Il y a environ …

119 ans :

Pour financer sa retraite , une américaine descend les chutes du Niagara dans un tonneau !

 

   Annie Edson Taylor était une institutrice américaine qui, à son 63e anniversaire, le 24 octobre 1901, est devenue la première personne à survivre à un voyage au-dessus des chutes du Niagara dans un tonneau. Ses motivations étaient financières, mais elle n’a jamais fait beaucoup d’argent de son aventure.

   Annie Edson Taylor est née le 24 octobre 1838 à Auburn, New York. Elle était l’un des huit enfants de Merrick Edson et de Lucretia Waring ; son père possédait un moulin à farine et est décédé quand elle avait 12 ans, laissant suffisamment d’argent pour assurer un confort matériel à sa famille. Elle est devenue institutrice. Au cours de ses études, elle a rencontré David Taylor. Ils se sont mariés et ont eu un fils, mort en bas âge. David est passé de vie à trépas peu de temps après. Veuve, elle a enchaîné les petits emplois, là où ils se présentaient.

   Finalement, elle s’est retrouvée à Bay City, au Michigan, où elle espérait devenir professeur de danse. Puisqu’il n’y avait pas d’écoles lui permettant d’exercer son art à Bay City à cette époque, Taylor a ouvert la sienne. Elle a déménagé à Sault Ste. Marie en 1900 pour enseigner la musique. De là, elle s’est rendue à San Antonio, au Texas, puis elle et un ami sont allés à Mexico pour trouver du travail. En vain, elle est retournée à Bay City.

   Désirant assurer financièrement ses dernières années, elle a décidé qu’elle serait la première personne à franchir les chutes du Niagara dans un tonneau. Taylor a utilisé un tonneau sur mesure pour son voyage, construit en chêne et en fer et rembourré avec un matelas. Plusieurs retards se sont produits dans le lancement du baril, notamment parce que personne ne voulait financer un suicide potentiel.     Deux jours avant la propre tentative de Taylor, un chat domestique a été envoyé au-dessus des chutes Horseshoe dans son baril pour tester sa force et pour voir si le baril se briserait ou non. Contrairement aux rumeurs de l’époque, il a survécu au plongeon et dix-sept minutes plus tard, après avoir été retrouvée avec une tête qui saigne, a posé avec Taylor sur des photos.

   Le 24 octobre 1901, le baril a été placé sur le côté d’une chaloupe à rames et Taylor est montée avec son oreiller porte-bonheur en forme de cœur. Après avoir vissé le couvercle, des amis ont utilisé une pompe à pneu de vélo pour comprimer l’air dans le canon. Le trou a ensuite été bouché avec un bouchon de liège, et Taylor a été mise à la dérive près de la côte américaine, au sud de Goat Island.

    Les courants du lac Niagara ont transporté le baril au-dessus des chutes canadiennes Horseshoe, qui ont depuis été le site de toutes les cascades de casse-cou à Niagara Falls. Les sauveteurs ont atteint son baril juste après le plongeon. Taylor a été découverte en vie et relativement indemne, à l’exception d’une petite entaille sur la tête. Le voyage lui-même a pris moins de vingt minutes, mais il a fallu un certain temps avant que le baril ne soit réellement ouvert. 

    Elle a brièvement gagné de l’argent en parlant de son expérience, mais n’a jamais été en mesure de créer beaucoup de richesse. Elle a écrit un mémoire et est retournée à Niagara Falls pour le vendre. Son directeur, Frank M. Russell, s’est enfui avec son baril, et la plupart de ses économies ont été utilisées pour des détectives privés embauchés pour le trouver. Il a finalement été localisé à Chicago, pour disparaître définitivement quelque temps plus tard.

   Elle a passé ses dernières années à poser pour des photos avec des touristes à son stand de souvenirs, essayant de gagner de l’argent à la Bourse de New York, évoquant brièvement un deuxième plongeon sur les cataractes en 1906, tentant d’écrire un roman, reconstruisant son aventure de 1901 dans un film, travaillant comme clairvoyante et fournissant des traitements thérapeutiques magnétiques aux résidents locaux.

   Taylor est décédée le 29 avril 1921, à l’âge de 82 ans, à l’infirmerie du comté de Niagara à Lockport, New York, et a été enterrée à côté du casse-cou né en Angleterre Carlisle D. Graham dans la section Stunter Rest  du cimetière Oakwood à Niagara Falls, New York. Ses funérailles ont eu lieu le 5 mai 1921. Elle a attribué sa mauvaise santé et sa quasi-cécité à son voyage au cours des chutes.

Recyclage  » artistique  »….

La sculptrice française Stephanie Kilgast s’ingénie à imaginer la transformation de déchets en écosystème dans sa série  » Discarded Objects  » .

      Boites de conserve, canettes et autres bouteilles plastiques revêtent une parure florale et corallienne,  » les couleurs de la vie reprenant le pas sur la pollution humaine  ».

Depuis 2017 elle travaille sur ces  »Discarded Objects» » où elle croît une biodiversité animale et végétale sur des objets trouvés ou des déchets, questionnant l’équilibre perdu entre les activités humaines et la nature.

   Après le recyclage de déchets en sculpture d’animaux de Arthur Bodalo  ( que j’ai du mettre aussi sur un de mes blogs  ) , voici quelques transformations de déchets en écosystème par Stephanie Kilgast, en images:

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-1 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-2 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-3 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-4 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-5 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-6 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-7 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-8-1 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

La-transformation-de-dechets-en-ecosysteme-par-Stephanie-Kilgast-9 La transformation de dechets en ecosysteme par Stephanie Kilgast

L’artiste au travail, en vidéo:

 » Faire chou blanc  »

   Je ne m’en plains plus , mais le plus souvent , mes articles , billets sur mes deux blogs n’amènent pas de commentaires , ne sont même pas lu : Je fais donc  » chou blanc  » , comme on dit chez moi ….

Mais….pourquoi cette expression , quel rapport avec une chou , même blanc ? Résultat d’images pour illustration chou blanc

    Après avoir cherché  » ici et là  » , je n’ai trouvé que très peu d’explication …..

  La plus plausible : D’une déformation due au  patois berrichon , dans lequel un coup se dit / prononce  » choup  » ..Et au jeu de quilles très populaire au 16 ème siècle : On disait de quelqu’un qui ne marquait pas qu’il  faisait un  » coup blanc  » : Le coup serait devenu chou  , et la couleur , le sens sont restés ….

___________________________________

  Vidéo jeu de quille  :

Au Luxembourg tous les transports en commun sont gratuits!

   Petit par la superficie, le Luxembourg peut tout de même être grand, dans le domaine des innovations.
   En effet, dès la fin du mois de février de l’année 2020, le Grand-Duché est devenu le premier pays au monde à adopter la gratuité totale pour les transports publics, sur l’ensemble de son territoire. Une mesure osée !

   Une initiative généreuse…Résultat d’images pour luxembourg carte

  Depuis le début du mois de mars de l’année 2020, le Luxembourg est officiellement la plus grande collectivité à mettre en œuvre la gratuité des transports sur son territoire.

   Avant lui, plusieurs villes avaient déjà tenté l’expérience. En effet, dès 1962, Commerce ( petite ville du comté de Los Angeles ) avait rendu gratuits les déplacements intra-urbains.

   Plusieurs villes américaines, allemandes, italiennes et belges avaient, par la suite, emboîté le pas avec des résultats plus ou moins concluants.

    La France, quant à elle, n’est pas en reste puisque la ville de Compiègne a rendu le bus gratuit depuis 1975, tandis que la communauté urbaine de Dunkerque est la plus grande agglomération (200 000 habitants) à proposer des transports gratuits pour l’ensemble de ses résidents.

    Généreuse sur le principe, cette tendance s’est par la suite accrue avec l’adoption de mesures semblables par des villes comme Tallinn et Kansas City (deux agglomérations d’à peu près 450 000 habitants), lesquelles proposent toutes deux la gratuité totale des transports en commun pour leurs résidents.

    Cependant, aujourd’hui, le Luxembourg va encore plus loin puisque la gratuité des transports ne s’applique plus simplement aux transports urbains (comme les bus et les trams), mais également aux trains circulant à l’intérieur du petit État (les touristes et les transfrontaliers pouvant également bénéficier de cet avantage).

Une décision qui pourrait faire tache d’huile ?

   Une mesure similaire  était déjà appliquée depuis août 2018, mais ne concernait alors que les moins de 20 ans.
   Désormais étendue à l’ensemble des personnes transitant sur le territoire luxembourgeois, la gratuité des transports devrait  rester permanente et  ( pourquoi pas  ) faire des émules.

   À son crédit, cette initiative est, avant tout, une mesure sociale favorisant le retour à la mobilité de personnes isolées et démunies.

    Elle représente également une opportunité économique pur les commerces situés  dans les centres-villes de communes moyennes, trop peu fréquentés par les piétons.

    Enfin, l’argument écologique est évidemment incontournable puisque des transports gratuits donneraient enfin envie aux citadins de circuler sans leur voiture.

La  » Sagrada Familia »

   Il y a 138 ans , le 19 mars 1882 , la construction de la basilique ( Sagrada Familia ) Prend une ampleur inattendue avec l’arrivée ( un an après la pose de la première pierre ) du jeune architecte  » visionnaire  » Antoni Gaudi Image illustrative de l'article Antoni Gaudí ….Qualifié d’avant-gardiste  artistique et audacieux , il imposa son projet et fit de ce monument le symbole  » le plus éclatant  » de la capitale catalane . ( au total , Gaudy y consacrera 43 ans de sa vie ! )

 

 La Sagrada Familia est un symbole de Barcelone. Deux millions de touristes viennent en Catalogne chaque année pour la visiter ce temple inachevé dont l’ouverture est prévue pour la fin de 2026. C’est ce que l’architecte actuel qui dirige le travail assure. 

L’initiative de construction :

   Le promoteur de la construction de la Sagrada Familia fut Josep Maria Bocabella i Verdaguer, un libraire dévoué et très cultivé qui fonda en 1866 « L’Association Spirituelle des Fervents de Saint Joseph ». Cette  » entité  » a collaboré à la diffusion du catholicisme à l’époque de la Révolution industrielle en promouvant l’idéologie conservatrice.

   M. Bocabella a visité le Saint-Père de Rome en 1872 et, au nom de l’Association, a donné une image en argent de la Sainte Famille. À son retour, il a visité la ville de Loreto, où il a été inspiré pour concevoir un temple expiatoire. Cela n’a pas eu beaucoup de succès et l’Association a mandaté l’architecte Francesc de Paula y Villar pour construire un temple qui n’était pas la copie servile d’un autre.

  En 1881, ils ont acquis le terrain limité par les rues de Majorque, Provence, Marina et Sardaigne avec une superficie totale de 12 800 m2 pour un prix de 172 000 pesetas (1034 euros ). Le travail a commencé en suivant un style néo-gothique conventionnel et à la Saint-Joseph en 1882, l’évêque Morgades a posé la première pierre.

   Francesco de Paula Villar démissionne en tant que directeur de projet ( en raison de divergences avec l’architecte Martorell ) , membre du conseil d’administration qui est également intervenu dans le projet et Josep Maria Bocabella Résultat d’images pour josep maria bocabella i verdaguer. Le 3 novembre 1883, Gaudí succéda à Francesc de Paula Villar i Lozano comme architecte de la Sagrada Familia, sur proposition de l’architecte Joan Martorell.

Sagrada Familia, achevé en 2016 ?

  Commencé en 1882… cela finira-t-il en 2026 ? Durée du projet : 144 ans !

Incorporation de Gaudi

   En 1883, Gaudi a repris le projet et l’a transformé selon son nouveau style architectural, en combinant le gothique avec des formes propres de l’Art Nouveau. Ainsi, le véritable style de l’église telle qu’elle est aujourd’hui a commencé avec l’intervention de Gaudí en 1883.

   Gaudi ajouta une fosse autour de la crypte déjà commencée afin que la lumière directe puisse entrer et ventiler naturellement. En plus , Gaudí a modifié les capitaux, ce qui amena un  »  différend  » avec Villar. De là, Gaudí a reconsidéré l’ensemble du projet et a développé l’idée d’un temple grandiose avec un plan en croix latine dans lequel il a déposé toutes ses connaissances architecturales.

Insolite ! ?

 »Rouler une pelle  » heuu????

 

   Comme chacun le sait , cette expression familière et argotique ,  signifie s’embrasser avec la langue. Plus précisément, embrasser une personne sur la bouche en se servant de sa langue. Autrement dit, faire un baiser  » appuyé  » sur la bouche.baiser

D’où vient l’expression ?

  Cette expression tirerait  son origine du verbe  » peloter  » qui remplaça  » patiner  » au 19ème siècle et qui signifiait caresser avec insistance. L’expression utilisée  à l’époque était , parait il   » rouler un pélot  » , dérivant de  » peloter  » qui, par déformation, donne rouler une pelle ou un palot. Si cette expression aujourd’hui peut aussi dire,  » embrasser érotiquement  » , au 17ème siècle, elle était employé par les joueurs de paume,  ( ancêtre du tennis ). En effet, avant les matchs, les joueurs  » pelotaient en attendant partie  », c’est-à-dire qu’ils s’échauffaient lors  de plusieurs échanges avant d’entrer dans le vif du jeu. Des sortes de   » préliminaires  » qui , plus tard , ont fini par donner au mot son sens actuel.

   » On  » dit aussi  :  » rouler un patin, galocher, rouler une galoche  ». En regardant l’expression  » Rouler un patin  »  de plus près, il est possible de penser  que ce soit une déformation du mot patte qui désignait un chiffon, mais cette définition  n’était déjà plus utilisée  au 19ème siècle.

   Autre possibilité : Un substantif tiré du verbe  » patiner  » qui signifiait, en argot  » caresser  » son partenaire. Le mot  »  patin  » pourrait aussi avoir permis à l’expression de durer avec l’essor des patins à roulettes  ??? , très en vogue il y a quelques années ..       

    Encore une autre explication, la  » galoche  » désigne une chaussure en argot. De nombreuses variantes existent,  » pelle  » en faisant partie et étant la plus fréquemment employée mais aussi  » saucisse  » ou  » escalope  » ????.

  Bref , à vous de juger bon de rouler une pelle ou pas, sans pour autant risquer de vous prendre un râteau ! lol 

 » le blues monday  » ?

 

 

blue

 

C’était en mars ..il y a….

environ 121 ans , le 10/03 /1899 exactement : Le permis de conduire était créé !

  Par décret , la détention d’un  » certificat de capacité  » par tout conducteur est rendue obligatoire sur tout le territoire français ..  » Nul ne pourra conduire une automobile s’il n’est porteur d’un certificat de capacité  » , indique le texte officiel . Le  » Sésame  » , qui prendra le nom de  » permis de conduire  » en 1922 est ,à l’époque , délivré par le préfet de la résidence du candidat , sur avis favorable du service des minespermis anglais

Apparemment , il n’y avait pas d’examen à passer à l’époque ? !

Ce sont toujours les ingénieurs des Mines qui sont chargés de vérifier l’aptitude à la conduite des futurs automobilistes.
Certaines modifications sont apportées et des règles de circulation édictées :

  augmentation de la limitation de vitesse à 30 km/h en rase campagne et à 20 km/h en agglomération,

    obligation de  » se ranger à droite  »,

     la constatation de mise en service du véhicule peut se faire une fois pour toutes sur un véhicule proposé par le fabricant qui délivre ensuite le certificat de conformité du type de véhicule,

  le préfet de département délivre alors un récépissé de déclaration dénommé  » carte grise  ».