Pour finir ….

Un  » savoir inutile  » et…..insolite ( si vrai ) :

  Le Viagra Résultat d’images pour viagra aurait été inventé au cours de recherches sur l’angine de poitrine  ! ? 

_____________________________________

En cherchant plus  » sérieusement  » : ( Ce serait peut- être vrai ? )
Le Viagra est apparu  à la suite de recherches pharmacologiques menées par la compagnie Pfizer. En 1992, les scientifiques essayaient un nouveau médicament: le Sildenafil Citrate, dans la ville anglaise Sandwich. Ce médicament était élaboré spécialement par les savants pour traiter des maladies du cœur. Il était prévu que le sildénafil devait augmenter le débit sanguin vers le muscle cardiaque et ainsi diminuer la pression artérielle. Mais les scientifiques n’ont pas observé l’effet attendu.

     En revanche, la plupart des hommes qui avaient participé à l’expérience notaient quant à eux l’amélioration notable de la qualité de leurs érections !!!!

Displeased indignant Caucasian woman shrugging shoulders with open palms after her husband couldn't perform sexually again. Frustrated male having erectile dysfunction, lying in bed with his wife

 » Châtié  »langage de La  » Palatine  »…

  Heuuu : Au risque de choquer mes lecteurs éventuels , mais c’est pourtant vrai  !

  ( pratiquement tout recopié dans un magazine  ) :

   Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, le moins qu’on puisse dire c’est qu’Élisabeth-Charlotte du Palatinat (Elisabeth Charlotte, Prinzessin von der Pfalz en allemand), plus connue sous le nom de  » La Palatine  », a été une  » des grandes gueules  » de son époque.
Louis XIV la qualifiait d’ailleurs lui-même comme telle !

   Quand elle débarque à Versailles à l’âge de 19 ans, cette seconde épouse de Philippe d’Orléans, dit  » Monsieur  », frère du Roi, a déjà l’esprit et la plume sacrément aiguisés et entend bien s’en servir !

   Prolixe, on estime qu’elle entretint une correspondance de plus de 60,000 lettres à travers toute l’Europe, dont on a (malheureusement) pu conserver à ce jour qu’un petit dixième.
Mais quel dixième !!!!

   La plupart des lettres de la Palatine sont de véritables petits bijoux d’humour et de sarcasme saupoudrés de mots crus sur les personnes, le us et coutumes et les petits maux de la vie de cour.

Quand la Palatine aimait : elle le disait.
Quand la Palatine n’aimait pas : elle le disait aussi… et sans chichi !

 » Je suis trop franche pour écrire autrement que je ne pense  »
Et on vous en remercie chère Madame !

  Pétillante, drôle, avisée, droite, indépendante, parfois triviale et sans complaisance mais toujours juste dans ses affections ou ses ressentiments, celle qu’on a surnommé l’   » Océan D’encre  »

 » Madame Rêve… de Toilettes !  »  1694, Madame-Belle-Soeur-Du-Roi n’est plus vraiment la bienvenue à Versailles.
Elle n’aime guerre l’épouse morganatique de Louis XIV (Madame de Maintenon) et cette rancœur n’est pas du goût du vieux Roi

Elle passe donc une partie de son temps à Fontainebleau.

Mais celle qui fut la 2ème femme la plus importante de la cour de France a bien du mal à se faire à la rusticité du petit château de banlieue comme en témoigne cette lettre qu’elle envoie à sa tante adorée Sophie de Bohême, princesse-électrice de Hanovre, le 9 octobre 1694 :

 » Vous êtes bien heureuse d’aller chier quand vous voulez ; chiez donc tout votre chien de soûl.
Nous n’en sommes pas de même ici, où je suis obligée de garder mon étron pour le soir ; il n’y a point de frottoir aux maisons du côté de la forêt.

J’ai le malheur d’en habiter une, et par conséquent le chagrin d’aller chier dehors, ce qui me fâche, parce que j’aime chier à mon aise, et je ne chie pas à mon aise quand mon cul ne porte sur rien.

Item, tout le monde nous voit chier ; il y passe des hommes, des femmes, des filles, des garçons, des abbés et des Suisses.
Vous voyez par là que nul plaisir sans peine, et que, si on ne chiait point, je serais à Fontainebleau comme le poisson dans l’eau.

Il est très chagrinant que mes plaisirs soient traversés par des étrons.
Je voudrais que celui qui a le premier inventé de chier ne pût chier, lui et toute sa race, qu’à coups de bâton!
Comment, mordi ! qu’il faille qu’on ne puisse vivre sans chier ?

Soyez à table avec la meilleure compagnie du monde ; qu’il vous prenne envie de chier, il faut aller chier.
Soyez avec une jolie fille ou femme qui vous plaise ; qu’il vous prenne envie de chier, il faut aller chier ou crever.
Ah ! maudit chier !
Je ne sache point de plus vilaine chose que de chier.

Voyez passer une jolie personne, bien mignonne, bien propre ; vous vous récriez :  » Ah ! que cela serait joli si cela ne chiait pas !  »

Je le pardonne à des crocheteurs, à des soldats aux gardes, à des porteurs de chaise et à des gens de ce calibre-là.

Mais les empereurs chient, les impératrices chient, les rois chient, les reines chient, le pape chie, les cardinaux chient, les princes chient, les archevêques et les évêques chient, les généraux d’ordre chient, les curés et les vicaires chient.

Avouez donc que le monde est rempli de vilaines gens !
Car enfin, on chie en l’air, on chie sur la terre, on chie dans la mer.
Tout l’univers est rempli de chieurs, et les rues de Fontainebleau de merde, principalement de la merde de Suisse, car ils font des étrons gros comme vous, Madame.

Si vous croyez baiser une belle petite bouche avec des dents bien blanches, vous baisez un moulin à merde.
Tous les mets les plus délicieux, les biscuits, les pâtés, les tourtes, les farcis, les jambons, les perdrix, les faisans, etc., le tout n’est que pour faire de la merde mâchée, etc.  »

portrait de sophie de hanovre, tante de la palatine
Et la duchesse de Hanovre de répondre un argumentaire pro-caca imparable le 31 Octobre 1694 :
 » C’est un plaisant raisonnement de merde que celui que vous faites sur le sujet de chier, et il paraît bien que vous ne connaissez guère les plaisirs, puisque vous ignorez celui qu’il y a à chier ; c’est le plus grand de vos malheurs.
Il faut n’avoir chié de sa vie, pour n’avoir senti le plaisir qu’il y a de chier ; car l’on peut dire que de toutes les nécessités à quoi la nature nous a assujettis, celle de chier est la plus agréable.

On voit peu de personnes qui chient qui ne trouvent que leur étron sent bon; la plupart des maladies ne nous viennent que par faute de chier, et les médecins ne nous guérissent qu’à force de nous faire chier, et qui mieux chie plutôt guérit.

On peut dire même qu’on ne mange que pour chier, et tout de même qu’on ne chie que pour manger, et si la viande fait la merde, il est vrai de dire que la merde fait la viande, puisque les cochons les plus délicats sont ceux qui mangent le plus de merde. 

Les boudins, les andouilles et les saucisses ne sont-ce pas des ragoûts dans des sacs à merde ?

La terre ne deviendrait-elle pas stérile si on ne chiait pas ne produisant les mets les plus nécessaires et les plus délicats qu’à force d’étrons et de merde ? 

Les beaux teints ne s’entretiennent que par de fréquents lavements qui font chier; c’est donc à la merde que nous avons l’obligation de la beauté.  Sans la merde des fouines, des civettes et des autres animaux, ne serions nous pas privés des plus fortes et meilleures odeurs ? 

Demeurez donc d’accord que chier est la plus belle, la plus utile et la plus agréable chose du monde. […]

Vous étiez de bien mauvaise humeur quand vous avez tant déclamé contre le chier; je n’en saurais donner la raison, sinon qu’assurément votre aiguillette s’étant nouée à deux nœuds, vous aviez chié dans vos chausses.[…]

J’espère qu’à présent vous vous dédirez d’avoir voulu mettre le chier en si mauvaise odeur, et que vous demeurerez d’accord qu’on aimerait autant ne point vivre que ne point chier  »

Insolite ! ?

 » Se porter comme un charme  »……

  Employée dans toute la France ? Je ne sais pas , mais chez moi , elle l’est  dans le sens  de :  » Se porter parfaitement, merveilleusement  »

En cette période où la majorité des gens sont loin de  » se porter comme un charme  » , j’ai eu en vie de connaitre son origine  etc…..

Et : 

  On peut imaginer que cette expression constitue une allusion aux carmes religieux dans le nom desquels le c serait prononcé comme ch.

  En effet, les carmes s’appellent les barrés, à cause  de leurs robes qui étaient divisées par des bandes blanches et noires, et il est tentant de rapprocher cette observation de la censure suivante de ces moines dans la Chanson des Ordres par Ruteboeuf :

Et li frer Barré
Resont cras et quarré,
Ne sont pas enserré.
Je les vi mercredi,
Papelart et Beguin
Ont le siecle honi

   Et l’on peut être d’autant plus porté à croire cette étymologie véritable, que, dans toute cette chanson, composée de 13 couplets, l’ordre des Barrés est le seul qui soit signalé comme  » cras et quarré  ». Mais si on confronte cette hypothèse aux lignes suivantes du Glossaire du centre de la France, par le comte Jaubert :  » D’un charme. Parfaitement, agréablement, avec soin. Il a arrangé cela d’un charme. Il se porte comme d’un charme. Le feu brûle d’un charme.  On dit vulgairement, en français, se porter comme un charme  »

  Ainsi, carme doit être abandonné, et reste seulement charme, enchantement, pour solution. En effet, dans nos patois du Midi, la préposition de est employée comme en espagnol. Or, dans cette langue, on dit, par exemple » Estaba de presidente, il siégeait comme président. L’expression un charme signifie donc comme un charme. Mais un charme est ce qu’on suppose ou qu’on croit fait par un magicien, c’est un prodige, une merveille, enfin ; et voilà de quelle manière comme un charme, qui veut dire par enchantement, en est venu à signifier, en français, parfaitement, merveilleusement.

P.S : Et moi , dans mon immense ignorance , je pensais que l’expression avait un rapport avec l’arbre ! 

marin-francis08@outlook.com

fralurcy085903@gmail.com

pas vraiment envie de le  » faire  »….

….mais , pour ne pas penser trop à la réalité , je cherche des moyens de  » me changer les idées  » : Comme chercher l’origine de mots  / expressions .

    Donc , je n’ai pas envie de  » faire le mariole  » …pitre

    Là encore , je ne sais pas si l’expression est employée dans toutes le régions , mais  » chez moi  » , elle l’est …

   Elle l’est pour parler d’une personne qui cherche à se faire remarquer via des moyens ni subtils , ni …intelligents …( des blagues  » douteuses   » , même des grimaces )

Le terme  » mariole  » serait apparu en France au 16 ème siècle :

 Il y a deux hypothèses  pour son origine :

La première viendrait de l’italien  » mariolo » qui signifiait un escroc ou quelqu’un de rusé voleurIl aurait même  été  » construit  » à partir de Maria ( la vierge Marie ! ) ,il s’agissait alors de désigner les personnes qui feignent la dévotion, font semblant …

Vieille vidéo  » messe  » ( dévotion ) 

 

 

La seconde : Une pitrerie impliquant un soldat nommé  » Mariolle  » ( Son nom exact serait <=Dominique Gaye- Mariolle  ) .

 

 

( Statue d’un sapeur des grenadiers de la Garde impériale )

     Héros des guerres de la révolution et de l’empire , il était célèbre pour sa bravoure et sa grande taille ( il mesurait plus de deux mères ! ) Blessé au combat, il est admis en tant que sapeur dans le corps des grenadiers de la Garde Impériale.

     Et , en 1807 , alors que Napoléon 1er passe en revue ses troupes , Mariolle se fait , parait il , remarquer : Il présente les armes d’une façon pour le moins originale : Pas avec son fusil , mais avec un canon pesant plus de 100 Kg ! Napoléon l’aurait félicité pour sa force , et c’est de là que viendrait l’expression  ! ?

 

 

 

 

Du Guesclin….

………..L’homme au quatre tombeaux  !  ( avec une pointe d’humour  de ma part  ) 

 

Duguesclin 4 tombeaux

    » Le courage donne ce que la beauté refuse  » était sa devise car il était  réputé laid au point , parait il , que ma mère ne pouvait le regarder sans répugnance
  Les anglais étaient sa bête noire…
 Ses faits d’armes pour la France, en tant que simple soldat ou chevalier sont très nombreux …
 Une des grandes figures de la guerre de cent ans…
  Pourtant il a commencé sa carrière comme petit brigand dans la foret de Brocéliande où il  détroussait les anglais, ce qui lui  valut son célèbre surnom :  » Le Dogue noir de Brocéliande  »
   Le 02 Octobre 1370, lui qui s’est  toujours battu à la hache, reçoit des mains du roi Charles V l’épée d’or de grand Connétable de France…
portrait de bertrand Du Guesclin pour PCPL

C’est ce qu’on ( la légende ? ) dit de Bertrand Du Guesclin !

   Le 13 juillet 1380, il meurt à l’âge de 60 ans lors du siège de Chateauneuf-de-Randon qu’il était  près   de remporter…

 ‘‘ Chienne de vie  » !                                                  image du net =>

   Depuis le mois de juin, Du Guesclin tient effectivement en état de siège le Château de Randon, en Lozère, aux cotés du maréchal de Sancerre, afin de reprendre la place forte aux grandes Compagnies Franches qui l’occupent et qui passent leurs temps à tuer les villageois alentours et à piller ….

   A plusieurs reprises, il lance l’assaut avec violence sans jamais réussir à pénétrer dans la place, mais il en faut plus pour  le décourager .
    Et malgré tout, la méthode a son petit effet car de son coté, sentant bien qu’il ne va pas tenir longtemps à ce rythme, le gouverneur de Randon fini par promettre de se rendre si, sous 15 jours, des renforts anglais ne viennent pas le secourir.
   Il viendra alors en personne déposer les clefs de la forteresse à Du Guesclin.

    »Patientons alors  »…se dit Dugueslin 

   Tout ça aurait été trop facile sans que le destin s’en mêle : Du Guesclin tombe malade durant les négociations au point qu’en vérité, c’est le Maréchal de Sancerre qui mène les tractations, prétextant l’orgueil irrité du connétable de France pour justifier son absence à la table des négociations.

   Aucune source n’explique vraiment quels furent les symptômes : on parle indistinctement de  » maladie  » ou de  » fièvre  »  qui emporte Du Guesclin en quelques jours à peine.

   La rumeur populaire s’empare alors de cette mort bien mystérieuse, l’attribuant à une dysenterie due à une trop forte consommation d’eau glacée de la fontaine de Cloze (ou Glauze) en cet été caniculaire 1380.
gravure de la réddition de chateauneuf de randon sur le cercueil de Du Guesclin pour parciparla.fr
   Aujourd’hui ça prête à sourire mais il faut se  souvenir qu’à l’époque, on porte côte de mailles et plaques de métal sur le corps : ça faisait quand même un peu étuve là dedans ! lol

Bref !
 Mauvais virus ou grosse diarrhée, toujours est-il que Bertrand du Guesclin meurt le jour même de la fin de la trêve des 15 jours, le 13 Juillet 1380.

 » Chienne de Vie  »  !

   Dans son testament, Du Guesclin avait souhaité que son corps repose en sa terre natale de Bretagne auprès de sa femme Tiphaine Raguenel, déjà enterrée dans l’église des Jacobins de Dinan.
   Il faut donc organiser rapidement le rapatriement du corps parce que la Bretagne  » c’est pas la porte à coté et qu’il fait chaud  ».

   Mais après une soixantaine de kilomètres, le cortège funéraire s’arrête au Puy en Velay pour procéder à l’embaumement du corps selon la traditionnelle tripartition. ( rappel : tripartir veut dire qu’on sépare le corps des entrailles et du cœur).

  Les viscères de Du Guesclin sont alors déposés sous l’autel de l’église Saint Laurent du Puy du couvent des dominicains.

Le cortège reprend la route…

   Mais arrivé à Monferrand (environ 130km plus loin), on est contraint de faire une nouvelle halte… sanitaire.
  Une quantité astronomique de mouches suivent la procession depuis plusieurs kilomètres déjà et l’odeur est devenue insoutenable.

 » Force est de constater  » que l’embaumement a échoué.
  Est ce du à une mauvaise manipulation des praticiens ? A la trop forte chaleur ? Nul ne sait…
   Mais il faut  » urgemment solutionner  » le problème sinon Du Guesclin n’atteindra jamais Dinan autrement que grouillant d’asticots.

  Il est alors décidé de procéder au  » Mos Teutonicus  », une technique d’excarnation teutonne qui consiste à faire bouillir le corps dans du vin épicé pour détacher les muscles du squelette.

   Comme on ne va pas repartir avec un doggy-bag de viande, les chairs,( bien cuites et parfaitement assaisonnées ), sont inhumées sur place, à Montferrand, au Couvent des Cordeliers.

  Le cortège reprend la route… avec ce qu’il reste du défunt, c’est à dire plus grand chose : les os et le cœur.
Mais normalement, plus rien de devrait les arrêter…
Sauf peut-être le Roi !

portrait de Charles V le sage pour l'article PCPL dédié à la mort de bertrand du guesclin Ayant appris la mort de son  » homme lige  », Charles V, fou de tristesse, ne peut se résoudre à abandonner le corps de celui qui lui a été si fidèle.
  Même dans la mort ils ne sauraient être séparés et ça tombe bien : Charles V est justement en train de faire construire sa future sépulture dans la nécropole royale de Saint Denis.

   Il fait alors aménager une niche aux pieds de son tombeau pour qu’y soient déposés les os de Bertrand Du Guesclin, passant outre les dernières volontés de son fidèle bras armé (mais il s’en fout Charles, il est Roi et puis après tout, il risque pas de râler Bertrand !)lol

   Le cortège funéraire est donc intercepté au Mans et le squelette de Du Guesclin rapatrié vers la capitale afin qu’on puisse lui organiser des funérailles solennelles et l’inhumer en Saint Denis, bien que Du Guesclin n’ai jamais appartenu à la famille royale.

   Pour l’anecdote, Charles V mourant 2 mois plus tard, il ne pourra jamais procéder lui-même aux funérailles de Du Guesclin.

   Grandement  »allégée  », la procession funéraire fini malgré tout par atteindre Dinan où le cœur du Connétable, seul vestige du grand homme, est déposé sous une dalle au couvent des Jacobins avant, en 1810 d’être transféré dans l’église Saint-Sauveur.

Chienne de mort !

  Pour finir, il faut noter  qu’aujourd’hui seules 3 des 4 sépultures de Bertrand Du Guesclin sont encore visibles.
Ou plutôt une sépulture, un  »cardiotaphe ‘  et un  » cénotaphe  ».
   En effet, le tombeau des chairs bouillies disparut avec l’église de Montferrand au moment de la Révolution tandis que les tombeaux de Saint Denis, qui n’échappèrent pas à la grande vague de profanations de 1793, furent remplacés par des cénotaphes.

   Malgré tout, Bertrand Du Guesclin reste très probablement le seul défunt au monde à avoir possédé 4 tombeaux.

 

Toujours avoir une maman  » allaitant  » chez soi ? lol

   Les mamans qui allaitent ne produisent pas seulement un liquide incroyable pour leur bébé…

…mais aussi un liquide magique qui peut guérir des  » bobos » et être bien utile dans plusieurs occasions.

     Utilisations du lait maternel que personne ou presque  ne connaît.

  1 ). Érythème fessier  : Le lait maternel peut être utilisé pour guérir les fesses rouges et enflammées des bébés. Il suffit d’en tamponner quelques gouttes sur la zone concernée et de laisser sécher à l’air libre avant de remettre la couche.

  2 ) . Piqûres d’insectes  : Vous avez été piqué par un moustique ? Mettez un peu de lait maternel sur la piqûre. Vous verrez, le lait soulage les démangeaisons et les piqûres plus rapidement que les crèmes vendus dans les pharmacies.

  3 ). Comme démaquillant  : Oui !? Le lait maternel peut faire office de démaquillant. Le lait maternel peut être utilisé comme une lotion pour se démaquiller. Appliquez-en sur un coton et passez le coton sur votre visage comme vous le feriez avec un démaquillant du commerce. Le lait peut également être appliqué directement sur le visage.

  4 ). Eczéma  : Le lait maternel fait des merveilles pour guérir les plaques sèches d’eczéma, car il est naturellement hydratant. Frottez doucement une petite quantité de lait sur la zone affectée. Les plaques d’eczéma vont disparaître rapidement s’atténuer.

  5 ). Crevasses sur les mamelons  : En général, les mères qui allaitent utilisent de la lanoline pour guérir les mamelons crevassés et secs. Mais le lait maternel peut être encore plus efficace. Faites gicler quelques gouttes et frottez la zone affectée aussi souvent que nécessaire.

  6 ). Infections de l’oreille  : Certains experts recommandent aux parents de mettre quelques gouttes de lait maternel dans l’oreille de l’enfant pour favoriser l’évacuation de l’infection. Répétez le traitement plusieurs fois par jour et l’infection va disparaître plus rapidement qu’avec des antibiotiques traditionnels – et c’est beaucoup moins cher !

   7 ). Piqûres d’orties  : Trempez un peu de coton dans du lait maternel et l’appliquez-le sur les boutons causés par les orties faites par l’herbe à puce. Recommencez toutes les quelques heures pour soulager les démangeaisons.

  8 ). Canal lacrymal bouché  : Certaines mères ne jurent que par le lait maternel pour dégager les canaux lacrymaux bouchés. Appliquez-en un peu sur un coton stérile et tamponnez avec le contour des yeux plusieurs fois par jour.

 10 ). Acné du nourrisson  :Pour éliminer l’acné du nourrisson, utilisez un peu de lait maternel. Mettez-en sur le visage du bébé avec un doigt propre plusieurs fois par jour et laissez-le sécher à l’air libre.

   11 ). Petites brûlures : Une petite brûlure ? Mélangez un peu de lait maternel à de la compote de myrtilles. Et appliquez directement ce remède sur la brûlure. Cela fait des merveilles !

   12 ). Coups de soleil :  En tapotant doucement quelques gouttes de lait maternel sur les coups de soleil, on apaise la peau et on soulage la douleur.

   13 ). Verrues : Mouillez généreusement un morceau de coton avec du lait maternel et appliquez-le sur les verrues. Recommencez 2 fois par jour pour les assécher rapidement.

   13 ). Boutons de fièvre  : Tapotez le bouton de fièvre avec un morceau coton imbibé de lait maternel. Cela va faire le partir rapidement le bouton de fièvre et atténuer la douleur.

   14 ). Mal de gorge : Gargarisez-vous avec du lait maternel pour soulager la douleur due aux maux de gorge.

   15 ). Nez bouché  : Mettez quelques gouttes de lait maternel dans le nez bouché plusieurs fois par jour pour aider à dégager les voies nasales. Ça marche aussi bien chez les enfants que chez les adultes

   16 ). Varicelle  :Pour soulager les démangeaisons causées par les boutons de la varicelle, mettez quelques gouttes de lait maternel sur les plaies.

   17 ). Éruptions cutanées : Le lait maternel soulage les démangeaisons causées par les éruptions cutanées et les dermatites de contact chez les adultes et les enfants. Appliquez un peu de lait sur la peau plusieurs fois par jour.

  18 ). Désinfectant pour les plaies :Vous êtes loin de chez vous et vous devez soigner un petit bobo ? Un peu de lait maternel peut être appliqué sur la blessure jusqu’à ce que vous ayez accès à un autre désinfectant.

  19 ). Yeux gonflés et cernes : Mettez du lait maternel sur deux morceaux de coton que vous posez sur les yeux. Laissez agir quelques minutes pour éliminer les cernes et faire dégonfler les yeux.

  20 ). Substitut de lait  : Si vos enfants sont allergiques au lait de vache, vous pouvez le remplacer par du lait maternel dans la cuisson et la cuisine.

   21 ). Lubrifiant intime : Vous avez besoin d’un lubrifiant ? Le lait maternel peut vous être utile. Utilisez-le comme vous feriez avec n’importe quel lubrifiant intime.

  22 ). Croûte de lait Massez le cuir chevelu de votre bébé avec quelques gouttes de lait maternel plusieurs fois par jour pour aider à éliminer les croûtes de lait.

  23 ). Irritation de l’oeil : Mettez un peu de lait maternel dans un récipient stérilisé. Puis avec un compte-goutte propre, mettez une à deux gouttes de lait maternel dans l’œil pour soigner cette infection.

  24 ). Lèvres gercées : Grâce à ses propriétés hydratantes, le lait maternel peut être appliqué sur les lèvres aussi souvent que vous le souhaitez pour lutter contre la sécheresse de cette zone fragile et l’hydrater.

  25 ). Liquides pour lentilles de contact :Si vous vous trouvez avec des lentilles de contact sèches et sans produit hydratant, le lait maternel peut être utilisé pour aider à les humidifier. Appliquez-en un peu sur votre doigt, frottez vos lentilles, et c’est tout !

 » Colin Maillard  »…..

Colin Maillard : la Légende Sanglante à l’Origine du Petit Jeu

colin-maillart-enfants (1)( <= image du net )

   Colin Maillard, pratiquement tout le monde connait:  
  Qui ne s’est jamais  » pris une bûche  » ou cogné la tête en jouant, dans ses tendres années, à cette variante du jeu de chat où, les yeux bandés, il faut attraper ses petits camarades et les reconnaître en leur tâtant le visage ?
 Peut être même que les plus coquin(e)s de  »mes  » lecteurs  y ont joué à l’âge adulte…Mais çà c’est une autre histoire lol  ….

   Alors pourquoi évoquerais je  ce jeu de notre enfance, hormis la nostalgie ?
A cause de son nom,  » Colin Maillard  », qui est bien étrange d’après ce que j’ai lu …

  N.B : ( On peut écrire  » Colin Maillard  » ou  » Colin Maillart  ».
Les 2 orthographes sont admises et  liées  à l’origine du nom. )

   1 ) La première hypothèse consiste simplement à considérer qu’il s’agit d’un raccourci pour évoquer le fait que  » Colin poursuit Maillard  ».
Colin étant un diminutif de Nicolas, et Maillard un prénom de souche médiévale aujourd’hui inutilisée…

Pourquoi pas… 
   Si ce n’est que dans ce cas, il faudrait accorder Maillard au pluriel; or Colin Maillard est invariable.

    Plutôt que entrer dans un grand débat grammatical,( surtout que cette hypothèse n’est pas celle communément admise ) :

     2)   La suivante, qui elle , est souvent   » prise pour vraie  » ….

   Colin Maillart (avec un T cette fois) ferait référence à Johan Colley Malhars, un maçon-guerrier du pays Hutois évoqué dans  » La Geste de Liège  » : Une chanson de geste racontant l’histoire du Comté de Flandres qui aurait été écrite au 14ème siècle par Jean D’Outremeuse.

   Né dans une famille » nobliotte  » sans le sou, Johan Coley dut travailler dès son plus jeune âge.  » Taillé dans la masse  » et d’une force prodigieuse, il choisit le métier de maçon.

    En 998, le comte Lambert de Louvain déclencha une offensive afin de reprendre le comté de Huy au prince de Liège.
   Passant par là car venu  » retremper  » son marteau d’acier à Huy, Johan Coley, en bon patriote, décida de prêter main-forte aux Hutois assiégés.
   Ne pouvant enfiler aucune armure à cause de son  »gigantisme  », Johan se contenta de monter à cheval et se lança dans la bataille, son seul marteau à la main.

    Le molosse frappa si vaillamment , parait il , qu’à la tombée de la nuit, le comte Lambert sonna la retraite: il avait perdu 20.000 hommes tandis que les Hutois ne déploraient que 1.100 tués.

   Cet acte de bravoure valu à Johan Coley, quelques mois plus tard, d’être sacré chevalier par le roi Robert Capet (dit Robert II le Pieux, fils de Hugues Capet) qui, en hommage à son vaillant marteau, accola le surnom de Maillart (Malhars) à ses noms et prénoms.

   Johan Coley Malhars (francisé Jean Colin Maillart) participa dès lors à plusieurs autres batailles, toujours affublé de son maillet jusqu’à la bataille de Florennes où il fut blessé à la tête par les Brabançons.
   Les yeux crevés, le Hutois continua malgré tout de se battre, frappant tantôt au hasard, tantôt guidé par ses écuyers continuant ses ravages dans les rangs ennemis.

    Comme toute bonne chanson de geste,  » la Geste de Liège  »  n’est en rien prouvée  et la plupart des faits racontés relèvent objectivement de la propagande enjolivée  »à la gloire de qui de droit  ».

     Toujours est-il qu’elle permit à la légende de Colin Maillart de passer à la postérité en baptisant ce petit jeu enfantin, pourtant déjà pratiqué dans la Grèce Antique (sous le nom de  »  le jeu de la mouche de bronze  », évoqué dans les écrits de Pollux)

   Au fil des siècles, la limite entre légende et réalité tend à s’affiner :

   En effet , on trouve une référence sans équivoque au chevalier dans  » La Vent Paraclet  » de Michel Tournier en 1978 :

 »Ce guerrier gigantesque des Flandres qui se battait avec un maillet ; privé de la vue par une blessure, il fallut qu’un valet d’armes guidât désormais ses coups  »

 

Et si vous passez un jour par les Ardennes ( là d’où je viens ), faire une halte au Château de Landreville vaut la peine .
  On peut y admirer un  » portrait  » du légendaire guerrier sur une des cheminées de la demeure; ce château ayant prétendument appartenu à ses descendants exilés en France au 14ème siècle…johan-coley-landreville( Illustration trouvée sur le net ) 

 » çà roule pour lui  »…..

? Quoi  ben le  » Paris-Brest  »  la fameuse pâtisserie  : 

1 ) la vidéo de la fabrication du gâteau :

2 ) Petite vidéo  course cycliste  » Paris – Brest  » :

  Une chose est sur en ce qui me concerne  : Le cyclisme , je n’y connais rien et la pâtisserie , j’en mange volontiers , mais la fabriquer ????

    Alors pourquoi ce billet ? 

Parce que je me demandais quels rapports existent entre une pâtisserie  et une course cycliste portant le même nom ??

 Et …. La célèbre course entre Paris et Brest aurait été créée par un certain Pierre Giffard Résultat d’images pour Pierre Giffard  en 1891 ! …

Ce monsieur aurait demandé à un pâtissier de Maison-Laffitte de préparer une pâtisserie en forme de roue de bicyclette  Résultat d’images pour illustrations , images roue de bicyclette , en l’honneur de la course dont il était très fier .? 

Quelques pâtissiers perpétuent de nos jours la tradition des grands Paris- Brest comportant , comme à l’origine , des rayons en pâte à pain ….Ces gâteaux peuvent atteindre , parait il , des dimensions de 30 à 50 cm de diamètre  ! 

 

Là où il y a de la gêne , il n’y a pas de plaisir …..

 Comment un besoin impérieux , impérial même d’un  » pipi  » donna un vin ……

 » L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération  »
On connait la chanson… mais quand c’est bon, que peut on ? … la chair est faible.

Et justement !
   C’est bel et bien la faiblesse de la chair qui donna son nom à un célèbre vin rouge du grand bordelais : la Pissotière de l’Impératrice !

   En 1809, bien qu’un peu en disgrâce, Joséphine de Beauharnais est toujours l’épouse de Napoléon 1er.
  Et en tant que telle, celle qu’on surnommait  » la belle créole  » accompagne son impérial époux en campagne lors de la guerre d’Espagne.

  On a beau être impératrice, on n’en est pas moins femme et les besoins naturels n’étant pas  » impériaux mais impérieux  »  lol , l’impératrice fut contrainte de demander une halte d’urgence alors que le convoi traversait les vignes bordelaises.

   On s’exécuta et  » Jojo   » put dit on , se soulager dans la parcelle de Congaillard, à quelques encablures des vignes de Saint-Emilion.

   Non, ce n’est pas joli-joli mais que celui ou celle qui n’a jamais arrosé la nature  ose le dire !

  Toutefois, on peut  douter  que nos épanchements  aient eu les mêmes conséquences que ceux de Joséphine car de cette anecdotique pause pipi reste aujourd’hui un vinetiquette-pissotiere strictement produit à partir de cette parcelle par les vignobles Soum, dont l’étiquette sans ambiguïté vous permettra de reconnaître ce cru et de le goûter un de ces quatre si le cœur vous en dit !