» Je le jure  »

    » Rien que la vérité , toute la vérité  »  :

 

 

Tout le monde connait cette formule dites la main levée ? ou sur la bible ? serment C’est la phrase dites pour prêter serment ( au U.S.A , en Europe ? ) , chez les Grecs autrefois , c’était , paraît il tout à fait différent  : Résultat d’images pour images citoyen grectémoins

 Les grecs posaient leurs mains sur leurs testicules ! Mais pour quoi ? 

   Indice étymologique : Le mot testicule vient du latin  » testis  », qui signifie témoin. Ainsi on dit que, dans la Grèce antique, les témoins lors des procès devaient jurer de dire la vérité en posant leurs mains sur leurs bourses.

   D’ailleurs il existerait aussi  un proverbe romain  » Testis unus, testis nullus  », ce qui signifie  » Un témoin, pas de témoin ». Si une seule personne était présente lors d’un événement alors son témoignage ne valait rien. Il devait y avoir en plus un autre témoin…

     Par analogie on a dit que dans lors d’une agression sexuelle il y a un agresseur, le pénis, un agressé (un vagin par exemple) et un témoin (les testicules). D’où leur importance. On pose les mains dessus car ce sont elles le tiers, le témoin,  » celui qui a tout vu  ».

   Même si cette dernière interprétation est contestée, différents passages de la Bible confirme le geste en question. Quand un individu y jure de dire la vérité, il met effectivement sa main sur le haut de ses cuisses. Il pourrait s’agir là d’une façon pudique d’exprimer l’idée de mains posées sur les testicules.

   Quoi qu’il en soit, la racine entre témoin et testicule est bien la même, testis. Et ceci , à la fois chez les Romains et les Grecs.

N.B : En anglais Résultat d’images pour illustrations témoin dans tribunal anglaisc’est encore plus clair, puisque le verbe  » témoigner  » se dit  » testify  », encore plus proche donc de  » testicule  » .

   Il existe  une autre hypothèse selon laquelle les testicules s’appellent ainsi car elles sont le  » témoin  »  de la virilité des hommes. Et comme  » testis » est agrémenté d’une forme en  »culus » qui renvoie à toutes les  »petites »  choses, testiculus veut dire : petit témoin. Certains affirment même que les testiculus sont le petit témoin des grandes choses accomplies par le pénis !!

    Odon Vallet Résultat d’images pour odon valletdans un livre intitulé  » Le honteux et le sacré  » écrit que  » dans d’innombrables civilisations, les hommes prêtent serment en portant la main à leurs parties intimes  »

Je  » vogue  » lol

bateau - mouche

     En fait, je cherche à m’occuper l’esprit mais pfff ! 

Alors : Un bateau – mouche ? 

    Les bateaux-mouches font partie du patrimoine de Paris, au même titre que ses monuments. Ils ont d’abord servi de moyens de transport, avant de permettre aux visiteurs de découvrir la capitale depuis la Seine. Mais d’où vient le nom de ces bateaux?

   Après quelques vagues ( çà va bien sur l’eau les  » vagues  » …) recherches :

   Les bateaux-mouches ont , parait il ,commencé à sillonner la Seine au moment de l’Exposition universelle de 1867. À cette époque, ils servaient de mode de transport.

  Et c’est le modèle conçu par des industriels lyonnais qui fut choisi par les autorités pour assurer la desserte fluviale de la capitale. Il s’agissait d’embarcations à vapeur, actionnées par des hélices. Elles pouvaient transporter de 300 à 400 personnes.

   Or, ces bateaux étaient fabriqués dans un secteur appelé le quartier de la Mouche. ( Ce nom lui venait des bras morts du Rhône, qui avaient reçu le surnom de  »mouches  »  ) .

   C’est donc en référence à ce nom familier que ces embarcations sorties des usines lyonnaises reçurent, par extension, l’appellation de  »bateaux-mouches  ».

bateau seine

 

 Une légende autour d’un nom ……

     Un des derniers bateaux-mouches encore en circulation fut acheté, après la Seconde Guerre mondiale, par l’industriel Jean Bruel  J.Bruel( apparemment pas de rapport avec P. Bruel  ) .   

    C’est lui qui créa, sous le nom officiel de Bateaux-Mouches, cette escadre de navires touristiques qui transporte encore aujourd’hui des milliers de visiteurs chaque jour.

    Le concepteur de ces bateaux-mouches d’un nouveau genre voulait leur donner une origine plus insolite. Aussi attribua-t-il la création de ces bateaux à un personnage imaginaire, Jean-Sébastien Mouche, dont il rédige la biographie.!!!!!

    Ce fondateur fictif des bateaux-mouches avait ,disait il , secondé le baron Haussmann, préfet de la Seine et initiateur de ces vastes travaux d’urbanisme qui transforment la capitale. Mais il aurait aussi fondé une police d’espions, connus, d’après son nom, sous l’appellation de  » mouchards ‘‘ !Afficher l’image source

   Au cours de l’inauguration des bateaux-mouches, en 1953, les autorités elles-mêmes, à commencer par le ministre des Transports, font référence aux exceptionnelles qualités de Jean-Sébastien Mouche, fondateur des bateaux du même nom.!!!!!

   Le canular a d’ailleurs la vie dure. Il n’est pas rare que des visiteurs, ou des Parisiens, se laissent encore abuser par cette origine flatteuse d’une des attractions touristiques les plus célèbres de la capitale.

 

 

 

Le Coca cola…/ tragédie ? !

   Durant la plus grande partie de sa vie, John Pemberton Pemberton a du combattre son addiction  » terrible  » aux opiacés, contractée après avoir été gravement blessé durant la guerre de Sécession. Et ce serait cette lutte quotidienne qui a permis l’invention du Coca-Cola, la boisson gazeuse la plus consommée au monde.       L’incroyable tragédie qui se cache derrière l’invention du Coca-Cola :Les origines du Coca-Cola remontent à la fin du 19e siècle, avec un certain docteur John Smith Pemberton, pharmacien et propriétaire d’esclaves qui a combattu aux côtés des forces confédérées durant la guerre de Sécession.

    Avant de servir dans le troisième bataillon de cavalerie de l’État de Géorgie, Pemberton obtient un diplôme en botanique et pratique une médecine dite  » thomsonienne  » , créée par l’herboriste et phytothérapeute Samuel Thomson, censée débarrasser le corps humain de ses toxines. A l’époque, ces pratiques sont considérées avec énormément de suspicion et de méfiance, ce qui n’empêche pas Pemberton de populariser cette discipline à travers l’est des États-Unis. L’homme obtient ensuite un   »graduate degree   »en pharmacie, peu de temps avant le début de la guerre de Sécession, en 1861….

   Pendant ce conflit , Pemberton va contracter une forte dépendance à la morphine, la véritable tragédie de sa vie. Durant la bataille de Colombus en avril 1865, il est gravement blessé à la poitrine par un coup de sabre qui manque de le tuer. L’homme survit finalement, mais les stigmates de ces blessures le marqueront à vie. Pour limiter les douleurs qu’elles provoquent, les médecins lui proposent de la morphine, un puissant opiacé déjà utilisé à l’époque comme analgésique. Pemberton prend rapidement conscience qu’il va lui falloir combattre cette addiction, et c’est ainsi qu’il se met en quête d’un remède qui lui permettra de s’en libérer.

    S’appuyant sur les connaissances qu’il a acquises durant ses années d’étude et de pratique, John Pemberton commence à travailler sur un breuvage qui lui permettra de se libérer progressivement de sa dépendance à la morphine. Il expérimente différentes formules à base d’herbes et de plantes, parmi lesquelles on retrouve les  incontournables feuilles de coca, la matière première utilisée pour produire de la cocaïne. En 1885, il conçoit une boisson à base de vin français et de coca péruvien : le  » French Wine Coca  » pemberton vin, probablement inspiré par la recette du vin Mariani, un mélange de vin de Bordeaux et de feuilles de coca mis au point en 1863 par le chimiste corse Angelo Mariani.

  La prohibition l’obligea à revoir sa recette :

Sa boisson, vendue comme un antidépresseur, un analgésique et un puissant aphrodisiaque, permet non seulement à Pemberton de soulager sa dépendance aux opiacés, mais rencontre aussi un succès immédiat auprès du public.       Malheureusement pour le pharmacien, le comté d’Atlanta impose la Prohibition en 1886, ce qui le force à revoir la recette de son breuvage pour ne pas perdre son juteux marché. Sa boisson comporte désormais 8,46 mg de cocaïne, et le vin qui lui servait de base est remplacé par un sirop sucré. Aidé de son ami de longue date Willis E. Venable, Pemberton la rebaptise Coca-Cola.

 Cinq mois avant la naissance officielle du Coca-Cola, le pharmacien fonde la  » Pemberton Chemical Company  ». Son breuvage, désormais vendu dans les officines les plus importantes d’Atlanta comme une boisson rafraîchissante, connait un franc succès. Insolite : il aurait normalement dû être vendu à des fins médicinales si ses inventeurs n’avaient pas ajouté accidentellement de l’eau gazéifiée au mélange. La Prohibition est officiellement annulée en 1887, et l’homme décide de reprendre la production de son  » French Wine Coca  ».french win

Phobie…..

    Ces derniers jours, la fameux virus ( pas drôle du tout ) entraîne des peurs obsédantes nommées aussi  des  » phobies   » ? ( Comme serrer le main d’un ami , d’un proche , être proche d’une personne qui éternue etc….)…

Alors , histoire de m’occuper , j’en ai chercher d’autres …Et  il y en a !!!

   La peur des horloges, des belles mères ou encore celle des mentons !…Autant de phobies insolites  surement peu connues . Et pourtant, elles existent vraiment !

    L’agoraphobie ou la claustrophobie sont des phobies  » courantes  » , connues qui peuvent être très handicapantes au quotidien, certaines personnes souffrent de phobies méconnues qui pourraient porter à rire.   La peur est une chose propre à chacun qu’il est possible de décliner à l’infini … 

1) L’ombrophobie : la peur de la pluie

2 ) La géniophobie : la peur des mentons

La géniophobie : Pour ceux qui en souffrent , les frères Bognannoff Afficher les détails de l’image associéedoivent être effrayants lol 

3 ) La nanopabulophobie : la peur des nains de jardin à brouette

4 ) La trypophobie : la peur des trous

5 ) La pogonophobie : la peur des barbes

6 ) L’hippopotomonstrosesquippedaliophobie : la peur des longs mots

7 ) La basophobie : la peur de marcher
8 )La génuphobie : la peur des genoux
9 ) L’anatidaephobie : la peur incontrôlable d’être observé par un canard
10 )L’agalmatorémaphobie : la peur étrange que les statues ne prennent vie
11) Paraskevidékatriaphobie : la peur du vendredi 13
12 ) L’ergophobie : la peur du travail
13 ) L’émétophobie : la peur de vomir
14 ) L’arachibutyrophobie : la peur d’avoir du beurre de cacahuète collé au palais
15 ) L’octophobie : la peur du chiffre huit
16 ) La nomophobie : la peur excessive d’être séparé de son téléphone mobile
17 ) Aérophobie : la peur du vent
18 ) La xanthophobie : La peur de la couleur jaune
19 ) L’omphalophobie: La peur des nombrils

 

 

20 ) La tirophobie : peur des fromages qui puent…..

21 ) L’antophobie : peur des fleurs

 

22 ) L’hylophobie : la peur des forêts

23 ) La chronomentrophobie : La peur des horloges
24 ) La pentheraphobie : la peur des belles mères… !

25 ) La mycophobie: La peur des champignons
Encore un billet qui va  » faire chou blanc  » !

 

La  » Sagrada Familia »

   Il y a 138 ans , le 19 mars 1882 , la construction de la basilique ( Sagrada Familia ) Prend une ampleur inattendue avec l’arrivée ( un an après la pose de la première pierre ) du jeune architecte  » visionnaire  » Antoni Gaudi Image illustrative de l'article Antoni Gaudí ….Qualifié d’avant-gardiste  artistique et audacieux , il imposa son projet et fit de ce monument le symbole  » le plus éclatant  » de la capitale catalane . ( au total , Gaudy y consacrera 43 ans de sa vie ! )

 

 La Sagrada Familia est un symbole de Barcelone. Deux millions de touristes viennent en Catalogne chaque année pour la visiter ce temple inachevé dont l’ouverture est prévue pour la fin de 2026. C’est ce que l’architecte actuel qui dirige le travail assure. 

L’initiative de construction :

   Le promoteur de la construction de la Sagrada Familia fut Josep Maria Bocabella i Verdaguer, un libraire dévoué et très cultivé qui fonda en 1866 « L’Association Spirituelle des Fervents de Saint Joseph ». Cette  » entité  » a collaboré à la diffusion du catholicisme à l’époque de la Révolution industrielle en promouvant l’idéologie conservatrice.

   M. Bocabella a visité le Saint-Père de Rome en 1872 et, au nom de l’Association, a donné une image en argent de la Sainte Famille. À son retour, il a visité la ville de Loreto, où il a été inspiré pour concevoir un temple expiatoire. Cela n’a pas eu beaucoup de succès et l’Association a mandaté l’architecte Francesc de Paula y Villar pour construire un temple qui n’était pas la copie servile d’un autre.

  En 1881, ils ont acquis le terrain limité par les rues de Majorque, Provence, Marina et Sardaigne avec une superficie totale de 12 800 m2 pour un prix de 172 000 pesetas (1034 euros ). Le travail a commencé en suivant un style néo-gothique conventionnel et à la Saint-Joseph en 1882, l’évêque Morgades a posé la première pierre.

   Francesco de Paula Villar démissionne en tant que directeur de projet ( en raison de divergences avec l’architecte Martorell ) , membre du conseil d’administration qui est également intervenu dans le projet et Josep Maria Bocabella Résultat d’images pour josep maria bocabella i verdaguer. Le 3 novembre 1883, Gaudí succéda à Francesc de Paula Villar i Lozano comme architecte de la Sagrada Familia, sur proposition de l’architecte Joan Martorell.

Sagrada Familia, achevé en 2016 ?

  Commencé en 1882… cela finira-t-il en 2026 ? Durée du projet : 144 ans !

Incorporation de Gaudi

   En 1883, Gaudi a repris le projet et l’a transformé selon son nouveau style architectural, en combinant le gothique avec des formes propres de l’Art Nouveau. Ainsi, le véritable style de l’église telle qu’elle est aujourd’hui a commencé avec l’intervention de Gaudí en 1883.

   Gaudi ajouta une fosse autour de la crypte déjà commencée afin que la lumière directe puisse entrer et ventiler naturellement. En plus , Gaudí a modifié les capitaux, ce qui amena un  »  différend  » avec Villar. De là, Gaudí a reconsidéré l’ensemble du projet et a développé l’idée d’un temple grandiose avec un plan en croix latine dans lequel il a déposé toutes ses connaissances architecturales.

 » Perchoir  »…..

   Pour nommer l’estrade sur laquelle sont installés le bureau et le siège du président de l’Assemblée nationale , on utilise le mot  » perchoir  » Résultat d’images pour assemblée nationale '' perchoir ''….Même les politiques entre eux et les journalistes servent systématiquement de ce terme …..

Ces derniers ne connaissent certainement pas l’origine disons  » péjorative  » de ce mot …En effet , il serait apparu pour la première fois dans un livre satirique du 19ème siècle ,  » L’assemblée nationale comique  » écrit par un certain Louis Mortimer TernauxTernaux ,dans lequel le président de la dite assemblée est traité de  » cacatoès sur son perchoir  » ….

Une métaphore volatile qui expliquerait peut-être la tendance qu’ont les députés à se laisser aller à des  » prises de becs  » ! ?

marin-francis08@outlook.com

fralurcy085903@gmail.com

 » Se porter comme un charme  »……

  Employée dans toute la France ? Je ne sais pas , mais chez moi , elle l’est  dans le sens  de :  » Se porter parfaitement, merveilleusement  »

En cette période où la majorité des gens sont loin de  » se porter comme un charme  » , j’ai eu en vie de connaitre son origine  etc…..

Et : 

  On peut imaginer que cette expression constitue une allusion aux carmes religieux dans le nom desquels le c serait prononcé comme ch.

  En effet, les carmes s’appellent les barrés, à cause  de leurs robes qui étaient divisées par des bandes blanches et noires, et il est tentant de rapprocher cette observation de la censure suivante de ces moines dans la Chanson des Ordres par Ruteboeuf :

Et li frer Barré
Resont cras et quarré,
Ne sont pas enserré.
Je les vi mercredi,
Papelart et Beguin
Ont le siecle honi

   Et l’on peut être d’autant plus porté à croire cette étymologie véritable, que, dans toute cette chanson, composée de 13 couplets, l’ordre des Barrés est le seul qui soit signalé comme  » cras et quarré  ». Mais si on confronte cette hypothèse aux lignes suivantes du Glossaire du centre de la France, par le comte Jaubert :  » D’un charme. Parfaitement, agréablement, avec soin. Il a arrangé cela d’un charme. Il se porte comme d’un charme. Le feu brûle d’un charme.  On dit vulgairement, en français, se porter comme un charme  »

  Ainsi, carme doit être abandonné, et reste seulement charme, enchantement, pour solution. En effet, dans nos patois du Midi, la préposition de est employée comme en espagnol. Or, dans cette langue, on dit, par exemple » Estaba de presidente, il siégeait comme président. L’expression un charme signifie donc comme un charme. Mais un charme est ce qu’on suppose ou qu’on croit fait par un magicien, c’est un prodige, une merveille, enfin ; et voilà de quelle manière comme un charme, qui veut dire par enchantement, en est venu à signifier, en français, parfaitement, merveilleusement.

P.S : Et moi , dans mon immense ignorance , je pensais que l’expression avait un rapport avec l’arbre ! 

marin-francis08@outlook.com

fralurcy085903@gmail.com

Savoir ceci est inutile ….

……

Les britanniques ont un ministre de la solitude  !

Inutile, mais VRAI :

  Au Royaume-Uni, une  » ministre de la solitude  » pour lutter contre l’isolement social : 

  Alors que neuf millions de personnes souffrent d’isolement, le gouvernement veut poursuivre le combat engagé par la députée travailliste Jo Cox, assassinée en 2016.

 

A Londres, le 18 octobre 2013.

    Alors que le Brexit a commencé à plonger le Royaume-Uni dans un certain isolement diplomatique, le pays a décidé de lutter contre un nouveau fléau social : la solitude.

      Theresa May T.Maya nommé, le 17 janvier 2018 , une secrétaire d’Etat chargée des personnes isolées et elle a confié ces fonctions à Tracey Crouch, ministre des sports. Neuf millions de Britanniques (sur une population de 65,6 millions) souffrent de solitude selon la Croix-Rouge et 200 000 personnes âgées affirment n’avoir parlé à aucun ami ou aucun proche dans le mois précédent. La première ministre a affirmé vouloir  » prendre des mesures contre la solitude endurée par les personnes âgées, ceux qui ont perdu des êtres chers, les gens qui n’ont personne à qui parler  » .

 

 »Rouler une pelle  » heuu????

 

   Comme chacun le sait , cette expression familière et argotique ,  signifie s’embrasser avec la langue. Plus précisément, embrasser une personne sur la bouche en se servant de sa langue. Autrement dit, faire un baiser  » appuyé  » sur la bouche.baiser

D’où vient l’expression ?

  Cette expression tirerait  son origine du verbe  » peloter  » qui remplaça  » patiner  » au 19ème siècle et qui signifiait caresser avec insistance. L’expression utilisée  à l’époque était , parait il   » rouler un pélot  » , dérivant de  » peloter  » qui, par déformation, donne rouler une pelle ou un palot. Si cette expression aujourd’hui peut aussi dire,  » embrasser érotiquement  » , au 17ème siècle, elle était employé par les joueurs de paume,  ( ancêtre du tennis ). En effet, avant les matchs, les joueurs  » pelotaient en attendant partie  », c’est-à-dire qu’ils s’échauffaient lors  de plusieurs échanges avant d’entrer dans le vif du jeu. Des sortes de   » préliminaires  » qui , plus tard , ont fini par donner au mot son sens actuel.

   » On  » dit aussi  :  » rouler un patin, galocher, rouler une galoche  ». En regardant l’expression  » Rouler un patin  »  de plus près, il est possible de penser  que ce soit une déformation du mot patte qui désignait un chiffon, mais cette définition  n’était déjà plus utilisée  au 19ème siècle.

   Autre possibilité : Un substantif tiré du verbe  » patiner  » qui signifiait, en argot  » caresser  » son partenaire. Le mot  »  patin  » pourrait aussi avoir permis à l’expression de durer avec l’essor des patins à roulettes  ??? , très en vogue il y a quelques années ..       

    Encore une autre explication, la  » galoche  » désigne une chaussure en argot. De nombreuses variantes existent,  » pelle  » en faisant partie et étant la plus fréquemment employée mais aussi  » saucisse  » ou  » escalope  » ????.

  Bref , à vous de juger bon de rouler une pelle ou pas, sans pour autant risquer de vous prendre un râteau ! lol