Je  » vogue  » lol

bateau - mouche

     En fait, je cherche à m’occuper l’esprit mais pfff ! 

Alors : Un bateau – mouche ? 

    Les bateaux-mouches font partie du patrimoine de Paris, au même titre que ses monuments. Ils ont d’abord servi de moyens de transport, avant de permettre aux visiteurs de découvrir la capitale depuis la Seine. Mais d’où vient le nom de ces bateaux?

   Après quelques vagues ( çà va bien sur l’eau les  » vagues  » …) recherches :

   Les bateaux-mouches ont , parait il ,commencé à sillonner la Seine au moment de l’Exposition universelle de 1867. À cette époque, ils servaient de mode de transport.

  Et c’est le modèle conçu par des industriels lyonnais qui fut choisi par les autorités pour assurer la desserte fluviale de la capitale. Il s’agissait d’embarcations à vapeur, actionnées par des hélices. Elles pouvaient transporter de 300 à 400 personnes.

   Or, ces bateaux étaient fabriqués dans un secteur appelé le quartier de la Mouche. ( Ce nom lui venait des bras morts du Rhône, qui avaient reçu le surnom de  »mouches  »  ) .

   C’est donc en référence à ce nom familier que ces embarcations sorties des usines lyonnaises reçurent, par extension, l’appellation de  »bateaux-mouches  ».

bateau seine

 

 Une légende autour d’un nom ……

     Un des derniers bateaux-mouches encore en circulation fut acheté, après la Seconde Guerre mondiale, par l’industriel Jean Bruel  J.Bruel( apparemment pas de rapport avec P. Bruel  ) .   

    C’est lui qui créa, sous le nom officiel de Bateaux-Mouches, cette escadre de navires touristiques qui transporte encore aujourd’hui des milliers de visiteurs chaque jour.

    Le concepteur de ces bateaux-mouches d’un nouveau genre voulait leur donner une origine plus insolite. Aussi attribua-t-il la création de ces bateaux à un personnage imaginaire, Jean-Sébastien Mouche, dont il rédige la biographie.!!!!!

    Ce fondateur fictif des bateaux-mouches avait ,disait il , secondé le baron Haussmann, préfet de la Seine et initiateur de ces vastes travaux d’urbanisme qui transforment la capitale. Mais il aurait aussi fondé une police d’espions, connus, d’après son nom, sous l’appellation de  » mouchards ‘‘ !Afficher l’image source

   Au cours de l’inauguration des bateaux-mouches, en 1953, les autorités elles-mêmes, à commencer par le ministre des Transports, font référence aux exceptionnelles qualités de Jean-Sébastien Mouche, fondateur des bateaux du même nom.!!!!!

   Le canular a d’ailleurs la vie dure. Il n’est pas rare que des visiteurs, ou des Parisiens, se laissent encore abuser par cette origine flatteuse d’une des attractions touristiques les plus célèbres de la capitale.

 

 

 

Le Coca cola…/ tragédie ? !

   Durant la plus grande partie de sa vie, John Pemberton Pemberton a du combattre son addiction  » terrible  » aux opiacés, contractée après avoir été gravement blessé durant la guerre de Sécession. Et ce serait cette lutte quotidienne qui a permis l’invention du Coca-Cola, la boisson gazeuse la plus consommée au monde.       L’incroyable tragédie qui se cache derrière l’invention du Coca-Cola :Les origines du Coca-Cola remontent à la fin du 19e siècle, avec un certain docteur John Smith Pemberton, pharmacien et propriétaire d’esclaves qui a combattu aux côtés des forces confédérées durant la guerre de Sécession.

    Avant de servir dans le troisième bataillon de cavalerie de l’État de Géorgie, Pemberton obtient un diplôme en botanique et pratique une médecine dite  » thomsonienne  » , créée par l’herboriste et phytothérapeute Samuel Thomson, censée débarrasser le corps humain de ses toxines. A l’époque, ces pratiques sont considérées avec énormément de suspicion et de méfiance, ce qui n’empêche pas Pemberton de populariser cette discipline à travers l’est des États-Unis. L’homme obtient ensuite un   »graduate degree   »en pharmacie, peu de temps avant le début de la guerre de Sécession, en 1861….

   Pendant ce conflit , Pemberton va contracter une forte dépendance à la morphine, la véritable tragédie de sa vie. Durant la bataille de Colombus en avril 1865, il est gravement blessé à la poitrine par un coup de sabre qui manque de le tuer. L’homme survit finalement, mais les stigmates de ces blessures le marqueront à vie. Pour limiter les douleurs qu’elles provoquent, les médecins lui proposent de la morphine, un puissant opiacé déjà utilisé à l’époque comme analgésique. Pemberton prend rapidement conscience qu’il va lui falloir combattre cette addiction, et c’est ainsi qu’il se met en quête d’un remède qui lui permettra de s’en libérer.

    S’appuyant sur les connaissances qu’il a acquises durant ses années d’étude et de pratique, John Pemberton commence à travailler sur un breuvage qui lui permettra de se libérer progressivement de sa dépendance à la morphine. Il expérimente différentes formules à base d’herbes et de plantes, parmi lesquelles on retrouve les  incontournables feuilles de coca, la matière première utilisée pour produire de la cocaïne. En 1885, il conçoit une boisson à base de vin français et de coca péruvien : le  » French Wine Coca  » pemberton vin, probablement inspiré par la recette du vin Mariani, un mélange de vin de Bordeaux et de feuilles de coca mis au point en 1863 par le chimiste corse Angelo Mariani.

  La prohibition l’obligea à revoir sa recette :

Sa boisson, vendue comme un antidépresseur, un analgésique et un puissant aphrodisiaque, permet non seulement à Pemberton de soulager sa dépendance aux opiacés, mais rencontre aussi un succès immédiat auprès du public.       Malheureusement pour le pharmacien, le comté d’Atlanta impose la Prohibition en 1886, ce qui le force à revoir la recette de son breuvage pour ne pas perdre son juteux marché. Sa boisson comporte désormais 8,46 mg de cocaïne, et le vin qui lui servait de base est remplacé par un sirop sucré. Aidé de son ami de longue date Willis E. Venable, Pemberton la rebaptise Coca-Cola.

 Cinq mois avant la naissance officielle du Coca-Cola, le pharmacien fonde la  » Pemberton Chemical Company  ». Son breuvage, désormais vendu dans les officines les plus importantes d’Atlanta comme une boisson rafraîchissante, connait un franc succès. Insolite : il aurait normalement dû être vendu à des fins médicinales si ses inventeurs n’avaient pas ajouté accidentellement de l’eau gazéifiée au mélange. La Prohibition est officiellement annulée en 1887, et l’homme décide de reprendre la production de son  » French Wine Coca  ».french win

Colonne place Bastille…..

Résultat d’images pour images , photos colonne bastille jpgJ’ai lu que  la colonne érigée sur la place de la bastille à Paris ne commémore pas la prise de la Bastille lors de la révolution de 1789 , mais la révolution des 27, 28 et 29 juillet 1830 !

    Les caveaux construits dans son socle abriteraient les corps /dépouilles des 504 victimes de 1830 plus ceux des 200 victimes de la révolution de 1848 !! ( Le  » génie  de la liberté  » Paris - Place de la Bastille - Colonne de Juillet - Génie de la Liberté au sommet de la colonneau sommet de la tour est une oeuvre d’ Auguste Dumont Afficher l’image source……)

Uderzo …..

Décédé à l’âge de 93 ans

    Uderzo décès  Uderzo aura réussi à marquer la bande dessinée avec un crayon et une gomme. Il a révolutionné la bande dessinée française. Le 29 octobre 1959, il participe à la création de pilotes avec René Goscinny. Pour leur magazine, ils imaginent un antihéros, petit gaulois teigneux qui se dope à la potion magique. En mars 2005, Albert Uderzo déclarait : « Je dis toujours que si nous avions présenté ce personnage à un directeur de journal de l’époque, il nous l’aurait toujours refusé, et jamais Astérix n’aurait pu connaître. »

380 millions d’exemplaires vendus

   Goscinny et Uderzo réaliseront ensemble 24 albums, avec les scénarios du premier et les dessins du second, inspirant des générations entières. Après la mort de René Goscinny en 1977, Uderzo avait continué jusqu’en 2005, avant de confier ses héros à deux nouveaux auteurs en 2013. Avec 380 millions d’exemplaires vendus dans le monde, Astérix est la BD la plus vendue. Et  » l’âme du dessinateur de génie restera à tout jamais gravée sur papier  »

A quoi  » çà sert  » ?

 

Nous ( je ) faisons peu attention aux objets du quotidien, de ce fait nous négligeons parfois l’un ou l’autre détail qui les caractérisent. Et certaines de leurs propriétés et fonctions nous échappent également. Ci-dessous les  » secrets  » de 10 objets de la vie quotidienne et  quelles sont leurs fonctions :

1) La « poche » dans la culotte

     La couche de tissu intérieure des culottes pour femmes est faite d’un matériau plus doux. Bien qu’il soit cousu sur les côtés, il reste généralement ouvert d’un côté, ce qui lui donne l’aspect d’une petite poche. Il n’y a pas de couture à ce niveau pour ne pas créer une sensation désagréable au niveau de l’entrejambe.

2) Le petit trou dans le smartphone

Le petit trou entre la caméra et le flash à l’arrière des smartphones est un microphone qui améliore la qualité des enregistrements sonores et assiste la commande vocale.

3) Le trou dans la louche

  Le trou dans la louche à pâtes n’est pas là pour permettre à l’eau de mieux s’écouler. Grâce à ce trou, on peut mesurer la quantité de spaghettis pour une portion.

4) Le gel de silice

   Le gel de silice est généralement fourni avec des chaussures, des sacs ou des appareils neufs. Ces sachets servent à empêcher l’humidité de s’infiltrer. La plupart du temps, nous les jetons , mais ils ont encore  des possibilités à offrir, pour sécher un téléphone portable qui est tombé à l’eau par exemple.  La mention « ne pas ingérer » ne signifie pas qu’il s’agit d’un poison, mais  » sert uniquement à éviter toute confusion avec la nourriture  » ????.
5) Le couvercle de la boîte de Tic Tac

   Chacun a sans doute connu cette situation : Vouloir prendre un Tic Tac, mais soit aucun ne sort de la boîte, soit la moitié en sort. Mais les fabricants ont bien réfléchi : retournez la boîte, tenez-la d’une main, ouvrez le couvercle de l’autre. Le creux à l’intérieur du couvercle est conçu pour accueillir exactement un Tic Tac.
6) Les encoches sous les tasses

    Et à quoi servent ces encoches sur la partie inférieure des tasses ? Pour poser une cigarette ? Pour éviter un effet ventouse lorsque la tasse est chaude ?lol 

     Non ! Les encoches présentent deux avantages:  D’une part, l’eau peux s’écouler par l’encoche lorsque la tasse est dans le lave-vaisselle afin d’éviter les petites flaques qui se froment sut les tasses. D’autre part, elles permettent à la tasse de ne pas coller à la table si elle est un peu mouillée, par exemple si on a renversé quelque chose.

7) L’anneau au niveau du goulot

   Sur la partie supérieure de certaines bouteilles en plastique qui contiennent des boissons gazeuses ainsi que celle qui comportent des  » bouchons couronne  » , il y a un petit anneau. Il permet d’éviter l’évaporation du gaz carbonique, par exemple lorsque la bouteille est secouée dans le sac à dos pendant le transport.

8) Les côtés différents des cotons

   Ce genre de coton peut être utilisé de deux façons : le côté bosselé sert à l’application du maquillage, tandis que le côté lisse sert à démaquiller et à nettoyer le visage.
9) Le pompon sur le bonnet

   À l’origine, le pompon sur le bonnet n’était pas seulement un accessoire de mode, mais il avait une fonction bien précise : au XVIIIe siècle, les marins français portaient des bonnets pour ne pas se cogner au plafond bas du pont lorsque la mer était agitée.

10) Les rabats de couverture

    Pour être honnête, c’est assez évident, mais c’est aussi une idée ingénieuse, c’est pourquoi elle est mentionnée ici : les rabats au recto et au verso de certains livres servent non seulement à transmettre des informations sur le contenu et l’auteur, mais aussi à servir de marque-pages. Et pour éviter qu’ils ne se déforment trop, vous prenez le rabat avant pour la première moitié du livre, et le rabat arrière pour la seconde partie. 

.

l’archipel des  » onze milles verges  » ? !

    » Drôle  » de nom pour un archipel ?  Qu’est ce que c’est ? 

 

archipel

    En lisant ce nom , je m’attendais à quelque chose de plus  » croustillant  » lol , mais , en fait  :

     Baptisé archipel des onze mille vierges par son découvreur portugais, Saint-Pierre-et-Miquelon est aujourd’hui une collectivité d’outre-mer française. Situé non loin du Canada, l’archipel, au climat âpre, est une destination qui, par ses traditions et ses richesses naturelles, vaut , parait il , le détour.

Une histoire mouvementée :   

   C’est en 1520 qu’un navigateur portugais découvre l’archipel. Il lui donne le  » poétique  » nom d’archipel des onze mille vierges. Environ 16 ans plus tard , en 1536, Jacques CartierJ.Cartier  , envoyé par François Ier pour reconnaître la côte méridionale de Terre-Neuve, rebaptise l’archipel  » l’île Saint-Pierre  ».

    Dans le cadre d’une  » rivalité séculaire  » entre la France et l’Angleterre, des pêcheurs normands ou bretons s’établissent, dès le XVIe siècle, en ces lieux très poissonneux, et y pratiquent notamment la chasse à la baleine.Résultat d’images pour images ,illustrations chasseurs de baleine

Au cours du XVIIIe siècle, à plusieurs reprises ,l’archipel est cédé aux Anglais et la population française déportée. Ce n’est que sous le règne de Louis XVIII, dans la première moitié du XIXe siècle, que la possession de Saint-Pierre-et-Miquelon sera définitivement reconnue à la France.

Des beautés naturelles…….

   L’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon est réputé pour être  » dépaysant  » , les personnes aimant le changement l’apprécient . Soumises à un climat océanique assez rude, battues par les vents et arrosées de pluies fréquentes, ces îles se signalent par l’aridité d’une végétation arctique, faite de lichens et de conifères.

    L’archipel est surtout composé de deux îles, celles de Miquelon et celle de Saint Pierre, qui, plus petite, abrite pourtant les neuf dixièmes de la population. Langlade, l’île aux Marins et d’autres îlots inhabités complètent l’ensemble.

    Le voyageur peut s’y promener, au long de sentiers pittoresques, et découvrir les côtes échancrées, dominées par des falaises à pic, les tourbières et les étangs qui dessinent la physionomie rude et un peu désolée de ce bout du monde.

    Il y a également  de nombreuses espèces d’oiseaux, mais aussi des chevaux sauvages et même des lamas.!! Le voyageur /explorateur aura  peut-être aussi l’occasion  d’admirer les évolutions des phoques ou des orques qui peuplent les parages de l’archipel.

   Les petites maisons de bois colorées Résultat d’images pour maisons de bois sur iles de saint pierre et miquelon images,photos

 et les spécialités gastronomiques, basées sur les recettes locales à base de morue, sont d’autres traditions de ce petit morceau de France aux confins du Canada.

Pas de Carte Bancaire ! ???

  Tout à l’heure j’ai appelé mon père , comme presque chaque jour depuis le décès de maman …..Après avoir échangé quelques mots , il m’ a dit :  » je crois bien avoir fait une belle connerie !  » 

   Suite à ma demande d’explications , il m’a dit avoir été à la banqueRésultat d’images pour banque image photos pour prendre des espèces , mais cette dernière était fermée …..Alors, il repartait quand un gars ( qu’il ne connait pas ! ) l’ a abordé et lui a dit   » vous avez l’air bien embêté  ?  » …Là mon père lui a expliqué le problème ….Le gars lui a alors proposé de lui donner l’argentRésultat d’images pour images , photos billets de banques en échange d’un chèque …Mon père :  » O.K  » mais , là où le bas blesse , c’est qu’il a pris les billets et donné le chèque au gars , chèque signé , mais c’est TOUT !!! ( en blanc , sans somme ni nom de la personne etc…..) ….

  Evidemment , ma première réaction fut de lui demander :  » Mais tu n’as pas de C.B  ?  » et lui : » Non  » !!! …Alors je lui ai dit qu’en effet il a fait une sacrée bourde , ne reste qu’à espérer que le gars soit honnête …..Je lai ai tout de même conseillé de voir sa banque demain pour savoir si il y a une solution et surtout , j’ai  » gueulé  » dans le téléphone  qu’il devait absolument demander une carte bancaire Résultat d’images pour images photos carte bancaire….

J’ai mis çà sur le fait que maman vient de mourir , mais tout de même ! 

Souvenirs ….nostalgie ?

 Long , trop long , mais me suis bien amusé : Si pas de commentaire = logique …

Objets de notre ( mon ) enfance :

    Les années 50 et les années 60 marqueront à jamais certaines personnes et si , comme moi , vous avez eu la chance de grandir durant ces années-là, voici 50 objets qui ont accompagner notre enfance, notre adolescence et notre jeunesse. Des objets mythiques et inoubliables, des aliments qui ont disparu, des événements uniques…

  Objets de notre enfance qui méritent le détour et qui méritent d’être évoqués encore une fois ! ( à mon avis ) :

Le  » mistral gagnant  » :

Non, il ne s’agit pas uniquement d’une chanson mythique du chanteur Renaud, il s’agit aussi d’une poudre sucrée et acidulée proposée dans un petit sachet. Pour la déguster, il fallait utiliser une paille de réglisse et on les appelait les Mistrals Gagnants à cause du prix qu’on pouvait gagner ! En effet, en achetant un petit sachet de Mistral Gagnant, on pouvait gagner un autre petit paquet.  grandi en France dans les années 60 ?   Il est possible que vous ayez ,comme moi ,dégusté cette friandise particulière.

 

  » Tout l’univers  »:

Le magazine  » Tout l’Univers  » est paru pour la première fois en 1961 et il était accessible aux enfants de 6 à 14 ans. Grâce à ce magazine, les enfants pouvaient apprendre toutes sortes de choses sur l’univers puisque chaque publication comportait une partie d’une grande encyclopédie. Plus tard, le magazine fut proposé sous forme de collection, notamment la collection reliée  » rouge et or  » et aujourd’hui encore, certaines familles ont cette collection dans leurs bibliothèques. ( Il en reste encore quelques uns chez mes parents  )

Les bouteilles à consigne :

    Les fameuses bouteilles consignées ! Quelle formidable mesure écologique  » d’avant garde  »  ?  Si vous n’avez pas connu : Il s’agissait de bouteilles avec un goulot étoilé que l’on devait rapporter à la consigne pour  obtenir un remboursement.( souvent, mes frères et moi , nous les ramassions dans les poubelles et…..l’argent  servait à acheter des friandises  lol )…. 

   Après une stérilisation, les bouteilles consignées pouvaient être réutilisées. Il faut avoir  grandi dans les années 50 et 60, pour connaitre  le concept et, regretter ? ces bouteilles consignées.

Le  » roman – photo :

(pour ma mère , qui se  » régalait des ragots  » ) , çà l’aidait à oublier la dure réalité de sa vie…..

    J’ai lu que cest en 1949 que les premiers romans photo ont apparu en France, mais ce n’est qu’en 1950 qu’ils ont connu le succès. De très nombreux magazines ont adopté le concept et au tout début, on n’utilisait pas de photos, mais de simples dessins ; donc, il s’agissait de bandes dessinées pour adultes. Ce n’est qu’à partir de 1964 qu’on a remplacé les dessins par des vraies photos. D’ailleurs, 1964 marque aussi la première année où on adoptait le concept de la  » couverture photo  » . D’ailleurs  c’est Johnny Hallyday qui a fait la première couverture photo ?!
   La bouillotte :
   La bouillotte a fait son apparition dans les années 50 mais son succès devint total dans les années 60. On s’en servait pour faire disparaître la douleur grâce à la chaleur et la plupart des ménages l’ont adopté. D’ailleurs, durant ces années-là, tous les foyers n’avaient pas le chauffage mais grâce à ces bouillottes, on pouvait être confortable chez soi durant l’hiver  ( Chez moi , elle servait surtout la nuit , mise au  » bout  » du lit , entre les draps pour chauffer nos pieds )  . Est ce qu’on en vend encore de nos jours ? 
     » Salut les copains  » :
  Berkkk ! Jamais aimé !
    L’existence du magazine  » Salut les Copains  » a , semble – t – il , été inspirée par l’émission de radio de la station Europe 1. Tandis que l’émission de radio existait depuis 1959, le magazine a fait son apparition en 1962 et toutes les stars de la génération   » yé yé  » y sont passées ! Les ados des années 60 ont adoré ce magazine et plus tard, S L C a été acheté par une grande entreprise puis il a été renommé  » Salut  »  puis malheureusement ? ,  »  Salut  » a disparu définitivement en 2006. En bref, c’est un magazine MYTHIQUE !

La plume Sergent Major et le porte-plume :

( Seulement connue au tout début de ma scolarité )

On accordait beaucoup d’importance à la perfection de l’écriture durant les années 50 et 60 et les petits écoliers avaient donc droit à la fameuse plume Sergent Major et son porte-plume. Grâce à ses plumes, les petits écoliers pouvaient avoir une très belle écriture et à cette époque de l’histoire, les grands établissements éducatifs faisaient grand cas de la manière dont les petits écrivaient. Ceux qui ont  grandi dans les années 50 et 60, peuvent dire merci à ces fameuses plumes si ils ont  aujourd’hui une écriture qu’on remarque.

  

L’encrier :

 ( complément du porte – plume  )

Parfois  en céramique, l’encrier accompagnait souvent les écoliers, mais cet accessoire avait sa place dans les pupitres, à l’école. Aujourd’hui, seuls les puristes utilisent cet accessoire particulier, mais il reste inoubliable pour les jeunes des années 50 et 60. Certains adultes regrettent vraiment le fait qu’on n’utilise plus de plume et d’encrier pour apprendre l’écriture aux tout-petits. Quoi qu’il en soit, l’encrier est aujourd’hui une vraie pièce de collection !

Les tricotins :

 ( là : Anita , ma sœur a souffert ! lol )

Dans les années 50 et 60, tricoter était une véritable obsession pour les mères de famille. Elles accordaient un point d’honneur à apprendre à leurs petites filles et pour cela, elles utilisaient le tricotin ! Le tricotin est accessoire  » très pratique  » dans le domaine des loisirs créatifs et grâce à lui, on pouvait apprendre les bases du tricotage. Les petites filles pouvaient s’amuser à faire des bracelets, des tubes et même des tresses avec leur tricotin. D’ailleurs, on trouvait sur le marché des tricotins à l’effigie de personnages de dessins animés ou de livres

Le téléphone à cadran :

Le téléphone à cadran : Un objet légendaire ! Les personnes  des années 50 et 60 en ont bien profité et puis il n’y avait qu’une seule sonnerie disponible à ce moment-là. 

   Il s’agit du poste téléphone de base avec uniquement 10 chiffres qu’il fallait composer à l’aide d’un cadran qui pivotait, ( d’où le nom du dispositif ) . Aujourd’hui, nos postes de téléphone sont très modernes et très  » design  », pour certains, on n’a même plus besoin de composer le numéro puisqu’ils se commandent à la voix ? !.

La lessive  » Bonux  » et ses cadeaux :

     Cette lessive aurait vu le jour en 1957 aux USA et à sa naissance, on l’appelait  » BONUS  » . Ce n’est qu’en 1958 qu’elle a été renommée BONUX, mais la lessive en question avait déjà plusieurs concurrents. Puis en 1960 BONUX a changé de design et de concept et donc, ils ont inventé une mascotte :  » le Bonux Boy  ». La marque de lessive expliquait comment on pouvait exploiter son produit et promettait même de distribuer plus de 500 cadeaux à ceux qui choisissaient la lessive Bonux.

Le bâton de réglisse :

   Quel enfant dans les années 50 et les années 60 ne connait pas les bâtons réglisses ? Ces friandises ont la particularité de pouvoir être mâchées pendant des heures et en plus, les dentistes les recommandaient puisqu’elles étaient très peu sucrées. Leur goût exceptionnel les rendait vraiment uniques et aujourd’hui encore les bâtons de réglisse sont très prisés. Les adultes comme les enfants les adorent encore et ils reviennent très à la mode et il en existe de très nombreuses variétés ! ( parfois pour remplacer , éviter la cigarette  )

Le chocolat en poudre Banania :

   » Y’a bon Banania  » , c’ était le slogan de ce chocolat en poudre pour la famille de la marque Banania. Si vous avez été enfant ou adolescent dans les années 50 et 60, vous avez dû avoir une de ces boites de Banania sur votre table tous les matins au petit déjeuner  ( perso : Seulement  avant 10 ans, après = Café ! ). Cette marque existe encore bien qu’elle n’ait plus autant de succès. D’ailleurs, en 1968, la marque a connu des critiques sévères concernant son slogan particulier jugé trop stéréotypé ! ( raciste )

Les 45 tours :

     Même si peu de personnes écoutent aujourd’hui leur musique sur des disques de 45 tours, durant les années  » yé-yé  », ils avaient beaucoup de succès. Ces disques avaient deux faces et on pouvait écouter 4 chansons dessus. Grâce à ce support, les foyers avaient une bonne raison d’acquérir un tourne-disque. Les familles pouvaient passer de très bons moments ensemble grâce à la musique fournie par les disques 45 tours.         Aujourd’hui, ce support musical revient en force ?? et les jeunes de nos jours semblent l’apprécier ! 

Le juke-box :

Qui ne se souvient pas du  fameux juke-box ? C’est un objet mythique des années 50 et 60 et on le retrouvait surtout dans les bars et les cafés très fréquentés de cette époque.     On y écoutait les titres célèbres de l’époque. Dans certains endroits, c’est même le juke-box qui faisait danser les gens et ce fut le cas pendant longtemps. Aujourd’hui, le juke-box est un objet  » vintage  » qu’on collectionne et qui coûte très cher. Cette  » petite merveille  » a disparu petit à petit dans les années 70.

 

Le Solex :

 Le Solex : L ’ancêtre de notre vélo électrique actuel ? !

Le concept est simple : ajouter un moteur à un simple vélo. Bien que ce vélo à moteur ait été créé en 1949, c’est seulement durant les années 60 qu’il a vu sa popularité explosée, les jeunes adoraient le Solex et aujourd’hui encore, les plus nostalgiques recherchent cet engin et organisent des courses. Aujourd’hui, le Solex fait partie des objets de collection les plus recherchés  et les plus chers également. Et vous, vous avez eu un Solex ? lol 

Les Roudoudous :

  Les roudoudous sont (étaient  ? )  des friandises vraiment uniques ! Des bonbons coulés dans des coquilles d’huitres, de moules et Saint Jacques et c’étaient des bonbons faits en sirop coulé. Les enfants léchaient donc directement les bonbons dans leurs coquilles et ils en raffolaient. Encore un très bel exemple de mesures écologiques oubliées de nos jours. Ces fameux roudoudous existent, semble t – il  encore de nos jours, mais les coquilles naturelles sont remplacées par du plastique…

 

  La télévision en noir et blanc :

   La télévision en noir et blanc faisait le bonheur des familles durant les années 50 et 60 et sans ce poste en particulier, nous n’aurons pas nos fameux écrans plats de nos jours.        » Bien évidemment  », à l’époque, il n’y avait qu’une seule chaîne télévisée en France et les règlements étaient très stricts. En effet, une présentatrice du nom de Noëlle Noble-court a été renvoyée puisqu’elle a montré ses genoux.!!! Quoi qu’il en soit, les foyers français ont apprécié la télévision en noir et blanc pendant assez longtemps …( Nous allions la regarder chez les voisins ; nous , nous n’en avions pas  )

 

Le moulin à café manuel :

( Hummmm l’ odeur du café de ma grand-mère  !! )

   Si le moulin à café manuel a autant de succès à l’époque , c’est pour la simple et bonne raison que dans les années 50, le café ne se vendait qu’en grains et donc, il fallait le moudre si on voulait en boire. Les puristes préfèrent encore le moulin à café manuel de nos jours malgré l’existence des machines diverses qui traitent le café. Assez tôt dans les années 60, Moulinex proposa une foule d’appareils électroménagers pour rendre la vie des femmes au foyer faciles et c’est ainsi que le moulin à café manuel disparu petit à petit.

La Vespa :

 Un moyen de locomotion qu’on peut classer parmi les légendes dans le domaine : La VESPA ! Cette petite moto à 2 roues est apparue dans les années 40 en Italie, mais ce n’est que dans les années 60 que son succès a été total. D’ailleurs, dès 1951, on la voyait partout et ce fut Enrico Piaggio qui a été à l’origine de ce succès. Si la Vespa a connu autant de succès, c’est parce qu’on a vu des célébrités comme Audrey Hepburn dessus. Bref, ce moyen de locomotion était le  » must-have  » de l’époque !

( moi : Jamais vu sauf au ciné et à la télé  ) 

Le Hula Hoop :

    Encore quelque chose qui nous vient des États-Unis, le Hula Hoop était adoré par les petites filles durant les années 60 en France. Fait à partir de » Marlex  » ? , le Hula Hoop est très prisé par les petites filles et plus tard, le Hula Hoop est devenu une véritable discipline sportive. Aujourd’hui encore ??, on aime le Hula Hoop et les enfants de nos jours apprécient beaucoup aussi puisque grâce au Hula Hoop, il est possible de faire de bons exercices physiques. Cet accessoire est réellement utile ( ? ) et c’est le cas depuis les années 50 !

  Les premiers stylos Bic :

     Avant , écrire était associé aux plumes et aux encriers, mais depuis 1950, les stylos à bille de Bic ont fait leur apparition sur le marché et c’était une véritable révolution. Grâce à ces stylos à bille, on pouvait écrire partout où on allait, ils étaient et sont toujours très pratiques. En outre, les écoliers de France avaient l’autorisation de les utiliser en 1965 seulement. En tous cas , on ne peut nier que  le stylo à bille de Bic a changé la vie de plusieurs millions d’adultes en France et il a marqué les années 50 !

 

   La gomina :

   Comme chacun , ou presque sait , la Gomina c’est de la pommade pour les cheveux ! Les hommes des années 60 en raffolaient puisque ce produit pouvait ordonner facilement les cheveux. Mieux encore, grâce à la gomina, les cheveux brillent et paraissent tellement sains ! En 1950, on a constaté que la marque Pento qui était leader dans le domaine à l’époque vendait près de 5 millions de tubes en France. Ce produit capillaire a disparu petit à petit durant les années 1970, mais il a marqué la mémoire collective ! ( çà : Mon père !!! )

La Coccinelle :

Cette petite voiture de Volkswagen a aussi marqué les mémoires et c’est en 1955 qu’elle a réellement connu le succès. Petite,  » mignonne  », économique, c’est sûr, à l’époque, cette voiture était la voiture du peuple et puis, vers 1968 Walt Disney en a fait un film.  » Un amour de Coccinelle  » qui fut  un succès mondial et aujourd’hui, la bonne vieille Coccinelle est devenue une voiture de collection et vers 1998, la petite  » New Beetle  » a pris sa place sur le marché mondial. Cette voiture a marqué l’histoire de l’automobile !

L’ardoise d’écolier :

 L’ardoise d’écolier était obligatoire pour les petits écoliers durant les années 50 et 60. Grâce à ce dispositif en particulier, les élèves pouvaient répondre facilement aux maîtres d’école. Il était également question d’économie puisque plus on utilisait les ardoises, plus on économisait les cahiers et les stylos. Au fil du temps, les ardoises et les craies ont disparu des écoles et ont été remplacées par des ardoises modernes avec des feutres effaçables.

Le flipper :

Les jeunes des années 50 et 60 avaient le flipper pour s’amuser , d’ailleurs, on trouvait cette console de jeux immense dans les cafés et les endroits publics fréquentés par les jeunes de l’époque. En 1969, on remarque que le groupe anglais  » The Who  » avait écrit tout un opéra rock du nom de Tommy pour célébrer le flipper. Les jeunes de nos jours continuent à bien apprécier le flipper, après tout, il peut améliorer la dextérité et le réflexe. Il y a même certaines personnes qui collectionnent les flippers.  » TILT  » lol

 

Le poste à lampe :

=>Chez ma Grand-mère !

Dans les années 50, on utilisait le poste à lampe pour recevoir et écouter la radio. Malheureusement, il n’a pas duré puisque non seulement il était volumineux, mais en plus, il fallait attendre qu’il ait la bonne température avant de l’utiliser.! Peu après lui, le transistor faisait son apparition sur le marché et puis, très vite, on a oublié le poste à lampe. Quoi qu’il en soit, les personnes qui ont grandi durant les années 50 et 60 connaissent très bien le poste à lampe et aujourd’hui, c’est également un objet de collection !

Le pupitre d’écolier :

   Dans les années 50, on utilisait le pupitre d’écolier dans les écoles et les petits s’asseyaient deux par deux. Ce meuble particulier était tout à fait adapté ? ! aux petits et il était en bois et il était légèrement incliné pour que les petits aient tout le confort ( » tu parles  » !  ) dont ils ont besoin alors qu’ils apprenaient. Comme c’est un meuble des années 50 et 60, on y trouvait un plumier. Malheureusement durant ces années, on voyait mal les petits gauchers et on les obligeait à devenir droitiers.

Les meubles en Formica :

( Chez mes parents, la dernière fois , j’en ai  vu un qui leurs servait encore ! )

   On ne sait plus vraiment pourquoi les meubles Formica ont perdu leur magie, mais une chose est sûre, dans les années 50 les meubles Formica étaient très prisés. Grâce à eux, il était possible de décorer à moindre coût une cuisine et en plus, ces meubles résistent bien à la chaleur, à la lumière, au feu, aux produits chimiques et même aux abrasions diverses. Aujourd’hui, les designers essaient de remettre ces meubles à la mode, mais ils peinent à réussir.

Le magazine Pilote :

C’est grâce à ce magazine particulier que la France entière a découvert les aventures des Gaulois les plus célèbres du monde de la bande dessinée. Oui, ce magazine a commencé à paraître en 1959 et il a diverti toute une génération pendant des années. Grâce à lui, la France entière a pu découvrir  » Tanguy et Laverdure  »,  » Valentin, le vagabond  »,  » Achille Talon  »,  » Bob Morane  »,  » Lucky Luke  » ou encore  »Iznogoud  »… Ce n’est qu’en 1974 que le magazine est devenu une revue mensuelle. 

( C’est Manu qui doit avoir ma collection  je crois ) 

La boîte à biscuits :

   Les boites à biscuits en métal des années 50 et 60 reviennent en force de nos jours et c’est une excellente chose ! Voici encore un package très écologique et très économique qu’on a oublié dans le temps. Cependant, contrairement aux bouteilles à consignes, les boites à biscuits ne pouvaient pas être échangées contre de la monnaie et être rechargées. D’ailleurs, à l’époque, les biscuits étaient assez chers, ce qui pourrait expliquer pourquoi les foyers n’en achetaient que très rarement. Quoi qu’il en soit, lorsque les boites à biscuits étaient vides, on s’en servait pour ranger de petits objets. ( Mon cas aujourd’hui  + papiers)

Les pastilles Vichy :

 Grâce à son goût mentholé et le fait qu’elle soit faite avec des sels minéraux, LA pastille Vichy faisait partie de la panoplie de digestifs des foyers des années 50 et 60 ! Le succès de ces fameuses pastilles Vichy n’est plus à prouver et en plus, avec le temps, l’entreprise a développé d’autres parfums. En outre, les pastilles Vichy étaient aussi les préférées des gros fumeurs,( He oui : J’en consomme pour moins fumer ?? ) car grâce à elles, on avait l’haleine très fraîche. En somme, ces pastilles ont marqué l’histoire et aujourd’hui encore, elles sont belles et bien présentes !

La boîte de Cachou :

Cette boite de Cachou Lajaunie est mythique et c’est pratiquement tout ce qu’on peut dire à son propos. En effet, ce produit existe depuis 1880 et on trouve dans cette petite boite en métal des petites pastilles. On avait le choix parmi trois parfums : la vanille, la menthe et la réglisse ; d’ailleurs, on a toujours le choix parmi ces trois parfums. Ce produit n’a jamais changé de  » package  » au fil du temps, ce qui a changé de temps en temps, c’est l’adresse affichée sur le l’emballage.

Les chaussures Clarks :

Les chaussures  » Clarks Desert Boots  » ont changé la vie des adolescents des années 50 ! Grâce à ces chaussures, ils n’étaient plus obligés de cirer soigneusement leurs chaussures puisque les chaussures Clarks Desert Boots avaient une couleur particulière : celle de la poussière. Ces chaussures viennent du Caire en Égypte et leur beauté , leur durabilité et en plus, surtout le fait qu’on n’avait plus besoin de les cirer, ce qui constituait un gain de temps considérable expliquent leur succès . Les  » Clarks  » reviendraient à la mode………..

La blouse d’écolier :

    Pour oublier les grands écarts sociaux, ( Ce qui , à mon avis  ,était une bonne chose ) on obligeait les écoliers à porter des blouses d’écoliers. Etre allé à l’école  dans les années  60,  implique  avoir  dû porter une de ces blouses et elles étaient toutes les mêmes. Les filles portaient des blouses roses et les garçons portaient de blouses grises. Il s’agissait aussi de préserver les parents en leur évitant de laver le linge plus qu’il n’en faut. Aujourd’hui, cette fameuse blouse a disparu, mais les grands-parents le regrettent…

Les bretelles : !

Durant les années 50 et 60, la vie n’était pas facile et les petits frères héritaient souvent des vêtements amples de leurs grands frères  ( là , j’avais la chance d’être l’aîné ouf ! ) et c’est à ce moment  que les bretelles intervenaient. Aujourd’hui, les bretelles sont de véritables accessoires de mode qui ne servent plus à maintenir les pantalons et les jupes.      Sans surprise : ! Aujourd’hui, les bretelles sont très à la mode, surtout chez les jeunes gens ! ( comme une foule de choses du passé ) 

Phobie…..

    Ces derniers jours, la fameux virus ( pas drôle du tout ) entraîne des peurs obsédantes nommées aussi  des  » phobies   » ? ( Comme serrer le main d’un ami , d’un proche , être proche d’une personne qui éternue etc….)…

Alors , histoire de m’occuper , j’en ai chercher d’autres …Et  il y en a !!!

   La peur des horloges, des belles mères ou encore celle des mentons !…Autant de phobies insolites  surement peu connues . Et pourtant, elles existent vraiment !

    L’agoraphobie ou la claustrophobie sont des phobies  » courantes  » , connues qui peuvent être très handicapantes au quotidien, certaines personnes souffrent de phobies méconnues qui pourraient porter à rire.   La peur est une chose propre à chacun qu’il est possible de décliner à l’infini … 

1) L’ombrophobie : la peur de la pluie

2 ) La géniophobie : la peur des mentons

La géniophobie : Pour ceux qui en souffrent , les frères Bognannoff Afficher les détails de l’image associéedoivent être effrayants lol 

3 ) La nanopabulophobie : la peur des nains de jardin à brouette

4 ) La trypophobie : la peur des trous

5 ) La pogonophobie : la peur des barbes

6 ) L’hippopotomonstrosesquippedaliophobie : la peur des longs mots

7 ) La basophobie : la peur de marcher
8 )La génuphobie : la peur des genoux
9 ) L’anatidaephobie : la peur incontrôlable d’être observé par un canard
10 )L’agalmatorémaphobie : la peur étrange que les statues ne prennent vie
11) Paraskevidékatriaphobie : la peur du vendredi 13
12 ) L’ergophobie : la peur du travail
13 ) L’émétophobie : la peur de vomir
14 ) L’arachibutyrophobie : la peur d’avoir du beurre de cacahuète collé au palais
15 ) L’octophobie : la peur du chiffre huit
16 ) La nomophobie : la peur excessive d’être séparé de son téléphone mobile
17 ) Aérophobie : la peur du vent
18 ) La xanthophobie : La peur de la couleur jaune
19 ) L’omphalophobie: La peur des nombrils

 

 

20 ) La tirophobie : peur des fromages qui puent…..

21 ) L’antophobie : peur des fleurs

 

22 ) L’hylophobie : la peur des forêts

23 ) La chronomentrophobie : La peur des horloges
24 ) La pentheraphobie : la peur des belles mères… !

25 ) La mycophobie: La peur des champignons
Encore un billet qui va  » faire chou blanc  » !

 

?? Vrai ???

Top 10 des plus gros paradoxes légaux dans le monde, le grand n’importe quoi : ….

    Le principe : rien ne vous interdit de faire un truc, mais si vous profitez de ce droit à fond, vous vous mettez dans l’illégalité ; ou, au contraire, rien ne vous interdit de faire un truc, mais pour le faire vous devez vous rendre coupable d’infractions diverses. Tout le droit est comme ça ; quand on veut ménager la chèvre et le chou, on crée des paradoxes, ou des hypocrisies, c’est selon…………..

1. Au Royaume-Uni, on peut acheter des graines de cannabis, mais pas les faire germer

    Par contre, si tu veux faire une jolie petite sculpture en graines de cannabis, libre à toi, c’est à la cool.

Niveau d’hypocrisie : 99,99%. Tout se vend, tout s’échange, mais attention à la morale.

2. A peu près partout dans le monde, il est tout à fait légal de vendre des tickets à des moins de 12 ans pour des films interdits aux moins de 12 ans

   Mais le règlement interne du cinéma ne le permet pas. C’est une simple convention privée.

Niveau d’hypocrisie : 50%. C’est pas mal aussi que les parlements ne légifèrent pas pour TOUT.

3. Il est autorisé de se faire passer pour mort en France

   Mais pas de se soustraire à la justice ou d’espérer qu’on ne vous cherchera pas. Si vous décidez de disparaître pour échapper à des dettes, il y a toutes les chances pour qu’on envoie des gens à vos trousses et que vous deviez payer pour ça. Mais si vous réussissez votre coup, c’est tout bénef. Au bout de 6 mois, vous serez présumé absent. Au bout de 10 ans, déclaré absent et présumé mort. Mariage dissout, succession effectuée. Vous pourrez dès lors revenir comme si de rien n’était. Bien joué.

Niveau d’hypocrisie : 65%. OK parfait si tu disparais je m’en fous, sauf si tu me dois du fric.

4. Il est totalement autorisé de se promener torse nu en ville partout

Même si plusieurs municipalités ont pris des arrêtés municipaux à l’encontre de la pratique. Ces arrêtés sont illégaux et les plaignants systématiquement appuyés par la justice. A noter que cela concerne aussi les femmes.

Hypocrisie : 80%. Les collectivités contre l’Etat, tout ça tout ça.

5. A Singapour, on a le droit de mâcher du chewing-gum , mais pas d’en vendre

Cela n’a AUCUN SENS.

Niveau d’hypocrisie : BUG%.

6. On a le droit d’utiliser un client torrent, mais pas de l’utiliser pour faire du téléchargement illégal

Bah oui, on a le droit de partager ses trucs avec qui on veut, hein.

Niveau d’hypocrisie : 85% : 9 utilisateurs sur 10 l’utilisent pour du téléchargement illégal. Que voulez-vous ?

7. Les flics ont tout à fait le droit de mentir aux suspects

En revanche, le contraire, c’est plus complexe : le suspect a un droit fondamental à ne pas s’auto-incriminer. Dès lors, a-t-il le droit de mentir ?

Niveau d’hypocrisie : 78%. Faut bien que les enquêtes avancent, mais c’est quand même surveiller et punir, cette histoire.

8. En Belgique, on a le droit de s’évader, mais pas d’aider quelqu’un à s’évader

C’est également le cas en Allemagne. Seul hic, pour s’évader, à moins d’avoir VRAIMENT du bol, il faut enfreindre quelques lois, généralement. Un genre de vide juridique, donc : cela dit, une personne qui s’évaderait serait quand même recherchée, mais l’évasion n’accroîtrait pas sa peine.

Niveau d’hypocrisie : 63%. Ca donne envie de tenter le coup.

9. Il est totalement légal de compter les cartes dans les casinos

   Simplement, le casino se réserve le droit de faire entrer qui il veut. Donc, si vous êtes pris en train de tuer le  » game  » et d’être plus fort que le casino, il vous évacuera, c’est comme ça, parce que le but du hasard, c’est que vous perdiez.

Niveau d’hypocrisie : 178%.

10. Aux Etats-Unis, on peut tout à fait manger de la chair humaine

   Mais pas tuer quelqu’un. Ni attaquer sa dépouille. Imaginons que vous soyez trois potes : l’un aime tuer les gens, les autres détacher des morceaux de cadavres et le troisième, qui est sourd, muet et aveugle, manger de la chair humaine. Bah les deux premiers seront condamnés pour leur petite association, et le troisième probablement pas.

Niveau d’hypocrisie : ça reste rare, cette affaire.