une terre étrangère, et il avait été témoin, pendant son séjour en Angleterre en 1799 ( il s’y était établi une première fois de 1792 à 1794, avant de partir aux Etats-Unis  ) , des premiers succès que l’on obtenait de l’inoculation de la vaccine , communément appelée variole de la vache. Il crut trouver dans ce procédé l’occasion de faire un présent utile à son pays. Il la jugea surtout propre à commencer l’exécution d’un projet dont il s’occupait vivement, celui de répandre en France le goût des souscriptions.

Résultats de la vaccine sur une femme atteinte de la petite vérole

Gravures extraites du Manuel pratique de vaccine à l’usage des jeunes médecins
publié en 1821, par Pierre-Jacques Bergeron, et montrant le résultat de la
vaccine sur une femme atteinte de la petite vérole (variole)

     Les idées qu’il communiqua à un de ses amis, Thouret, alors directeur de l’École de médecine, ayant été vivement accueillies, une souscription fut ouverte par ses soins, et aussitôt remplie qu’elle fut proposée. Dès lors le comité central fut organisé. Un des premiers soins du comité des souscripteurs, fut de se procurer du fluide vaccin. Un envoi lui en fut adressé de Londres, le 27 mai 1800 ; trente enfants furent inoculés le 2 juin suivant, avec cette matière, qui, par des circonstances alors tout à fait inexplicables, produisit, après des vaccines régulières, la variété de cette maladie, connue sous le nom de fausse vaccine, soit par le défaut d’habitude dans ce genre d’inoculation, soit parce que plusieurs des enfants qui avaient été procurés des hospices avaient déjà été atteints de la petite vérole (variole).

   Toute expérience fut aussitôt  suspendue, et on attendit l’arrivée du docteur Woodville pour les reprendre, médecin qui avait inoculé, à Boulogne-sur-Mer, plusieurs enfants, dont la matière, apportée à Paris et inoculée par lui sur des enfants qui lui présenta le comité, resta sans effet. On avait continué la chaîne des vaccinations à Boulogne, et on en fit venir de la matière, qui enfin servit à naturaliser la vaccine parmi nous. D’abord on s’assura de l’exigence de cette nouvelle maladie, et de son innocuité. Bientôt un très grand nombre de médecins attachés aux hôpitaux, aux établissements publics, ou occupés à Paris, vinrent étudier cette nouvelle inoculation.

    Après avoir été témoins des essais, des premières contre-épreuves, ils s’empressèrent de propager cette méthode : et de cette manière, en très peu de temps, on compta, dans Paris seulement, plusieurs milliers d’inoculations vaccinales.

L'origine de la vaccine. Caricature parue au XXe siècle

L’origine de la vaccine. Caricature parue au XXe siècle

     L’administration publique ne resta pas étrangère à cette impulsion générale donnée à la propagation de la nouvelle méthode, et le préfet du département de la Seine fonda, le 7 février 1801, un hospice spécial pour l’inoculation de la vaccine. C’est dans cet hospice que le comité put multiplier ses essais et continuer ses travaux. Un grand nombre d’enfants y furent successivement accueillis. Les uns, amenés par leurs parents, vinrent subir seulement l’inoculation ; les autres y furent reçus et soignés pendant le travail de la vaccine.

      Une grande émulation s’établit alors sur tous les points de la France. Un grand nombre de comités s’établirent pour suivre en commun des essais. Les médecins de Reims donnèrent le premier exemple. D’autres grandes villes suivirent cet exemple : Caen, Bordeaux, Nantes, Tours, Amiens, Montpellier, Marseille, Rouen, Strasbourg, Orléans, Toulouse, Lyon, Toulon, Grenoble, Nancy, Rennes, Arras, virent se former des réunions de médecins dont le but était le même ; et ce mouvement s’établissant ainsi sur tous les points de la France, ce fut le comité qui fournit à tous les besoins par ses nombreux envois de fluide vaccin.

   Un rapport publié début 1803 par le comité des souscripteurs, détermina le gouvernement à faire de la propagation de cette méthode un objet de l’administration publique. Chaptal, alors ministre de l’Intérieur, convaincu que ses progrès n’avaient besoin, pour recevoir toute l’extension dont ils étaient susceptibles, que d’un mode uniforme et régulier de propagation, ordonna à tous les préfets d’entretenir avec lui une correspondance régulière sur tous les objets relatifs à la vaccine et aux épidémies varioliques. Il chargea le comité central de la rédaction des instructions auxquelles ils étaient tenus de se conformer ; ce fut aussi le comité auquel il départit le soin de la correspondance avec les préfets : de cette manière, Chaptal centralisa dans le ministère tout ce qui était relatif à cet objet d’hygiène publique.

Nécessaire à vaccine de la première moitié du XXe siècle

Nécessaire à vaccine de la première moitié du XXe siècle

     Ce fut alors qu’en conséquence des dispositions générales indiquées par le comité et adoptées par le ministre, le 4 avril 1804, tous les établissements d’instruction publique, les hôpitaux, les grandes manufactures et ateliers, les enfants trouvés envoyés dans les campagnes, les élèves sages-femmes formées à l’école pratique des accouchements de Paris, les jurys de médecine, les sœurs de la charité, les ministres des divers cultes, concoururent sur tous les points de la France à y naturaliser la vaccine. Les médecins et les préfets transmirent chaque année au ministre le résultat de leurs travaux : et les divers rapports annuels du comité central, faits avec tous les éléments qui arrivaient des départements, en même temps qu’ils éclairaient l’opinion publique, établissaient le bien-fondé du recours à l’inoculation de la vaccine.

P.S : Espérons qu’un remède / Vaccin ? sera vite trouvé pour éradiquer cette saleté de  » coronaria  virus  » ….

Cette année , le 1er avril…..

ne m’a pas inspiré , amené à faire des blagues …Pour des raisons disons  » sociales  » , générales ( la pandémie du virus  surtout ) d’ailleurs  pratiquement personne n’a  » joué  » cette année , mais surtout pour une raison personnelle : Le décès de ma mère ..

   Il semble que l’histoire en a connu de  » fameux  »  :

 

L’arbre à spaghettis

    Le 1er avril 1957, la chaîne BBC, réputée pour son sérieux, diffuse un reportage intrigant. Dans le canton de Tessin, à la frontière italo-suisse, les paysans qui cultivent les arbres à spaghettis font la cueillette.

La tour Eiffel déménage

    En 1986, une annonce folle paraît dans Le Parisien : la tour Eiffel  Résultat d’images pour tour eiffel image jpegva être déplacée à Marne-la-Vallée, dans le futur parc Disneyland. La raison ? Un stade de 35 000 places va être construit à la place de la Dame de fer, en vue des Jeux olympiques de 1992. Plusieurs Français sont tombés dans le panneau…

Le retour de Richard Nixon

Le 1er avril 1992, les Américains sont effarés. Richard NixonRésultat d’images pour nixon photo , ancien président des États-Unis, annonce à la radio être candidat à la prochaine élection présidentielle. Dix-huit ans après le scandale du Watergate, il aurait choisi pour slogan :  » Je n’ai rien fait de mal, je ne recommencerai pas une nouvelle fois !  »

Astérix plus vrai que nature

    Une année plus tard, le journal londonien The Independent annonce que des archéologues ont découvert des vestiges du village d’AstérixRésultat d’images pour astérix images . Ce dernier serait situé au Yaudet, près de Lannion en Bretagne, à l’endroit même où René Goscinny l’avait imaginé dans ses livres. Des professeurs d’Oxford et de Brest se sont prêtés au jeu en déclarant avoir trouvé des pièces ornées de sangliers (plat préféré d’Obélix) ainsi qu’une incroyable collection de menhirs. 

Un hamburger pour gauchers

   En 1998, Burger King Résultat d’images pour burger king enseigne,logopublie une pleine page de publicité pour promouvoir un hamburger pour gauchers dans le quotidien USA Today. Spécialement conçu pour les 32 millions d’Américains plus habiles de la main gauche, ce Whopper contient les mêmes ingrédients que d’habitude, sauf que ceux-ci ont été tournés de 180 degrés. Des milliers de personnes se sont ruées dans les fast-foods pour réclamer ce fameux sandwich  !!!…

La France déclare forfait

Le premier avril 2008, le sélectionneur de l’équipe de France de l’époque, Raymond Domenech Résultat d’images pour raymond domenech, déclare forfait à l’Euro dans une vidéo diffusée sur le site de la Fédération française de football :  » On a beaucoup réfléchi. On s’est dit que finalement la saison était très chargée pour les joueurs. À quoi ça sert d’envoyer une équipe de France à l’Euro qui ne sera pas compétitive ? Le mieux : c’est de dire  » On n’y va pas.  » C’est tellement plus simple. Je préfère que ce soit comme ça ; que nous, on regarde ça tranquillement.  »       Preuve que le foot est une affaire très sérieuse, le sélectionneur évente sa farce dans la foulée.  » J’ai réussi à vous convaincre ? Ah, mais n’oubliez pas qu’aujourd’hui nous sommes le premier avril ! Alors, au 29 juin (jour de la finale de la compétition, ) !  » Deux ans après sa finale de Mondial, l’équipe de Domenech finira bonne dernière de sa poule.

Les manchots volants

    En 2008, la BBC récidive : Après les arbres à spaghettis, elle diffuse un reportage complet sur la découverte d’une nouvelle évolution du manchot. L’oiseau de banquise serait maintenant capable de voler et les images, incroyablement réalistes, le prouvent !

 

Les éoliennes et la rotation terrestre

    En 2009, des journalistes de France 3 Poitou-Charentes expliquent  »très doctement  » que les éoliennes seraient responsables d’un ralentissement de la rotation de la Terre. Cette action, qui semble anodine, ferait en fait passer nos journées de 24 à 25 heures et il faudrait donc revoir toutes nos mesures du temps.         Le canular est un tel succès qu’il sera ensuite diffusé devant la France entière dans les informations nationales.

Le courrier..distribution…

Pas reçu un courrier important alors….

Les  » secrets  » de la distribution du courrier

Les chevaucheurs du roi

Les chevaucheurs du roi :

    La première poste, c’est Louis XI qui la crée en 1476. Mais c’est pour son seul usage. Ses messagers sont appelés les chevaucheurs du roi. Louis XI, en guerre contre le duc de Bourgogne, veut être informé rapidement des avancées de son armée. Sur les routes, il fait placer des relais, tenus par des maîtres de poste et chargés de fournir des chevaux frais aux messagers. Il faudra attendre le début du XVIIe siècle pour qu’Henri IV ouvre le circuit de distribution à la correspondance des particuliers, le début de la poste aux lettres.

On embarque en turgotine

On embarque en  » turgotine  » :

     En plus des lettres et des colis, les  » turgotines  » (sorte de diligence) de la fin du XVIIIe, puis les  » malles poste  »  peuvent transporter jusqu’à huit passagers. Sur les routes, ces dernières sont les véhicules les plus rapides (12 km/h), mais particulièrement inconfortables. Victor Hugo écrit ainsi en 1834 :  » Je suis encore tout étourdi de trois nuits à grands coups de fouet, à franc étrier, sans boire, ni manger, ni respirer à peine, avec quatre diablesses de roues qui mangent les lieues vraiment quatre à quatre.  »

Dans le cabinet noir

Dans le cabinet noir

   Comment ouvrir un courrier sans se faire remarquer ? Rien de plus simple ! Sous l’Ancien Régime, la pratique est monnaie courante. Madame Du Hausset, la femme de chambre de la marquise de Pompadour, explique en détail comment procédait le cabinet noir de Louis XV :  » Six ou sept commis de l’hôtel des Postes triaient des lettres qu’il leur était prescrit de décacheter et prenaient l’empreinte du cachet avec une boule de mercure, ensuite on mettait la lettre du coté du cachet sur un gobelet d’eau chaude qui faisait fondre la cire sans rien gâter. On l’ouvrait, on faisait l’extrait et ensuite on la recachetait au moyen de l’empreinte.  »

En 1830, la première tournée

En 1830, la première tournée

    Le 1er avril 1830, 5 000 facteurs partent au petit matin pour la première tournée de l’Histoire. Ils représentent l’élite : tous savent lire et écrire et nombreux sont d’anciens militaires habitués à la marche, choisis parmi  » les plus recommandables par leur bonne conduite et les plus intelligents  ». En 1877, ce  »marcheur de l’impossible  » parcourt tous les jours de l’année (et par tous les temps !) en moyenne 27 kilomètres.

Acheminer le courrier au Paris assiégé

Acheminer le courrier au Paris assiégé

    Pendant le siège de Paris en 1870-1871, pour envoyer du courrier aux Parisiens, on inaugure un moyen de communication original : des cylindres en zinc hermétiques qui pouvaient contenir jusqu’à 600 lettres. Les boules, remplies de lettres à Moulins (Allier)

  (NB : Moulins = Dans le département où je vis ! ), étaient mises à l’eau dans la Seine, en amont de Paris, avec l’espoir ! que le courant les entraîne jusque dans les filets tendus en travers du fleuve. Las ! aucune d’entre elles n’arriva jamais à destination. La dernière a été repêchée en 1982 à Vatteville-la-Rue, commune normande de Seine-Maritime.

La naissance du timbre

La naissance du timbre

    Ces messieurs les Anglais  »ont tiré les premiers ‘, le 1er mai 1840, avec leur timbre-poste à l’effigie de la reine d’Angleterre. L’objectif : simplifier la tarification pour pousser les gens à s’écrire. En France, la réforme est votée le 24 août 1848. Jusque-là, le destinataire payait le service. Et surtout le tarif était calculé en fonction du poids et de la distance parcourue. Désormais le prix est le même pour tous : 20 centimes pour une lettre de 75 g envoyée en n’importe quel point du territoire français.

Quand le code postal n'existait pas

Quand le code postal n’existait pas

   Au milieu du XIXe siècle, à l’hôtel des Postes de Paris, toute missive à l’adresse incomplète est transmise à un employé, le  » canon  », qui connaît tout le gratin parisien. Si le déchiffrage exige trop de temps, la lettre est dirigée vers le bureau des rebuts. Elle est soumise à un examen attentif sous la direction du patron, le  » sphinx  ». Le code postal n’arrive qu’en 1972 !

Depuis quand le jaune est-il la couleur de la Poste ?

Depuis quand le jaune est-il la couleur de la Poste ?

   Jusqu’en 1950, les boîtes aux lettres se déclinaient en bleu marine ; quant aux véhicules postaux Citroën (fourgonnette 2 CV et fourgon Type H), ils étaient verts ou gris jusqu’en 1962. Mais ces véhicules aux couleurs bien communes étaient souvent victimes d’accident par mauvais temps, quand la brume ou la pluie masquait la visibilité. La marque aux chevrons a donc planché sur une couleur bien visible : c’est ainsi qu’elle créé tout spécialement le jaune AC 311, référencé comme tel dans les nuanciers de la Poste et vite surnommé  » jaune PTT  ». La Poste devient la  » marque jaune  » après avoir systématisé cette couleur en 1962. Alors, et le du bleu marine d’antan ? Sur le logo, l’oiseau postal qui prend son envol garde son ton azur. Cette dernière couleur domine d’ailleurs actuellement le visuel de la Banque postal

Le mouchoir …..n’ a pas toujours été déconseillé !

 

Comment le mouchoir supplanta doigts et manches !!!!!!
   Destiné à s’éponger le front du temps des Romains, le mouchoir ou  »sudarium  » séduit les ecclésiastiques qui s’en font une étole et l’érigent en marque sacerdotale. Longtemps réservée aux gens de condition, la pièce de tissu pour se moucher se démocratise timidement au XVIe siècle, remplaçant de peu ragoûtantes méthodes que les moralistes fustigent.

   Tandis que les anciens Grecs se passèrent de mouchoir, les personnes de distinction s’essuyant les yeux avec leur manteau, on connut cet accessoire à Rome, au temps de Cicéron, bien que l’usage fût de se moucher avec les doigts. Qui recourait alors au suaire de toile fine en présence de témoins, passait pour un malappris. De même, cracher ou se moucher, au théâtre ou dans les temples était un acte d’incivilité…

Aujourd’hui :   » Mouchez vous ou éternuez dans votre coude  » !  » Ou utiliser un mouchoir en papier et jetez le !  »

__________________________________________

 

     Fabrication du mouchoir jetable :

————————————————————————

Le célèbre mouchoir de Cholet :

Le mouchoir de Cholet…….

    C’est au cours du concert annuel de l’Orphéon local, le dimanche 29 avril 1900, que le célèbre barde breton Théodore Botrel chanta pour la première fois sa composition : « Le Mouchoir Rouge de Cholet ».

   Sa chanson est basée sur un fait réel : en effet, le 17 octobre 1793, la grande bataille de Cholet oppose d’un côté d’Elbée, Bonchamps, La Rochejacquelein, Stofflet, de l’autre Beaupuy, Travot, Marceau, Kléber avec les Mayençais.

   Henri de la Rochejacquelein porte à son chapeau, sur sa poitrine, et à son côté, trois mouchoirs blancs de Cholet, afin de mieux se faire reconnaître de ses hommes, mouchoirs qui le désignent tout aussi sûrement aux balles républicaines.

   C’est cet acte de bravoure que Botrel à voulu immortaliser en l’attribuant, sans doute pour la rime, à Monsieur De Charette.

   Un fabricant choletais avisé : Léon Maret, profite du succès extraordinaire de la chanson pour créer le mouchoir rouge de Cholet : le rouge veut symboliser le sang des Vendéens, le blanc, c’est pour perpétuer le souvenir de ces « Blancs », qui tinrent tête si longtemps aux « Bleus ».

   Léon Maret, industriel de Cholet, a alors l’idée de fabriquer puis d’envoyer au chanteur breton des mouchoirs qui pour la première fois sont tissés rouge sur blanc.
   C’est le début d’une fantastique publicité pour l’industrie choletaise, mais aussi pour la ville connue désormais dans toute la France à travers ce symbole. Étoffe écarlate, sang et lin : le soulèvement vendéen et les filatures sont immortalisés par ce « petit mouchoir rouge » que Cholet arbore désormais comme emblème.

Le Mouchoir Rouge de Cholet de Théodore Botrel

Premier couplet
J’avais acheté pour ta fête
Trois petits mouchoirs de Cholet
Rouges comme la cerisette
Tous les trois, ma mie Annette
Ah qu’ils étaient donc joliets
Les petits mouchoirs de Cholet
 
Deuxième couplet
Ils étaient là, dans ma poquette
Près du vieux mouchoir blanc, si laid
Et tous les soirs, la guerre faite
Dans les bois, ma mie Annette
En rêvant de toi, je rêvais
Aux petits mouchoirs de Cholet
 
Troisième couplet
Les a vus Monsieur De Charette,
Les voulut, je les lui donnai
Il en mit un dessus sa tête,
Le plus biau, ma mie Annette,
C’était le plus fier des plumets,
Le petit mouchoir de Cholet

Quatrième couplet
Fit de l’autre une cordelette
Pour prendre son sabre au poignet
Fit du troisième une bouclette
Sur son cœur, ma mie Annette
Et tous les jours les bleus visaient
Les petits mouchoirs de Cholet

Cinquième couplet
Ont visé le cœur de Charette
Ont troué… celui qui t’aimait
Et je va mourir ma pauvrette
Pour mon Roi, ma mie Annette
Et tu ne recevras jamais,
Tes petits mouchoirs de Cholet

Sixième couplet
Mais Qu’est-ce là, dans ma poquette?
C’est mon vieux mouchoir blanc… si laid,
Je te le donne pour ta fête,
Plein de sang, ma mie Annette,
Il est si rouge qu’on dirait
Un mouchoir rouge de Cholet.

 »Y a du monde au balcon  »

    Tous les jours depuis le début du confinement imposé à la France et à de nombreux autres pays du monde, on s’y retrouve pour acclamer les soignants mobilisés massivement, et dans des conditions parfois honteuses, dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus, pour chanter, danser, et protester. restez chez vous, mais tout le monde aux fenêtres !

balcon

Le balcon ? :  » C’est une plate-forme en saillie sur la façade d’un bâtiment qui permet de relier les pièces d’un appartement par l’extérieur au moyen de portes-fenêtres. Le mot vient de l’italien  » balcone  »qui dérive de la langue germanique des Lombarts,  » balko  »,(  » poutre  » ), qui supportait la dalle du balcon, et accueillait un ou plusieurs habitants  » 

 Date de l’apparition du balcon ?

    Elle est difficile à dater,   il faudrait explorer systématiquement les principaux traités d’architecture publiés en occident depuis Vitruve, on trouve des allusions au balcon chez Alberti et chez Philibert de l’Orme et la ville de Vérone possède une maison du XIVe siècle dotée d’un balcon, dit de  »Juliette » .  L’Italie, déjà, qui ces jours-ci réinvestit massivement ses balcons !

   Et en France  Il y a des balcons dans certaines demeures aristocratiques et châteaux dès la Renaissance,  en ville, les immeubles  s’en parent au XVIIIe siècle et surtout au XIXe siècle, avec deux tailles : le balcon d’apparat au second étage (étable dit  » noble  »), assez large et équipé d’un garde-fou en ferronnerie ouvragée et l’autre au cinquième étage avec un balcon  » courant  » tout le long de la façade avec un garde-corps simple. 

   La législation s’assouplit en 1893, avec notamment le décret du 13 août 1902  qui attribue aux façades la possibilité de déborder sur la rue avec des excroissances décoratives, comme un balcon, un  » bow-window  », un oriel, etc.

   Lieu poétique qui rapproche ou éloigne les amants dans la littérature, lieu frontière entre le dedans et le dehors, le balcon, objet prisé des peintres, de Manet à Matisse ou Caillebotte, se voit massivement occupé en ces temps de confinement, par ceux qui ont la chance d’en disposer.

En plein confinement, la vie sur les balcons 

Le  » balcon  », qui désigne aussi la galerie ouverte à l’arrière d’un navire,Résultat d’images pour balcon arrière de navires images , photos entre dans le vocabulaire du théâtre à la fin du XVIIIe siècle en France, venant d’Italie, toujours, pour qualifier les places de la première galerie face à la scène Résultat d’images pour balcon de théatre images jpg  . Et des pièces, il s’en joue, sur les balcons du monde entier, depuis que près de 3 milliards d’humains sont confinés à leur domicile.

__________________________________

Pour illustration :

Liberté…

Liberté

Paul Eluard
Juan Gris, La fenêtre ouverte, 1921
 ( Illustration =Juan Gris, La fenêtre ouverte, 1921 )

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard  Résultat d’images pour Paul Éluard

 

_________________________________________

Adaptation en chanson :

 

Arbre ……insolite :

 

 

<=<=le Paulownia

Originaire de Chine et du Japon, le Paulownia, nommé ainsi en l’honneur d’une princesse des Pays-Bas, n’est pas un arbre comme les autres. Cet arbre décoratif, apprécié pour ses fleurs colorées, se distingue en effet par deux particularités.

    Une croissance très rapide

    Ce qui rend le Paulownia unique, c’est d’abord sa capacité à pousser très rapidement. Cet arbre étonnant, importé d’Europe au XIXe siècle, grandit d’environ quatre mètres par an . Certains spécimens peuvent ainsi atteindre jusqu’à 25 mètres de hauteur, en une période de seulement trois à cinq années.  il n’est donc pas surprenant que le Paulownia ait battu un record en la matière, homologué de façon officielle.

   Cette croissance est d’autant plus remarquable que le Paulownia, appelé aussi arbre impérial, s’accommode de tous les types de sols, même s’il préfère les terrains humides et bien ensoleillés.

    Adaptable et peu exigeant, cet arbre a cependant tendance à s’étendre trop vite et à menacer les végétaux environnants. C’est à ce titre que sa culture est interdite dans certains États des États-Unis.

Un arbre écologique

   Mais, si le Paulownia est unique, c’est également pour une autre raison. En effet, cet arbre participe à la préservation de l’environnement comme nul autre.

    Il possède une vertu très particulière , celle d’absorber, grâce à la photosynthèse, dix fois plus de C 0 2 que les autres arbres. Cette surprenante capacité d’absorption s’explique en partie par la très vaste surface des feuilles. Grâce à cette particularité, le Paulownia contribue à purifier l’air beaucoup mieux que ne le feraient les autres végétaux.

    Mais cet arbre décidément étonnant ne limite pas ses bienfaits écologiques à sa seule faculté de filtrer l’air. Il est encore capable de nettoyer le sol dans lequel il pousse. Ses racines se comportent comme une sorte d’aspirateur, qui absorbe les poussières et scories du sol. Par ailleurs, le Paulownia est encore utilisé pour la production de bioéthanol, un carburant écologique, qui ne pollue pas l’atmosphère.

   Toutes ces qualités, qui font de cet arbre un instrument naturel de lutte contre le réchauffement climatique, font sortir le Paulownia de l’ordinaire et lui ont mérité le qualificatif de  »super arbre ».

La tabatière…..

.
   La tabatière anatomique est le nom de l’une des régions du poignet.

tabatière anatomique

  Elle a été nommée ainsi en référence au tabac à priser, ( très rarement utilisé de nos jours ) ,   » il est moins  » prisé  » lol  .Et dont le degré de dangerosité reste à démontrer.

   Sur le poignet, mais où exactement ? La tabatière anatomique se trouve à la base du pouce, au niveau du poignet. Pour que cette petite dépression apparaisse, il faut que le pouce s’écarte des autres doigts. Des muscles du pouce entrent en jeu dans ce mouvement.

    Quand on touche cette tabatière anatomique, on sent, sous son doigt, certains des os du poignet, dont le rôle est essentiel dans son mouvement. On y sent également battre une artère spécifique.

  Une fracture de l’os scaphoïde est l’un des accidents les plus fréquents de cette zone du poignet.

    Et si cette zone a reçu ce nom, c’est parce que le petit creux qu’elle forme était utilisé pour y déposer un peu de tabac à priser. Ainsi les amateurs y disposaient un peu de leur tabac, avant de lever leur main à la hauteur du visage et d’en aspirer par le nez la poudre fine.

   Connu depuis le XVIe siècle, le tabac à priser, souvent aromatisé, était contenu dans des tabatières mini tabatière  prise qu’on mettait dans sa poche ou dans de petits sacs Résultat d’images pour tabac a sniffer . Priser du tabac devint  » un rituel  » très populaire au XVIIIe siècle, d’abord dans la noblesse, puis dans le peuple, qui l’adopta peu à peu.

  Apprécié par les hommes aussi bien que par les femmes, le tabac à priser était aussi considéré comme un médicament, efficace contre la migraine.

    Sauf dans certains pays, le tabac à priser est passé de mode. Son éventuelle nocivité est discutée. La réglementation européenne n’impose plus l’apposition, sur les boîtes contenant ce tabac, d’avertissements sur une possible dangerosité du produit.

   Une étude, menée par un institut de recherche sur le cancer, est cependant venue rappeler que des tests pratiqués sur l’animal pourraient montrer une corrélation entre certains types de tabacs à priser et l’apparition de cancers. Mais de tels effets sur l’homme ne sont pas démontrés pour le moment.