Bééééééééééé! ?

chèvre (2)


Aux oreilles d’un être humain, tous les bêlements se ressemblent. Pourtant, comme nous autres homo erectus, les chèvres semblent avoir des accents différents, selon les régions où elles se trouvent. Une découverte incroyable qui rappelle que les animaux aussi ont une vie sociale.

Suivre le troupeau :

    Parler d’accents pour des animaux peut  sembler ,de prime abord , complètement farfelu.
   Pourtant, selon une étude menée par des chercheurs de l’université de Queen Mary ( à Londres) : les chèvres naines ont un bêlement distinct, suivant le troupeau dans lequel elles évoluent.

    Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont observé quatre troupeaux de chevreaux nains, pendant plusieurs semaines.

L’éducation des plus jeunes suivait toujours le même schéma.

    Dans un premier temps, les chevreaux ne quittaient par leur mère respective et reproduisaient ses sons.
   En grandissant, par contre, ils rejoignaient d’autres membres du troupeau et commençaient à uniformiser leur voix sur celle des autres chèvres.

   C’est ce comportement qui a permis de confirmer que chaque troupeau de chèvres avait donc un  »accent » qui lui était propre et qui découlait d’une interaction sociale, bien plus que d’une simple détermination génétique.

Des accents régionaux 

   Bien entendu , le cri d’une chèvre serait avant tout déterminé par des critères anatomiques, comme la configuration de son appareil vocal (qui a, lui-même, été programmé par des facteurs génétiques).

    Malgré tout, l’étude démontre, » sans appel  » ? , que les chevreaux  ( issus de mêmes parents, ou non )  développaient des accents semblables lorsqu’ils vivaient constamment ensemble.
    Il est donc  » clair  » que les chèvres s’efforcent de moduler leur cri en prenant pour modèle leur environnement social.
    Ce constat est d’autant plus  » criant  » ( c’est le cas de le dire  lol )  que les chèvres ont un répertoire vocal très limité, puisqu’on dénombre chez elle un petit nombre d’appels vocaux ; chaque variation locale est donc facilement identifiable.

     Toutefois, les chèvres ne sont pas les seules à pouvoir développer des accents.
D’autres mammifères (comme les éléphants, les chauves-souris, les baleines et les dauphins) auraient également une capacité étonnante à communiquer, en puisant , qui plus est , dans une large palette sonore.

   Il est donc  » fort probable  » que les accents régionaux soient très répandus chez de nombreux animaux qui nous entourent.

Incroyable, non ? ( il suffit d’y croire  ) 

 » Je le jure  »

    » Rien que la vérité , toute la vérité  »  :

 

 

Tout le monde connait cette formule dites la main levée ? ou sur la bible ? serment C’est la phrase dites pour prêter serment ( au U.S.A , en Europe ? ) , chez les Grecs autrefois , c’était , paraît il tout à fait différent  : Résultat d’images pour images citoyen grectémoins

 Les grecs posaient leurs mains sur leurs testicules ! Mais pour quoi ? 

   Indice étymologique : Le mot testicule vient du latin  » testis  », qui signifie témoin. Ainsi on dit que, dans la Grèce antique, les témoins lors des procès devaient jurer de dire la vérité en posant leurs mains sur leurs bourses.

   D’ailleurs il existerait aussi  un proverbe romain  » Testis unus, testis nullus  », ce qui signifie  » Un témoin, pas de témoin ». Si une seule personne était présente lors d’un événement alors son témoignage ne valait rien. Il devait y avoir en plus un autre témoin…

     Par analogie on a dit que dans lors d’une agression sexuelle il y a un agresseur, le pénis, un agressé (un vagin par exemple) et un témoin (les testicules). D’où leur importance. On pose les mains dessus car ce sont elles le tiers, le témoin,  » celui qui a tout vu  ».

   Même si cette dernière interprétation est contestée, différents passages de la Bible confirme le geste en question. Quand un individu y jure de dire la vérité, il met effectivement sa main sur le haut de ses cuisses. Il pourrait s’agir là d’une façon pudique d’exprimer l’idée de mains posées sur les testicules.

   Quoi qu’il en soit, la racine entre témoin et testicule est bien la même, testis. Et ceci , à la fois chez les Romains et les Grecs.

N.B : En anglais Résultat d’images pour illustrations témoin dans tribunal anglaisc’est encore plus clair, puisque le verbe  » témoigner  » se dit  » testify  », encore plus proche donc de  » testicule  » .

   Il existe  une autre hypothèse selon laquelle les testicules s’appellent ainsi car elles sont le  » témoin  »  de la virilité des hommes. Et comme  » testis » est agrémenté d’une forme en  »culus » qui renvoie à toutes les  »petites »  choses, testiculus veut dire : petit témoin. Certains affirment même que les testiculus sont le petit témoin des grandes choses accomplies par le pénis !!

    Odon Vallet Résultat d’images pour odon valletdans un livre intitulé  » Le honteux et le sacré  » écrit que  » dans d’innombrables civilisations, les hommes prêtent serment en portant la main à leurs parties intimes  »

 » Châtié  »langage de La  » Palatine  »…

  Heuuu : Au risque de choquer mes lecteurs éventuels , mais c’est pourtant vrai  !

  ( pratiquement tout recopié dans un magazine  ) :

   Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, le moins qu’on puisse dire c’est qu’Élisabeth-Charlotte du Palatinat (Elisabeth Charlotte, Prinzessin von der Pfalz en allemand), plus connue sous le nom de  » La Palatine  », a été une  » des grandes gueules  » de son époque.
Louis XIV la qualifiait d’ailleurs lui-même comme telle !

   Quand elle débarque à Versailles à l’âge de 19 ans, cette seconde épouse de Philippe d’Orléans, dit  » Monsieur  », frère du Roi, a déjà l’esprit et la plume sacrément aiguisés et entend bien s’en servir !

   Prolixe, on estime qu’elle entretint une correspondance de plus de 60,000 lettres à travers toute l’Europe, dont on a (malheureusement) pu conserver à ce jour qu’un petit dixième.
Mais quel dixième !!!!

   La plupart des lettres de la Palatine sont de véritables petits bijoux d’humour et de sarcasme saupoudrés de mots crus sur les personnes, le us et coutumes et les petits maux de la vie de cour.

Quand la Palatine aimait : elle le disait.
Quand la Palatine n’aimait pas : elle le disait aussi… et sans chichi !

 » Je suis trop franche pour écrire autrement que je ne pense  »
Et on vous en remercie chère Madame !

  Pétillante, drôle, avisée, droite, indépendante, parfois triviale et sans complaisance mais toujours juste dans ses affections ou ses ressentiments, celle qu’on a surnommé l’   » Océan D’encre  »

 » Madame Rêve… de Toilettes !  »  1694, Madame-Belle-Soeur-Du-Roi n’est plus vraiment la bienvenue à Versailles.
Elle n’aime guerre l’épouse morganatique de Louis XIV (Madame de Maintenon) et cette rancœur n’est pas du goût du vieux Roi

Elle passe donc une partie de son temps à Fontainebleau.

Mais celle qui fut la 2ème femme la plus importante de la cour de France a bien du mal à se faire à la rusticité du petit château de banlieue comme en témoigne cette lettre qu’elle envoie à sa tante adorée Sophie de Bohême, princesse-électrice de Hanovre, le 9 octobre 1694 :

 » Vous êtes bien heureuse d’aller chier quand vous voulez ; chiez donc tout votre chien de soûl.
Nous n’en sommes pas de même ici, où je suis obligée de garder mon étron pour le soir ; il n’y a point de frottoir aux maisons du côté de la forêt.

J’ai le malheur d’en habiter une, et par conséquent le chagrin d’aller chier dehors, ce qui me fâche, parce que j’aime chier à mon aise, et je ne chie pas à mon aise quand mon cul ne porte sur rien.

Item, tout le monde nous voit chier ; il y passe des hommes, des femmes, des filles, des garçons, des abbés et des Suisses.
Vous voyez par là que nul plaisir sans peine, et que, si on ne chiait point, je serais à Fontainebleau comme le poisson dans l’eau.

Il est très chagrinant que mes plaisirs soient traversés par des étrons.
Je voudrais que celui qui a le premier inventé de chier ne pût chier, lui et toute sa race, qu’à coups de bâton!
Comment, mordi ! qu’il faille qu’on ne puisse vivre sans chier ?

Soyez à table avec la meilleure compagnie du monde ; qu’il vous prenne envie de chier, il faut aller chier.
Soyez avec une jolie fille ou femme qui vous plaise ; qu’il vous prenne envie de chier, il faut aller chier ou crever.
Ah ! maudit chier !
Je ne sache point de plus vilaine chose que de chier.

Voyez passer une jolie personne, bien mignonne, bien propre ; vous vous récriez :  » Ah ! que cela serait joli si cela ne chiait pas !  »

Je le pardonne à des crocheteurs, à des soldats aux gardes, à des porteurs de chaise et à des gens de ce calibre-là.

Mais les empereurs chient, les impératrices chient, les rois chient, les reines chient, le pape chie, les cardinaux chient, les princes chient, les archevêques et les évêques chient, les généraux d’ordre chient, les curés et les vicaires chient.

Avouez donc que le monde est rempli de vilaines gens !
Car enfin, on chie en l’air, on chie sur la terre, on chie dans la mer.
Tout l’univers est rempli de chieurs, et les rues de Fontainebleau de merde, principalement de la merde de Suisse, car ils font des étrons gros comme vous, Madame.

Si vous croyez baiser une belle petite bouche avec des dents bien blanches, vous baisez un moulin à merde.
Tous les mets les plus délicieux, les biscuits, les pâtés, les tourtes, les farcis, les jambons, les perdrix, les faisans, etc., le tout n’est que pour faire de la merde mâchée, etc.  »

portrait de sophie de hanovre, tante de la palatine
Et la duchesse de Hanovre de répondre un argumentaire pro-caca imparable le 31 Octobre 1694 :
 » C’est un plaisant raisonnement de merde que celui que vous faites sur le sujet de chier, et il paraît bien que vous ne connaissez guère les plaisirs, puisque vous ignorez celui qu’il y a à chier ; c’est le plus grand de vos malheurs.
Il faut n’avoir chié de sa vie, pour n’avoir senti le plaisir qu’il y a de chier ; car l’on peut dire que de toutes les nécessités à quoi la nature nous a assujettis, celle de chier est la plus agréable.

On voit peu de personnes qui chient qui ne trouvent que leur étron sent bon; la plupart des maladies ne nous viennent que par faute de chier, et les médecins ne nous guérissent qu’à force de nous faire chier, et qui mieux chie plutôt guérit.

On peut dire même qu’on ne mange que pour chier, et tout de même qu’on ne chie que pour manger, et si la viande fait la merde, il est vrai de dire que la merde fait la viande, puisque les cochons les plus délicats sont ceux qui mangent le plus de merde. 

Les boudins, les andouilles et les saucisses ne sont-ce pas des ragoûts dans des sacs à merde ?

La terre ne deviendrait-elle pas stérile si on ne chiait pas ne produisant les mets les plus nécessaires et les plus délicats qu’à force d’étrons et de merde ? 

Les beaux teints ne s’entretiennent que par de fréquents lavements qui font chier; c’est donc à la merde que nous avons l’obligation de la beauté.  Sans la merde des fouines, des civettes et des autres animaux, ne serions nous pas privés des plus fortes et meilleures odeurs ? 

Demeurez donc d’accord que chier est la plus belle, la plus utile et la plus agréable chose du monde. […]

Vous étiez de bien mauvaise humeur quand vous avez tant déclamé contre le chier; je n’en saurais donner la raison, sinon qu’assurément votre aiguillette s’étant nouée à deux nœuds, vous aviez chié dans vos chausses.[…]

J’espère qu’à présent vous vous dédirez d’avoir voulu mettre le chier en si mauvaise odeur, et que vous demeurerez d’accord qu’on aimerait autant ne point vivre que ne point chier  »

Le Coca cola…/ tragédie ? !

   Durant la plus grande partie de sa vie, John Pemberton Pemberton a du combattre son addiction  » terrible  » aux opiacés, contractée après avoir été gravement blessé durant la guerre de Sécession. Et ce serait cette lutte quotidienne qui a permis l’invention du Coca-Cola, la boisson gazeuse la plus consommée au monde.       L’incroyable tragédie qui se cache derrière l’invention du Coca-Cola :Les origines du Coca-Cola remontent à la fin du 19e siècle, avec un certain docteur John Smith Pemberton, pharmacien et propriétaire d’esclaves qui a combattu aux côtés des forces confédérées durant la guerre de Sécession.

    Avant de servir dans le troisième bataillon de cavalerie de l’État de Géorgie, Pemberton obtient un diplôme en botanique et pratique une médecine dite  » thomsonienne  » , créée par l’herboriste et phytothérapeute Samuel Thomson, censée débarrasser le corps humain de ses toxines. A l’époque, ces pratiques sont considérées avec énormément de suspicion et de méfiance, ce qui n’empêche pas Pemberton de populariser cette discipline à travers l’est des États-Unis. L’homme obtient ensuite un   »graduate degree   »en pharmacie, peu de temps avant le début de la guerre de Sécession, en 1861….

   Pendant ce conflit , Pemberton va contracter une forte dépendance à la morphine, la véritable tragédie de sa vie. Durant la bataille de Colombus en avril 1865, il est gravement blessé à la poitrine par un coup de sabre qui manque de le tuer. L’homme survit finalement, mais les stigmates de ces blessures le marqueront à vie. Pour limiter les douleurs qu’elles provoquent, les médecins lui proposent de la morphine, un puissant opiacé déjà utilisé à l’époque comme analgésique. Pemberton prend rapidement conscience qu’il va lui falloir combattre cette addiction, et c’est ainsi qu’il se met en quête d’un remède qui lui permettra de s’en libérer.

    S’appuyant sur les connaissances qu’il a acquises durant ses années d’étude et de pratique, John Pemberton commence à travailler sur un breuvage qui lui permettra de se libérer progressivement de sa dépendance à la morphine. Il expérimente différentes formules à base d’herbes et de plantes, parmi lesquelles on retrouve les  incontournables feuilles de coca, la matière première utilisée pour produire de la cocaïne. En 1885, il conçoit une boisson à base de vin français et de coca péruvien : le  » French Wine Coca  » pemberton vin, probablement inspiré par la recette du vin Mariani, un mélange de vin de Bordeaux et de feuilles de coca mis au point en 1863 par le chimiste corse Angelo Mariani.

  La prohibition l’obligea à revoir sa recette :

Sa boisson, vendue comme un antidépresseur, un analgésique et un puissant aphrodisiaque, permet non seulement à Pemberton de soulager sa dépendance aux opiacés, mais rencontre aussi un succès immédiat auprès du public.       Malheureusement pour le pharmacien, le comté d’Atlanta impose la Prohibition en 1886, ce qui le force à revoir la recette de son breuvage pour ne pas perdre son juteux marché. Sa boisson comporte désormais 8,46 mg de cocaïne, et le vin qui lui servait de base est remplacé par un sirop sucré. Aidé de son ami de longue date Willis E. Venable, Pemberton la rebaptise Coca-Cola.

 Cinq mois avant la naissance officielle du Coca-Cola, le pharmacien fonde la  » Pemberton Chemical Company  ». Son breuvage, désormais vendu dans les officines les plus importantes d’Atlanta comme une boisson rafraîchissante, connait un franc succès. Insolite : il aurait normalement dû être vendu à des fins médicinales si ses inventeurs n’avaient pas ajouté accidentellement de l’eau gazéifiée au mélange. La Prohibition est officiellement annulée en 1887, et l’homme décide de reprendre la production de son  » French Wine Coca  ».french win

Recyclage  » artistique  »….

La sculptrice française Stephanie Kilgast s’ingénie à imaginer la transformation de déchets en écosystème dans sa série  » Discarded Objects  » .

      Boites de conserve, canettes et autres bouteilles plastiques revêtent une parure florale et corallienne,  » les couleurs de la vie reprenant le pas sur la pollution humaine  ».

Depuis 2017 elle travaille sur ces  »Discarded Objects» » où elle croît une biodiversité animale et végétale sur des objets trouvés ou des déchets, questionnant l’équilibre perdu entre les activités humaines et la nature.

   Après le recyclage de déchets en sculpture d’animaux de Arthur Bodalo  ( que j’ai du mettre aussi sur un de mes blogs  ) , voici quelques transformations de déchets en écosystème par Stephanie Kilgast, en images:

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-1 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-2 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-3 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-4 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-5 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-6 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-7 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-8-1 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-9 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

L’artiste au travail, en vidéo:

Colonne place Bastille…..

Résultat d’images pour images , photos colonne bastille jpgJ’ai lu que  la colonne érigée sur la place de la bastille à Paris ne commémore pas la prise de la Bastille lors de la révolution de 1789 , mais la révolution des 27, 28 et 29 juillet 1830 !

    Les caveaux construits dans son socle abriteraient les corps /dépouilles des 504 victimes de 1830 plus ceux des 200 victimes de la révolution de 1848 !! ( Le  » génie  de la liberté  » Paris - Place de la Bastille - Colonne de Juillet - Génie de la Liberté au sommet de la colonneau sommet de la tour est une oeuvre d’ Auguste Dumont Afficher l’image source……)

l’archipel des  » onze milles verges  » ? !

    » Drôle  » de nom pour un archipel ?  Qu’est ce que c’est ? 

 

archipel

    En lisant ce nom , je m’attendais à quelque chose de plus  » croustillant  » lol , mais , en fait  :

     Baptisé archipel des onze mille vierges par son découvreur portugais, Saint-Pierre-et-Miquelon est aujourd’hui une collectivité d’outre-mer française. Situé non loin du Canada, l’archipel, au climat âpre, est une destination qui, par ses traditions et ses richesses naturelles, vaut , parait il , le détour.

Une histoire mouvementée :   

   C’est en 1520 qu’un navigateur portugais découvre l’archipel. Il lui donne le  » poétique  » nom d’archipel des onze mille vierges. Environ 16 ans plus tard , en 1536, Jacques CartierJ.Cartier  , envoyé par François Ier pour reconnaître la côte méridionale de Terre-Neuve, rebaptise l’archipel  » l’île Saint-Pierre  ».

    Dans le cadre d’une  » rivalité séculaire  » entre la France et l’Angleterre, des pêcheurs normands ou bretons s’établissent, dès le XVIe siècle, en ces lieux très poissonneux, et y pratiquent notamment la chasse à la baleine.Résultat d’images pour images ,illustrations chasseurs de baleine

Au cours du XVIIIe siècle, à plusieurs reprises ,l’archipel est cédé aux Anglais et la population française déportée. Ce n’est que sous le règne de Louis XVIII, dans la première moitié du XIXe siècle, que la possession de Saint-Pierre-et-Miquelon sera définitivement reconnue à la France.

Des beautés naturelles…….

   L’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon est réputé pour être  » dépaysant  » , les personnes aimant le changement l’apprécient . Soumises à un climat océanique assez rude, battues par les vents et arrosées de pluies fréquentes, ces îles se signalent par l’aridité d’une végétation arctique, faite de lichens et de conifères.

    L’archipel est surtout composé de deux îles, celles de Miquelon et celle de Saint Pierre, qui, plus petite, abrite pourtant les neuf dixièmes de la population. Langlade, l’île aux Marins et d’autres îlots inhabités complètent l’ensemble.

    Le voyageur peut s’y promener, au long de sentiers pittoresques, et découvrir les côtes échancrées, dominées par des falaises à pic, les tourbières et les étangs qui dessinent la physionomie rude et un peu désolée de ce bout du monde.

    Il y a également  de nombreuses espèces d’oiseaux, mais aussi des chevaux sauvages et même des lamas.!! Le voyageur /explorateur aura  peut-être aussi l’occasion  d’admirer les évolutions des phoques ou des orques qui peuplent les parages de l’archipel.

   Les petites maisons de bois colorées Résultat d’images pour maisons de bois sur iles de saint pierre et miquelon images,photos

 et les spécialités gastronomiques, basées sur les recettes locales à base de morue, sont d’autres traditions de ce petit morceau de France aux confins du Canada.

Phobie…..

    Ces derniers jours, la fameux virus ( pas drôle du tout ) entraîne des peurs obsédantes nommées aussi  des  » phobies   » ? ( Comme serrer le main d’un ami , d’un proche , être proche d’une personne qui éternue etc….)…

Alors , histoire de m’occuper , j’en ai chercher d’autres …Et  il y en a !!!

   La peur des horloges, des belles mères ou encore celle des mentons !…Autant de phobies insolites  surement peu connues . Et pourtant, elles existent vraiment !

    L’agoraphobie ou la claustrophobie sont des phobies  » courantes  » , connues qui peuvent être très handicapantes au quotidien, certaines personnes souffrent de phobies méconnues qui pourraient porter à rire.   La peur est une chose propre à chacun qu’il est possible de décliner à l’infini … 

1) L’ombrophobie : la peur de la pluie

2 ) La géniophobie : la peur des mentons

La géniophobie : Pour ceux qui en souffrent , les frères Bognannoff Afficher les détails de l’image associéedoivent être effrayants lol 

3 ) La nanopabulophobie : la peur des nains de jardin à brouette

4 ) La trypophobie : la peur des trous

5 ) La pogonophobie : la peur des barbes

6 ) L’hippopotomonstrosesquippedaliophobie : la peur des longs mots

7 ) La basophobie : la peur de marcher
8 )La génuphobie : la peur des genoux
9 ) L’anatidaephobie : la peur incontrôlable d’être observé par un canard
10 )L’agalmatorémaphobie : la peur étrange que les statues ne prennent vie
11) Paraskevidékatriaphobie : la peur du vendredi 13
12 ) L’ergophobie : la peur du travail
13 ) L’émétophobie : la peur de vomir
14 ) L’arachibutyrophobie : la peur d’avoir du beurre de cacahuète collé au palais
15 ) L’octophobie : la peur du chiffre huit
16 ) La nomophobie : la peur excessive d’être séparé de son téléphone mobile
17 ) Aérophobie : la peur du vent
18 ) La xanthophobie : La peur de la couleur jaune
19 ) L’omphalophobie: La peur des nombrils

 

 

20 ) La tirophobie : peur des fromages qui puent…..

21 ) L’antophobie : peur des fleurs

 

22 ) L’hylophobie : la peur des forêts

23 ) La chronomentrophobie : La peur des horloges
24 ) La pentheraphobie : la peur des belles mères… !

25 ) La mycophobie: La peur des champignons
Encore un billet qui va  » faire chou blanc  » !

 

Au Luxembourg tous les transports en commun sont gratuits!

   Petit par la superficie, le Luxembourg peut tout de même être grand, dans le domaine des innovations.
   En effet, dès la fin du mois de février de l’année 2020, le Grand-Duché est devenu le premier pays au monde à adopter la gratuité totale pour les transports publics, sur l’ensemble de son territoire. Une mesure osée !

   Une initiative généreuse…Résultat d’images pour luxembourg carte

  Depuis le début du mois de mars de l’année 2020, le Luxembourg est officiellement la plus grande collectivité à mettre en œuvre la gratuité des transports sur son territoire.

   Avant lui, plusieurs villes avaient déjà tenté l’expérience. En effet, dès 1962, Commerce ( petite ville du comté de Los Angeles ) avait rendu gratuits les déplacements intra-urbains.

   Plusieurs villes américaines, allemandes, italiennes et belges avaient, par la suite, emboîté le pas avec des résultats plus ou moins concluants.

    La France, quant à elle, n’est pas en reste puisque la ville de Compiègne a rendu le bus gratuit depuis 1975, tandis que la communauté urbaine de Dunkerque est la plus grande agglomération (200 000 habitants) à proposer des transports gratuits pour l’ensemble de ses résidents.

    Généreuse sur le principe, cette tendance s’est par la suite accrue avec l’adoption de mesures semblables par des villes comme Tallinn et Kansas City (deux agglomérations d’à peu près 450 000 habitants), lesquelles proposent toutes deux la gratuité totale des transports en commun pour leurs résidents.

    Cependant, aujourd’hui, le Luxembourg va encore plus loin puisque la gratuité des transports ne s’applique plus simplement aux transports urbains (comme les bus et les trams), mais également aux trains circulant à l’intérieur du petit État (les touristes et les transfrontaliers pouvant également bénéficier de cet avantage).

Une décision qui pourrait faire tache d’huile ?

   Une mesure similaire  était déjà appliquée depuis août 2018, mais ne concernait alors que les moins de 20 ans.
   Désormais étendue à l’ensemble des personnes transitant sur le territoire luxembourgeois, la gratuité des transports devrait  rester permanente et  ( pourquoi pas  ) faire des émules.

   À son crédit, cette initiative est, avant tout, une mesure sociale favorisant le retour à la mobilité de personnes isolées et démunies.

    Elle représente également une opportunité économique pur les commerces situés  dans les centres-villes de communes moyennes, trop peu fréquentés par les piétons.

    Enfin, l’argument écologique est évidemment incontournable puisque des transports gratuits donneraient enfin envie aux citadins de circuler sans leur voiture.