C’était ….en février 1972

shallow focus photography of blue alpine car

steampunktendencies: “Extreme repurposing: VW Beetle Bike… ”

      La Coccinelle : La voiture la plus vendue au monde !   » Dopée  » par le film  » un amour de Coccinelle  » ( Disney) 

  La  » petite  » auto de Volkswagen  atteint 15 millions de ventes en 1972 ( la Ford T , créée par l’ingénieur autrichien F .Porsche tenait précédemment ce record ) …La Ford T cessera d’être fabriquée en 2003 …..

  _____________________________________________

 Coccinelle :Création

   La Coccinelle, aussi surnommée « Cox » ou « VW » en français, a été la première Automobile produite par la marque allemande Volkswagen.

En 1931, Ferdinand Porsche

     

confie l’étude d’un projet nommé « vw30″ à la firme allemande  » Zündapp  » qui réalisa , parait il , trois prototypes.
 La société   » Gesellschaft zur Vorbereitung des Deutschen Volkswagen  » (« Société pour la préparation de la Voiture du Peuple Allemand ») fut fondée le 28 mai 1937.
     Le but  était de créer une voiture « pouvant transporter à 100 km/h une famille de 4 personnes en consommant 7 litres aux 100 pour moins de 1 000 Reichmarks » !

A l’origine, ce modèle était prévu en trois versions : limousine, décapotable et cabriolet.
La production de la voiture qui commence en 1938  se poursuivra jusqu’en 2003.
Dès son lancement en 1938, la VW connaît un succès  » fulgurant  », même si elle est surtout construite dans des versions militaires pendant la guerre. La production de modèles civils redémarrera  après la Seconde Guerre mondiale.

  Coccinelle en guerr( la coccinelle  » s’en va en guerre  » )

Munie de 4 roues motrices, de pneus tous terrains et d’un rouleau à l’avant pour éviter un enlisement frontal, cette KDF est mutée au front en 1942 sous le matricule type 87. Elle a une boites à 5 rapports, une vitesse maximale 80 km/h et surmonte les plus délicats obstacles naturels.

 

 

 

 

 

Etc…..

 klik 

Stop pour cette nuit ( Manu vient ce midi ! )

Drapeau blanc = paix ?

   

 

    drapeau paixSymbole de  la reddition dans l’inconscient populaire, le drapeau blanc est également un symbole de paix. Si sa signification nous semble aujourd’hui évidente, cet étendard a connu une histoire originale dont certaines coïncidences l’ont amené à tenir un rôle unique et relativement important dans les relations internationales.

Des bandelettes au drapeau blanc :

  Il semblerait que la signification pacifique du drapeau blanc remonte à l’Antiquité.

 

   En effet, selon l’historien latin Tacite, l’étendard blanc serait apparu au cours de la guerre civile romaine (opposant les partisans de l’empereur Vitellius à ceux de Vespasien), en l’an 69 après J.C 

  Alors qu’il était de coutume dans le monde antique de brandir haut son bouclier pour signifier sa reddition, les légionnaires de Vitellius n’ont eu, en effet, d’autre choix que d’arborer leurs bandes molletières blanches à la face de leurs adversaires.

   Ainsi, ces soldats romains ( qui avaient abandonné leur équipement lors de leur retraite à Crémone  ) venaient de créer, sans le vouloir, un nouveau code dans le langage de la guerre.

   De cet événement fondateur, le blanc pouvait donc poursuivre sa voie sur » le chemin de la paix   » .

   Bien des siècles plus tard, le blanc ( associé à la pureté )  servait de sauf-conduit aux voyageurs du Moyen Âge qui attachaient une étoffe de cette couleur à leur habit, quand ils se rendaient en territoire étranger.

    Cependant , ce n’est véritablement qu’ à la Renaissance que l’étendard blanc est adopté , par les puissances européennes , comme un code visuel pour arrêter les combats.

   En effet, alors que la multiplication des armes à feu rendaient difficiles les sonneries de trompettes et l’appel de tambour (qui servaient usuellement à signifier l’intention de parlementer), le drapeau blanc avait pour avantage de se distinguer de la plupart des bannières (à l’exception notable de celle du roi de France), tout en étant facilement utilisable par n’importe quel belligérant (un simple linge pouvait faire l’affaire).

Un symbole devenu universel :

   Dès lors perçu comme le  » signe qu’on demande à parlementer  » (selon les termes employés dans  »Le Droit de la guerre et de la paix » publié en 1625, par Huig de Groot dit Grotius), le drapeau blanc passe progressivement du droit  » coutumier  » au droit  » conventionnel  » de la guerre ) .

    La  » chamade »  (  » chamade  » = Origine : Le mot ‘chamade’ vient du piémontais  »ciamada », qui signifiait « clameur, appel ». La chamade est un roulement de tambour ou une sonnerie de trompette qui était utilisée au cours des batailles ou des sièges pour indiquer qu’on souhaitait se rendre ou qu’on demandait une trêve pour ramasser ses morts.)  et le  »drapeau blanc  » sont décrits comme des demandes de capitulation dans le  »Traité du droit naturel » (1777) par Béat-Philippe Vicat.

   Finalement, le statut particulier de cet étendard est reconnu officiellement par la Conférence Internationale de la Paix (qui siégeait à La Haye, en 1899).

   Depuis cette date, toute personne brandissant un drapeau blanc est considérée comme étant inviolable et neutre dans la guerre qui l’afflige.

    Ce fut ne avancée importante vers la protection des civils et la résolution pacifique des conflits.

Le livre de poche ….création….

 

  Le 9 février 1953 ( environ 67 ans )  , le livre de poche était créé :

      Début 1950 ,l’éditeur Henri Filipacchi pense à adapter les techniques d’impression des  » romans de gare  » aux plus grands auteurs ….Le 9 février 1953 , le premier livre est édité :  » Koesnigsmark  »Résultat d’images pour henri filipacchide Pierre Benoit …..Il est vendu deux francs ! Au début , les  » puristes  » critiquent fortement le livre de poche , mais celui ci  entre très vite dans les  » mœurs  » avec plus d’un milliard d’exemplaires vendus depuis  sa création .Robinson livre( exemple de livre de poche )

 

 

Poudre de  » Perlimpinpin  »?

La poudre de perlimpinpin ?

Un remède prétendument extraordinaire mais aux vertus complètement imaginaires.
Une solution présentée comme miraculeuse, mais qui ne sert à rien.

Origines :

   »Perlimpinpin » est un mot qui date de la première moitié du XVIIe siècle mais dont l’étymologie est inconnue. Il s’est aussi écrit  »prelimpinpin ».
  Certains le comparent à une formule magique comme  »abracadabra ».
Est-ce parce que ceux qui, autrefois, vendaient des poudres diverses en prétendant qu’elles étaient des remèdes extrêmement efficaces contre tout et n’importe quoi, les présentaient comme des produits un peu magiques ?
Toujours est-il que ces poudres se sont aussi, et à juste titre, appelées « poudre de charlatan ».
Par extension, l’expression peut s’appliquer à tout ce qui est censé apporter une solution à quelque chose et qui s’avère complètement inefficace.

Exemples :

 » Et cela marche, commercialement tout du moins, puisque la cure représente 36 % du chiffre d’affaires de la société, qui vise surtout les personnes âgées. Mais pour la direction des fraudes, qui a conduit la procédure, et pour le procureur, Jean-Pascal Oualid, on n’est pas loin de la « poudre de perlimpinpin ».  »

 

 

KLIK ……………..

La loque ?

   Je ne sais pas si on emploie ce mot dans toute la France , mais dans les Ardennes ( où je suis né ) et le Nord ( où j’ai vécu de nombreuses années ) , on utilise le mot  » loque  » pour désigner une serpillière  .

.et aussi dans l’expression  » je me sens comme une loque  » => on n’a envie de rien , pas d’énergie ….

D’où vient cette expression  » se sentir comme une loque  » ?

Il semblerait que le mot  » loque  » viendrait du néerlandais  » locke » qui signifie la  » boucle  » , mot qui serait passé dans le patois ch’timi pour décrire la serpillière qui est faite de boucles ….

Ainsi , pour le mot  » locke  » la boucle est bouclée lol 

booff…

Une incompréhension à l’origine du nom  » kangourou  » ? ….

Le kangourou est un animal  particulier : Plus gros marsupial du monde, capable de réaliser des bonds de plus de trois mètres ou encore se déplacer à soixante kilomètres par heure, ses prouesses physiques sont connues de tous. Mais le fait  qu’on le nomme ainsi  comporte une anecdote  peu célèbre ….

    Alors, pourquoi le kangourou s’appelle-t-il comme ça ?

 Comme chacun sait ,  le kangourou est un animal qui vit essentiellement en Australie. Or ce pays a connu une période de colonisation anglaise très intense . A la fin du XVIIIe siècle, Londres possède la plus grande flotte maritime militaire au monde et compte bien s’en servir pour étendre son pouvoir. C’est dans ce contexte que James Cook est envoyé en mission pour le compte du Roi Georges III en 1768. Deux ans plus tard, il pose le pied sur les terres de ce qui constitue aujourd’hui l’est de l’Australie et qu’il baptise la  » Nouvelle-Galles-du-Sud  ». Se lance alors une période d’installation d’une colonie anglaise dans ces lieux. Ce processus est accéléré par la perte rapide des Treize Colonies, qui se révoltent de l’autre côté du monde pour prendre leur indépendance et devenir les États-Unis d’Amérique, menées par un certain George Washington.

Affaiblie par la perte de sa plus grande colonie, la situation géopolitique et économique se trouve fragilisée et il est nécessaire pour elle de rapidement pallier à ce manque à gagner si elle veut conserver sa place de pays le plus influent du monde. Ces nouvelles terres prises par Cook semblent alors être une bonne solution de replis. 

   Comme le trajet est long et périlleux, et qu’en plus  le pays fait face à une surpopulation carcérale, les autorités  trouvent une solution : Les représentants du pouvoir font le tour des prisons et proposent un choix simple aux  » misérables  » qui s’y trouvent. Ils peuvent soit rester derrière les barreaux en Angleterre jusqu’à la fin de leur peine, soit quitter le pays, libres, en embarquant pour la nouvelle colonie et repartir à zéro dans une autre vie. Cette proposition est également faite à tous les  » nuisibles  » de la société, comme les prostituées. La seconde option est évidemment choisie par la plupart des  » nuisibles  » et les bateaux se remplissent rapidement de personnes désireuses de quitter leur vie de malheurs et l’Europe.           Les premiers d’entre eux transportent mille personnes, dont seulement deux cent dix soldats. Ils arrivent dans le courant de l’année 1788 et se mettent au travail : il faut tout construire, tout organiser, tout créer.

      Avant le  départ, des cahiers sont distribués aux premiers colons. Ceux-ci reçoivent une tâche simple, mais  importante pour les autorités anglaises : écrire tout ce qu’ils observent dans ces nouveaux territoires encore largement inconnus.     En effet, seules les terres proches de la mer sont découvertes et le reste demeure un gros point noir sur les cartes de l’époque. On ne sait pas quelle est la taille de la colonie ni par quoi elle est habitée. C’est donc dans ce but que les premiers lettrés tiennent un journal où tout ce qui se passe sous leurs yeux, même les événements les plus banaux, est mis sur papier.

     Un jour, l’un d’eux se balade et observe un étrange animal, jusque-là inconnu. Celui-ci possède deux longues pattes arrière et semble muni de deux bras minuscules. Plus incroyable encore pour le colon : la bête abrite son petit dans une poche placée sur son ventre et se déplace en sautant avec sa progéniture ! Il dessine alors ce qu’il voit et va trouver un aborigène pour lui demander ce qui est représenté sur son dessin. Le chef local, qui ne parle évidemment pas l’anglais, lui répond  » kangaroo  ». Le sujet du Roi note donc ce nom au-dessus de son croquis et reprend la mer afin de rentrer au pays et faire état de ses découvertes aux autorités restées en Europe…..Une fois arrivé à Londres, il passe en revue tout ce qu’il a pu découvrir, jusqu’à arriver à la page du fameux  » kangaroo  ». Comme cela avait été le cas pour le colon en Australie, les personnes dirigeantes en Angleterre n’en croient pas leurs yeux et il faut insister pour qu’ils finissent par accepter que cet animal existe bel et bien. Le nom est depuis passé dans la langue anglaise, mais aussi en Français, en Néerlandais, en Allemand, etc. où des variantes de ce nom définissent le marsupial. Ce que ne savaient ni le colon, ni les personnes qui ont reçu le cahier du dessin, c’est que  » kangaroo  » dans la langue aborigène , cela se traduit par  » je ne comprends pas  » !. L’animal que nous connaissons tous aujourd’hui porte donc un nom qui émane d’un malentendu et d’une incompréhension mutuelle entre un chef local et un colon britannique.

Purée ! ….

      Tout à l’heure , pour le repas du soir , je n’avais pas d’idée ( ni  » grand chose  »  de comestible dans les placards et le réfrigérateur  ) ……

J’ai tout de même trouvé un steak hachésteak haché congelé  …..Je me suis dit qu’avec un purée ( en sachet ) çà ferait l’affaire …..Mais ! plus de purée sachet non plus  grrrrrrrr!.

Allez ,tant pis , je me lance dans une purée  » à l’ancienne  »  ( il me reste des pommes de terre  )

  Je les pèle , les fait cuire ……et cherche le  » presse – purée  »  ( plus  » à l’ ancienne  » presse purée ancienlol mais électrique presse purée Moulinex) …..Là aussi : La galère pour le retrouver ! ( avec les accessoires ) , bref , il trainait au fond d’un placard ,un petit nettoyage et hop : La purée maison avec une noix de beurre , assaisonnement ( mais pas de lait )  : J’ai très bien mangé finalement …..lol

Passionnant n’est ce pas  ? ……

P.S : Ces  » péripéties  » m’ ont amené à chercher l’histoire , les origines de la marque Moulinex ….

Bonus : lol

=> Billet suivant  ……..

J’aspire à….

….écrire quelques mots sur l’aspirine car j’en utilise pas mal ( phlébite et…maux de tous genres ) , c’est pratiquement le seul  » médoc  » qu’il m’est permis d’avaler  en plus des   » anti -épileptiques   » ( sans parler de mon états actuel : Fiévreux, un peu enrhumé etc….)

L’aspirine est mise en vente le 10 octobre 1903  ( il y a donc environ 117 ans ) 

L’aspirine fut mise en vente en Allemagne  début octobre 1903.     

   Le chimiste allemand Felix Hoffmann F.Hoffman part en quête d’un composé équivalent mais plus facile à synthétiser. Ce sera l‘acide spirique, extrait de la spirée ou reine-des-prés  . Le laboratoire Dreser, qui emploie Hoffmann, dépose un brevet à Munich le 6 mars 1899 et confie à l’entreprise Bayer Bayer logola commercialisation de l’aspirine.

   Sitôt mise sur le marché, ce médicament anti-fièvre et antalgique (atténuateur de la douleur) recueille un immense succès. L’aspirine entraine en Allemagne le développement d’une puissante industrie pharmaceutique. Elle a aussi les honneurs du traité de Versailles (1919) ?, une clause de celui-ci fait, en effet  tomber son brevet dans le domaine public (en France exclusivement !).

   Dans les années 1950, l’aspirine semble condamnée par l’arrivée d’un nouvel antalgique, le paracétamol. Mais on découvre opportunément qu’elle peut aussi prévenir les accidents vasculaires  ( comme la phlébite ) !. Et la voilà repartie pour une deuxième vie…

L’histoire de l’Aspirine

    Son histoire a plus de 4000 ans. C’est le médicament le plus consommé au monde. Aujourd’hui encore on lui découvre de nouvelles propriétés.
    Son parcours commence il y a plusieurs millénaires avec les Sumériens qui utilisaient les feuilles de saule comme antidouleur. On retrouve aussi , les traces de l’utilisation de décoction de feuilles de saule blanc dans un papyrus égyptien datant de 1550 av. JC. Vers l’an 400 avant JC, Hippocrate (-460,-377) préconisait une préparation à partir de l’écorce de saule blanc pour soulager les douleurs de l’accouchement et faire baisser la fièvre. L’utilisation empirique des feuilles et de l’écorce de saule pour soigner fièvres et douleurs se poursuit jusqu’au 19eme siècle.  

    Les progrès réalisés en chimie d’extraction et d’analyse permettent alors d’isoler et d’identifier les principes actifs, c’est à dire les molécules responsables des propriétés thérapeutiques de ces remèdes.
   Ainsi en 1825, M. Fontana, un pharmacien Italien isole le principe actif du saule blanc et le nomme salicine. En 1829, un pharmacien de Vitry le François, PJ. Leroux fait bouillir de la poudre d’écorce de saule de l’eau et concentre sa préparation. Il obtient des cristaux blancs qu’il baptise salicyline. (Salix =Saule). La substance est expérimentée par Magendie (1783-1855), neurologue à l’hôtel Dieu à Paris.
En 1835, K.Lowig isole et identifie l’acide Salicylique comme étant le principe actif d’une autre plante possédant des propriétés antipyrétiques, la reine des près ou « spirée ulmaire ». Peu après R.Piria de l’université de Pise (Italie) retrouve cette substance à partir de la salicyline qu’il identifie comme étant le résultat de la condensation de l’alcool orthohydrobenzylique et du glucose.
L’acide salicylique est utilisée pour les fièvres, les douleurs, les rhumatismes articulaires mais provoque des brûlures d’estomac, une saveur très désagréable et l’irritation de la bouche.
   En 1853, le Français C. Gerhardt à Montpellier réalise la synthèse de l’acide acétyle salicylique.
   C’est finalement en 1887 que F.Hoffmann, chimiste Allemand employé chez Bayer trouve le moyen d’obtenir de l’acide acétyle salicylique presque pur.( Il faut dire que son père souffrait d’un rhumatisme chronique  )et il fut soigné à l’acide salicylique, amer et gastro-toxique.
    L’acide acétyle salicylique s’avère être beaucoup mieux toléré. En février 1899, Bayer dépose la marque AspirinTM: « A » pour Acide et « Spir » pour l’acide spirique, identique à l’acide salicylique et extrait de la Reine des près. C’est en 1900 que les premiers comprimés sont fabriqués.
Le brevet est déposé en 1900 aux USA et Bayer fait fortune. L’aspirine est commercialisée en France en 1908 par la société chimique des usines du Rhône.Résultat de recherche d'images pour "tube d'aspirine illustrations"
On en synthétise aujourd’hui plus de 10 000 tonnes par an, et ce médicament a même accompagné en 1969 les astronautes sur la lune.

   En outre, il faut noter qu’une clause spéciale concernait l’aspirine lors du traité de Versailles en 1918!

Allemagne hôtel  » lits – tonneaux  »