Merci!

    Ce billet pour vous remercier TOUS pour avoir supporté mes  » pleurnicheries  » tout au long de cette année et aussi pour m’avoir aidé ,aidé moralement surtout et même par des propositions d’aides  » matérielles  » …………

 Je vais essayé de continuer d’écrire sur mes blogs en étant moins pessimiste ,  » pleurnichard  » 

    Moins parler de ma situation qu’on peu qualifier de  » précaire  »  etc……

L’amitié est quelque chose d’important pour moi , qu’elle soit présente  » virtuellement  » autant que dans la vie réelle . 

Encore une fois , je vous souhaite à tous une bonne , très bonne année qu’elle vous apporte joie,bonheur , santé ..Tous ce qui est important pour vous ( sauf si ce qui est important pour vous se rapproche de l’intolérance , la violence ) ….etc…..

F.

Blues du dimanche soir………..

   Je crois que je vais devoir arrêter ce blog , car il est payant et je ne peux pas  régler la facture …….=> Le blues 

 

 

 

 

 

 

 

L.Ferré :  » Ne chantez pas la mort  »  : Paroles ( J.R Caussimon )

Ne chantez pas la Mort, c´est un sujet morbide
Le mot seul jette un froid, aussitôt qu´il est dit
Les gens du show-business vous prédiront le bide
C´est un sujet tabou pour poète maudit
La Mort
La Mort

Je la chante et, dès lors, miracle des voyelles
Il semble que la Mort est la sœur de l´amour
La Mort qui nous attend et l´amour qu´on appelle
Et si lui ne vient pas, elle viendra toujours
La Mort
La Mort
La mienne n´aura pas, comme dans le Larousse
Un squelette, un linceul; dans la main, une faux
Mais fille de vingt ans à chevelure rousse
En voile de mariée, elle aura ce qu´il faut
La Mort
La Mort

De grands yeux d´océan, une voix d´ingénue
Un sourire d´enfant sur des lèvres carmin
Douce, elle apaisera sur sa poitrine nue
Mes paupières brûlées, ma gueule en parchemin
La Mort
La Mort

Requiem de Mozart et non Danse Macabre
Pauvre valse musette au musée de Saint-Saëns
La Mort c´est la beauté, c´est l´éclair vif du sabre

C´est le doux penthotal, de l´esprit et des sens
La Mort
La Mort

Et n´allez pas confondre et l´effet et la cause
La Mort est délivrance, elle sait que le Temps
Quotidiennement nous vole quelque chose
La poignée de cheveux et l´ivoire des dents
La Mort
La Mort

Elle est euthanasie, la suprême infirmière
Elle survient à temps, pour arrêter ce jeu
Près du soldat blessé dans la boue des rizières
Chez le vieillard glacé dans la chambre sans feu
La Mort

La Mort

Le Temps c´est le tic-tac monstrueux de la montre
La Mort, c´est l´infini dans son éternité
Mais qu´advient-il de ceux qui vont à sa rencontre?
Comme on gagne sa vie, nous faut-il mériter
La Mort
La Mort
La Mort?

 

 

 

 

C.Chaplin …..

C.Chaplin 😕 

   Charles Spencer Chaplin est né le 16 avril 1889 ; il était le deuxième enfant d’Hannah Chaplin née Hill (1865-1928) et de Charles Chaplin Sr. (1863-1901). Son acte de naissance n’a pas été retrouvé dans les registres de l’état civil, mais Chaplin considérait qu’il était né dans une maison d’East Street dans le quartier de Walworth du sud de Londres. Ses parents s’étaient mariés quatre ans plus tôt, après que Charles Sr. eut reconnu Sydney John, un fils issu d’une précédente relation d’Hannah avec un homme inconnu. Au moment de sa naissance, les parents de Chaplin étaient tous deux des artistes de music-hall. Sa mère, fille d’un cordonnier8, menait une carrière sans grand succès sous le nom de scène de Lily Harley, tandis que son père, fils d’un boucher, était un chanteur populaire. Ils se séparèrent vers 1891 et l’année suivante, Hannah donna naissance à son troisième fils, Wheeler Dryden, issu d’une relation avec le chanteur de music-hall Leo Dryden ; l’enfant fut emmené par son père à l’âge de six mois et resta éloigné de Chaplin pendant trente ans.
    L’enfance de Chaplin fut marquée par la misère et les privations, ce qui poussa son biographe officiel David Robinson à écrire que son parcours ultérieur fut « le plus spectaculaire de tous les récits jamais racontés sur l’ascension des haillons aux richesses ». Il passa ses premières années avec sa mère et son frère Sydney dans le borough londonien de Kennington ; hormis quelques travaux de couture ou de nourrice, Hannah n’avait aucun revenu et Charles Sr. n’apporta aucun soutien à ses enfants. Alors que la situation financière du foyer se détériorait, Chaplin fut envoyé dans une workhouse à l’âge de sept ans. Il indiqua par la suite qu’il y connut une « triste existence » et fut brièvement rendu à sa mère 18 mois plus tard ; Hannah fut rapidement contrainte de se séparer à nouveau de ses enfants, qui furent envoyés dans une autre institution pour enfants indigents18. D’après David Robinson, Chaplin y développa une phobie des serpents.

Charles Chaplin Sr. vers 1885
    En septembre 1898, la mère de Chaplin fut admise à l’asile psychiatrique de Cane Hill après avoir développé une psychose apparemment provoquée par la malnutrition et la syphilis. Durant les deux mois de son hospitalisation, Chaplin et son frère furent envoyés vivre avec leur père qu’ils connaissaient à peine. Charles Sr. avait alors sombré dans l’alcoolisme et sa conduite entraîna la visite d’une organisation de protection de l’enfance. Il mourut deux ans plus tard, à l’âge de 38 ans, d’une cirrhose .
   L’état de santé d’Hannah s’améliora , mais elle fit une rechute en mai 1903. Chaplin, alors âgé de 14 ans, l’emmena au dispensaire, d’où elle fut renvoyée à Cane Hill. Il vécut seul pendant plusieurs jours et dormit dans la rue en attendant le retour de son frère qui s’était engagé dans la Marine deux ans plus tôt24,25,26. Hannah quitta l’asile au bout de huit mois, mais elle rechuta de manière permanente en mars 1905. Chaplin écrivit plus tard que  » nous ne pouvions rien faire d’autre qu’accepter le triste destin de notre mère  ». En 1921, Charlie et son frère Sydney obtiennent qu’elle vienne les rejoindre à Hollywood. Charlie lui a acheté une maison en bord de mer, et Hannah y vivra ses sept dernières années, soignée à domicile. C’est là qu’elle pourra revoir son troisième fils, Wheeler Dryden, dont elle avait été séparée depuis trente ans, peu après sa naissance. Elle meurt le 28 août 192828.

Charlie Chaplin en 1916
    Chaplin commença très tôt à se produire sur scène. Il réalisa sa première apparition à cinq ans en remplaçant Hannah lors d’un spectacle à Aldershotn . Cela fut une exception, mais sa mère l’encouragea dans cette voie, et il rapporta par la suite qu »’ elle l’imprégna du sentiment qu’il avait une sorte de talent  » . Grâce aux relations de son père, il devint membre de la troupe de danseurs Eight Lancashire Lads et se produisit dans les music-halls britanniques en 1899 et 1900n . Chaplin travaillait dur et la troupe était populaire, mais il ne se satisfaisait pas de la danse et voulait se tourner vers la comédie .
   Alors que Chaplin était en tournée avec les Eight Lancashire Lads, sa mère s’assura qu’il continuait à aller à l’école, mais il abandonna vers treize ans. Après une période de petits boulots, il s’inscrivit dans une agence artistique du West End de Londres à quatorze ans peu après la rechute de sa mère. Le responsable de l’agence discerna un potentiel chez Chaplin et lui offrit rapidement son premier rôle en tant que vendeur de journaux dans la pièce Jim, a Romance of Cockayne de Harry A. Saintsbury . La première eut lieu en juillet 1903, mais le spectacle ne rencontra pas le succès et les représentations s’arrêtèrent au bout de deux semaines ; la performance comique de Chaplin fut néanmoins remarquée par les critiques. Saintsbury lui obtint ensuite le rôle du groom Billy dans la pièce Sherlock Holmes de Charles Frohman . Son jeu fut si bien reçu qu’il fut appelé à Londres pour se produire aux côtés de William Gillette, qui avait coécrit la pièce avec Arthur Conan Doyle43. Il fit sa dernière tournée de Sherlock Holmes au début de l’année 1906 après y avoir joué pendant plus de deux ans et demi.

  Acteur comique

    Publicité pour la tournée américaine de la troupe de Fred Karno avec Chaplin en 1913
Chaplin rejoignit rapidement une autre compagnie et joua dans une comédie à sketchs, Repairs, avec son frère Sydney qui s’était également lancé dans une carrière artistique45.   En mai 1906, il participa au spectacle pour enfants Casey’s Circus et développa son jeu burlesque qui lui permit de devenir rapidement la star de la pièce. À la fin de la tournée en juillet 1907, le jeune homme de 18 ans était devenu un comédien accompli. Il eut néanmoins des difficultés à trouver du travail et une brève incursion dans le stand-up ne rencontra pas le succès escompté…
   Dans le même temps, Sydney Chaplin avait rejoint en 1906 la prestigieuse troupe comique de Fred Karno, dont il était devenu l’un des acteurs principaux en 1908. En février, il parvint à obtenir une période d’essai de deux semaines pour son frère cadet. Karno ne fut initialement pas convaincu et considérait Chaplin comme un  » enfant à l’air renfrogné pâle et chétif » qui « semblait bien trop timide pour faire quoi que ce soit de bien au théâtre  ». Il fut cependant impressionné par sa première prestation au London Theatre et l’engagea immédiatement. Après des rôles secondaires, Chaplin accéda aux rôles principaux en 1909 et il fut l’acteur principal de la nouvelle comédie Jimmy the Fearless en avril 1910. Ce fut un grand succès qui attira l’attention de la presse sur le jeune artiste . 
   Karno choisit sa nouvelle vedette pour participer avec une partie de sa troupe à une tournée en Amérique du Nord . Chaplin mena les spectacles de music-hall et impressionna les critiques qui le décrivirent comme  » l’un des meilleurs artistes de pantomime jamais vu  ». La tournée dura 21 mois et la troupe retourna en Grande-Bretagne en juin 191261. Chaplin se souvint qu’il  » eut le sentiment troublant de revenir aux platitudes déprimantes » et fut ravi quand une nouvelle tournée commença en octobre.

C’est mon cas ….

  J’en ai  » ras le bol  » …..de tout !

Alors :

En avoir ras-le-bol: 
Signification: En avoir assez ou être fatigué de faire quelque chose

Origine: Expression française très usitée et mais reste vulgaire et obscène et pour cause: Le terme bol désigne bien un récipient mais reste attesté en argot avec le sens de « anus » ou « cul ».
    Pour revenir aux définitions, l’adjectif ras se définit dès la fin du XIIème siècle par une mesure remplie mais sans dépassement de limites pour devenir au début du XVIIème siècle synonyme de la locution « très près ».
Selon une autre interprétation et afin d’enlever le caractère vulgaire de cette expression, il fut créé une confusion entre les termes bol, cul et tête pour en faire un rapprochement avec d’autres comme « en avoir par dessus la tête ». De ce fait c’est le rapport bol/tête qui a pris le dessus et celui bol/anus n’est plus soupçonné.
  L’expression familière « en avoir ras le bol » a connu ses lettres de noblesse et un franc succès lors du « ras le bol général » de mai 68!
   Expressions françaises synonymes: en avoir marre, en avoir sa claque

KLIKKKKKKKKKKKK !

Parfois,

mieux vaut ‘‘ faire pitié qu’envie  »  : 

    Ce samedi , vers 15 h , je me suis aperçu que je n’avais plus de café café paquets , et moi , sans café : Impossible de  » vivre  » ……Alors, je me suis lancé dans le froid et le vent ( plus une pluie fine !) pour monter au super -marché ( un bon km de chez moi ) ….Mais arrivé à mi- chemin , un début de malaise survint !=> angoisse et j’ai rebroussé chemin après avoir ingurgité un comprimé …Suis rentré , me suis affalé dans le canapé quelques minutes ….Une fois mes esprits  » partiellement revenus  » , je ressortis , cette fois pour acheter des cigarettes ….

   Une fois chez  » ma  » buraliste ,buraliste( la photo : PAS  elle ! ) elle me tendit mes deux paquets habituels , mais me dit :  » Vous allez bien ?  » ( Elle me connait bien , trop bien ? ) ….Alors , je lui narrais ma tentative   et là ,  » tout de go  » , elle me proposa de me prêter un paquet de café , prêter car elle n’a pas voulu que je le paie ,disant que je lui rendrais dès que possible ! J’ai accepté et suis rentré , ai bu un bol de café très chaud …..

Voilà passionnant n’est ce pas ?