Bééééééééééé! ?

chèvre (2)


Aux oreilles d’un être humain, tous les bêlements se ressemblent. Pourtant, comme nous autres homo erectus, les chèvres semblent avoir des accents différents, selon les régions où elles se trouvent. Une découverte incroyable qui rappelle que les animaux aussi ont une vie sociale.

Suivre le troupeau :

    Parler d’accents pour des animaux peut  sembler ,de prime abord , complètement farfelu.
   Pourtant, selon une étude menée par des chercheurs de l’université de Queen Mary ( à Londres) : les chèvres naines ont un bêlement distinct, suivant le troupeau dans lequel elles évoluent.

    Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont observé quatre troupeaux de chevreaux nains, pendant plusieurs semaines.

L’éducation des plus jeunes suivait toujours le même schéma.

    Dans un premier temps, les chevreaux ne quittaient par leur mère respective et reproduisaient ses sons.
   En grandissant, par contre, ils rejoignaient d’autres membres du troupeau et commençaient à uniformiser leur voix sur celle des autres chèvres.

   C’est ce comportement qui a permis de confirmer que chaque troupeau de chèvres avait donc un  »accent » qui lui était propre et qui découlait d’une interaction sociale, bien plus que d’une simple détermination génétique.

Des accents régionaux 

   Bien entendu , le cri d’une chèvre serait avant tout déterminé par des critères anatomiques, comme la configuration de son appareil vocal (qui a, lui-même, été programmé par des facteurs génétiques).

    Malgré tout, l’étude démontre, » sans appel  » ? , que les chevreaux  ( issus de mêmes parents, ou non )  développaient des accents semblables lorsqu’ils vivaient constamment ensemble.
    Il est donc  » clair  » que les chèvres s’efforcent de moduler leur cri en prenant pour modèle leur environnement social.
    Ce constat est d’autant plus  » criant  » ( c’est le cas de le dire  lol )  que les chèvres ont un répertoire vocal très limité, puisqu’on dénombre chez elle un petit nombre d’appels vocaux ; chaque variation locale est donc facilement identifiable.

     Toutefois, les chèvres ne sont pas les seules à pouvoir développer des accents.
D’autres mammifères (comme les éléphants, les chauves-souris, les baleines et les dauphins) auraient également une capacité étonnante à communiquer, en puisant , qui plus est , dans une large palette sonore.

   Il est donc  » fort probable  » que les accents régionaux soient très répandus chez de nombreux animaux qui nous entourent.

Incroyable, non ? ( il suffit d’y croire  ) 

Top 10 des œuvres d’art célèbres détruites par des cons, oups la boulette !

    N.B: J’ai trouvé ce qui suit sur le net , et n’ai  pratiquement pas modifié les textes ( même si des mots sont  » dits vulgaires ou grossiers  » ) :C’est une partie du charme de ce qui suit , à mon avis ) …..Par contre, après avoir contrôlé  : Ces histoires me semblent vraies ……

 

1) Le rêve, Picasso

En 2006, le propriétaire de l’œuvre s’était un peu lassé de son Picasso. Il faut dire que sa toile à quelques millions d’euros ne se mariait plus du tout avec le nouveau salon. Alors, comme il voulait la vendre, il l’a montrée à ses petits copains. Manque de bol, le proprio a mis son coude dedans, ce qui a fait un trou de 20 centimètres. Oup!

2 ) Des peintures rupestres de 15 000 ans

   En 1992, un groupe d’éclaireurs de France en sortie spéléologie ont effacé par mégarde des peintures préhistoriques. Tout ça parce qu’ils étaient en grande opération nettoyage de grottes.  ( Ils devraient faire un tour sur l’acropole d’Athènes, il y a un tas de pierres à déblayer ) lol .

3 ) La liberté guidant le peuple, Delacroix

En 2013, alors que le tableau se trouvait au Louvre-Lens, une jeune femme un peu  » cinglée  » a brandi un marqueur indélébile pour laisser  » un joli ‘ graffiti sur la peinture de Delacroix. Son tag faisait référence aux thèses conspirationnistes sur les attentats du 11 septembre ! Bref, la madame s’est vite retrouvée dans un service psychiatrique et le tableau a pu être nettoyé sans problème. C’est ainsi que nous pouvons encore voir » Madame Liberté se trimbaler le sein à l’air  ».

4) La Pietà, Michel Ange

 En 1972, un touriste hongrois un peu  » toc-toc  » déboule dans la basilique Saint-Pierre et attaque la statue de Michel Ange à coups de marteau. La vierge Marie en avait perdu son nez. Depuis, la statue a été réparée et se trouve derrière une vitre blindée. De son côté, le touriste s’est pris 8 ans de prison.

5) Fontaine, Marcel Duchamp

 En 1993, un homme décide de pisser dans le célèbre urinoir ! avant de lui donner un grand coup de marteau. Qu’on aime ou pas Marcel Duchamp, son œuvre n’en méritait pas tant. D’après le monsieur qui a fait ça, c’était un geste  »artistique  ». Ce même homme s’est tranché un doigt en 2002 pour les mêmes raisons. Sans être  méchant, on devrait lui expliquer que ce n’est pas parce qu’on fait n’importe quoi qu’on fait de l’art…

6 ) La Vénus au miroir, Vélasquez

   En 1914, la suffragette Mary Richardson s’attaque au tableau de Vélasquez avec un hachoir et fait sept entailles sur  »notre  » charmante Vénus qui n’en demandait pas tant. La toile a été parfaitement réparée et la petite Mary s’est trouvé une autre occupation en rejoignant le parti fasciste britannique.

7 ) La Cène, Léonard de Vinci

     Quand on voit ce qui lui est arrivé, on se demande comment cette fresque a pu parvenir jusqu’à nous. En 1652 on a percé une porte dans le mur et PAF ! on a amputé Jésus de ses pieds. Ensuite, les soldats de notre  » cher Napoléon  » se sont servis de la pièce où se trouve la Cène comme d’une étable. Autant vous dire qu’une peinture Renaissance ne fait pas bon ménage avec les chevaux. Pour finir, le bâtiment qui abrite la peinture s’est pris une bombe en pleine Seconde Guerre Mondiale. Mais bon, elle est toujours là……

8 ) Le Vase Portland

  Cette oeuvre d’art de la Rome Antique a survécu plus de mille ans presque sans encombre. Mais ça, c’était avant 1845, quand un type bourré a renversé une statue dessus. On a pu recoller les morceaux, et il est possible d’ en conclure qu’il n’est pas bon de mélanger alcool et musée.

9. L’acteur, Picasso

 Tout allait bien pour cette jeune étudiante en art jusqu’à ce qu’elle se casse la gueule et se prenne la peinture de plein fouet. Résultat : un gros trou de 15 cm dans un tableau estimé à 92 millions d’euros. Ça fait mal.

10 ) Des vases Qing du XVIIème siècle ( pas trouvé d’image ? )

 L’histoire  se passe dans un musée de Cambridge. Un homme, des lacets défaits et PAF les trois vases chinois de la dynastie Qing. Quand vos parents vous disent de faire vos lacets, c’est pas que pour vous  » faire chier  ».

Insolite…./ amusant….

Distributeur de rillettes !

Amateurs de rillettes à n’importe quelle heure du jour  ou de la nuit ? Direction Le Mans : Depuis un an , un distributeur automatique de la  célèbre spécialité régionale est installé place des Comtes-du – Maine , dans le centre de la ville ….C’est la  » vénérable  » charcuterie Wiest  qui en a eu l’idée ….La gérante de la charcuterie  , Emilie Goupille  explique au journalistes , qu’il y a 4 ou 5 ans , il avait eu  l’idée de mettre un distributeur à la gare du Mans avec les spécialités de la maison Wiest , mais l’idée n’avait jamais abouti ,que  le projet lui était resté en mémoire …Depuis , l’agrandissement du magasin lui a permis de concrétiser en partie son projet avec l’installation de ce distributeur juste à côté …..

Là où çà devient amusant , c’est que cette charcuterie  est connue depuis environ 75 ans pour……sa choucroute et ses produits alsaciens !

( ci-dessous la gérante devant le magasin

distributeur automatique rillettes

 » Je le jure  »

    » Rien que la vérité , toute la vérité  »  :

 

 

Tout le monde connait cette formule dites la main levée ? ou sur la bible ? serment C’est la phrase dites pour prêter serment ( au U.S.A , en Europe ? ) , chez les Grecs autrefois , c’était , paraît il tout à fait différent  : Résultat d’images pour images citoyen grectémoins

 Les grecs posaient leurs mains sur leurs testicules ! Mais pour quoi ? 

   Indice étymologique : Le mot testicule vient du latin  » testis  », qui signifie témoin. Ainsi on dit que, dans la Grèce antique, les témoins lors des procès devaient jurer de dire la vérité en posant leurs mains sur leurs bourses.

   D’ailleurs il existerait aussi  un proverbe romain  » Testis unus, testis nullus  », ce qui signifie  » Un témoin, pas de témoin ». Si une seule personne était présente lors d’un événement alors son témoignage ne valait rien. Il devait y avoir en plus un autre témoin…

     Par analogie on a dit que dans lors d’une agression sexuelle il y a un agresseur, le pénis, un agressé (un vagin par exemple) et un témoin (les testicules). D’où leur importance. On pose les mains dessus car ce sont elles le tiers, le témoin,  » celui qui a tout vu  ».

   Même si cette dernière interprétation est contestée, différents passages de la Bible confirme le geste en question. Quand un individu y jure de dire la vérité, il met effectivement sa main sur le haut de ses cuisses. Il pourrait s’agir là d’une façon pudique d’exprimer l’idée de mains posées sur les testicules.

   Quoi qu’il en soit, la racine entre témoin et testicule est bien la même, testis. Et ceci , à la fois chez les Romains et les Grecs.

N.B : En anglais Résultat d’images pour illustrations témoin dans tribunal anglaisc’est encore plus clair, puisque le verbe  » témoigner  » se dit  » testify  », encore plus proche donc de  » testicule  » .

   Il existe  une autre hypothèse selon laquelle les testicules s’appellent ainsi car elles sont le  » témoin  »  de la virilité des hommes. Et comme  » testis » est agrémenté d’une forme en  »culus » qui renvoie à toutes les  »petites »  choses, testiculus veut dire : petit témoin. Certains affirment même que les testiculus sont le petit témoin des grandes choses accomplies par le pénis !!

    Odon Vallet Résultat d’images pour odon valletdans un livre intitulé  » Le honteux et le sacré  » écrit que  » dans d’innombrables civilisations, les hommes prêtent serment en portant la main à leurs parties intimes  »

   Ne vous emm..dez pas à mettre un mots ( vous qui par hasard passeriez ) , j’ai l’habitude …..Mais , j’essaie de m’occuper …..

Les-GIFs-de-scenes-nocturnes-de-Nancy-Liang-1

Les-GIFs-de-scenes-nocturnes-de-Nancy-Liang-2

Les-GIFs-de-scenes-nocturnes-de-Nancy-Liang-3

Les-GIFs-de-scenes-nocturnes-de-Nancy-Liang-1

Les-GIFs-de-scenes-nocturnes-de-Nancy-Liang-4 (1)

Nancy Liang est une artiste de Sidney en Australie qui réalise de très poétiques Gifs de scènes nocturnes.( il y en a beaucoup d’autres  )N Yang( < = L’artiste )

  Une artiste multi-disciplinaire qui combine dessin, découpe et numérique pour réaliser ses images animées dans la nuit.

  Il faut dire que Nancy est une fervente noctambule, préférant le calme inspirant de la nuit depuis sa tendre enfance.( comme  » l’ermite – solitaire  » , mais sans art lol )

Interlude ….

Je  » vogue  » lol

bateau - mouche

     En fait, je cherche à m’occuper l’esprit mais pfff ! 

Alors : Un bateau – mouche ? 

    Les bateaux-mouches font partie du patrimoine de Paris, au même titre que ses monuments. Ils ont d’abord servi de moyens de transport, avant de permettre aux visiteurs de découvrir la capitale depuis la Seine. Mais d’où vient le nom de ces bateaux?

   Après quelques vagues ( çà va bien sur l’eau les  » vagues  » …) recherches :

   Les bateaux-mouches ont , parait il ,commencé à sillonner la Seine au moment de l’Exposition universelle de 1867. À cette époque, ils servaient de mode de transport.

  Et c’est le modèle conçu par des industriels lyonnais qui fut choisi par les autorités pour assurer la desserte fluviale de la capitale. Il s’agissait d’embarcations à vapeur, actionnées par des hélices. Elles pouvaient transporter de 300 à 400 personnes.

   Or, ces bateaux étaient fabriqués dans un secteur appelé le quartier de la Mouche. ( Ce nom lui venait des bras morts du Rhône, qui avaient reçu le surnom de  »mouches  »  ) .

   C’est donc en référence à ce nom familier que ces embarcations sorties des usines lyonnaises reçurent, par extension, l’appellation de  »bateaux-mouches  ».

bateau seine

 

 Une légende autour d’un nom ……

     Un des derniers bateaux-mouches encore en circulation fut acheté, après la Seconde Guerre mondiale, par l’industriel Jean Bruel  J.Bruel( apparemment pas de rapport avec P. Bruel  ) .   

    C’est lui qui créa, sous le nom officiel de Bateaux-Mouches, cette escadre de navires touristiques qui transporte encore aujourd’hui des milliers de visiteurs chaque jour.

    Le concepteur de ces bateaux-mouches d’un nouveau genre voulait leur donner une origine plus insolite. Aussi attribua-t-il la création de ces bateaux à un personnage imaginaire, Jean-Sébastien Mouche, dont il rédige la biographie.!!!!!

    Ce fondateur fictif des bateaux-mouches avait ,disait il , secondé le baron Haussmann, préfet de la Seine et initiateur de ces vastes travaux d’urbanisme qui transforment la capitale. Mais il aurait aussi fondé une police d’espions, connus, d’après son nom, sous l’appellation de  » mouchards ‘‘ !Afficher l’image source

   Au cours de l’inauguration des bateaux-mouches, en 1953, les autorités elles-mêmes, à commencer par le ministre des Transports, font référence aux exceptionnelles qualités de Jean-Sébastien Mouche, fondateur des bateaux du même nom.!!!!!

   Le canular a d’ailleurs la vie dure. Il n’est pas rare que des visiteurs, ou des Parisiens, se laissent encore abuser par cette origine flatteuse d’une des attractions touristiques les plus célèbres de la capitale.

 

 

 

 » Châtié  »langage de La  » Palatine  »…

  Heuuu : Au risque de choquer mes lecteurs éventuels , mais c’est pourtant vrai  !

  ( pratiquement tout recopié dans un magazine  ) :

   Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, le moins qu’on puisse dire c’est qu’Élisabeth-Charlotte du Palatinat (Elisabeth Charlotte, Prinzessin von der Pfalz en allemand), plus connue sous le nom de  » La Palatine  », a été une  » des grandes gueules  » de son époque.
Louis XIV la qualifiait d’ailleurs lui-même comme telle !

   Quand elle débarque à Versailles à l’âge de 19 ans, cette seconde épouse de Philippe d’Orléans, dit  » Monsieur  », frère du Roi, a déjà l’esprit et la plume sacrément aiguisés et entend bien s’en servir !

   Prolixe, on estime qu’elle entretint une correspondance de plus de 60,000 lettres à travers toute l’Europe, dont on a (malheureusement) pu conserver à ce jour qu’un petit dixième.
Mais quel dixième !!!!

   La plupart des lettres de la Palatine sont de véritables petits bijoux d’humour et de sarcasme saupoudrés de mots crus sur les personnes, le us et coutumes et les petits maux de la vie de cour.

Quand la Palatine aimait : elle le disait.
Quand la Palatine n’aimait pas : elle le disait aussi… et sans chichi !

 » Je suis trop franche pour écrire autrement que je ne pense  »
Et on vous en remercie chère Madame !

  Pétillante, drôle, avisée, droite, indépendante, parfois triviale et sans complaisance mais toujours juste dans ses affections ou ses ressentiments, celle qu’on a surnommé l’   » Océan D’encre  »

 » Madame Rêve… de Toilettes !  »  1694, Madame-Belle-Soeur-Du-Roi n’est plus vraiment la bienvenue à Versailles.
Elle n’aime guerre l’épouse morganatique de Louis XIV (Madame de Maintenon) et cette rancœur n’est pas du goût du vieux Roi

Elle passe donc une partie de son temps à Fontainebleau.

Mais celle qui fut la 2ème femme la plus importante de la cour de France a bien du mal à se faire à la rusticité du petit château de banlieue comme en témoigne cette lettre qu’elle envoie à sa tante adorée Sophie de Bohême, princesse-électrice de Hanovre, le 9 octobre 1694 :

 » Vous êtes bien heureuse d’aller chier quand vous voulez ; chiez donc tout votre chien de soûl.
Nous n’en sommes pas de même ici, où je suis obligée de garder mon étron pour le soir ; il n’y a point de frottoir aux maisons du côté de la forêt.

J’ai le malheur d’en habiter une, et par conséquent le chagrin d’aller chier dehors, ce qui me fâche, parce que j’aime chier à mon aise, et je ne chie pas à mon aise quand mon cul ne porte sur rien.

Item, tout le monde nous voit chier ; il y passe des hommes, des femmes, des filles, des garçons, des abbés et des Suisses.
Vous voyez par là que nul plaisir sans peine, et que, si on ne chiait point, je serais à Fontainebleau comme le poisson dans l’eau.

Il est très chagrinant que mes plaisirs soient traversés par des étrons.
Je voudrais que celui qui a le premier inventé de chier ne pût chier, lui et toute sa race, qu’à coups de bâton!
Comment, mordi ! qu’il faille qu’on ne puisse vivre sans chier ?

Soyez à table avec la meilleure compagnie du monde ; qu’il vous prenne envie de chier, il faut aller chier.
Soyez avec une jolie fille ou femme qui vous plaise ; qu’il vous prenne envie de chier, il faut aller chier ou crever.
Ah ! maudit chier !
Je ne sache point de plus vilaine chose que de chier.

Voyez passer une jolie personne, bien mignonne, bien propre ; vous vous récriez :  » Ah ! que cela serait joli si cela ne chiait pas !  »

Je le pardonne à des crocheteurs, à des soldats aux gardes, à des porteurs de chaise et à des gens de ce calibre-là.

Mais les empereurs chient, les impératrices chient, les rois chient, les reines chient, le pape chie, les cardinaux chient, les princes chient, les archevêques et les évêques chient, les généraux d’ordre chient, les curés et les vicaires chient.

Avouez donc que le monde est rempli de vilaines gens !
Car enfin, on chie en l’air, on chie sur la terre, on chie dans la mer.
Tout l’univers est rempli de chieurs, et les rues de Fontainebleau de merde, principalement de la merde de Suisse, car ils font des étrons gros comme vous, Madame.

Si vous croyez baiser une belle petite bouche avec des dents bien blanches, vous baisez un moulin à merde.
Tous les mets les plus délicieux, les biscuits, les pâtés, les tourtes, les farcis, les jambons, les perdrix, les faisans, etc., le tout n’est que pour faire de la merde mâchée, etc.  »

portrait de sophie de hanovre, tante de la palatine
Et la duchesse de Hanovre de répondre un argumentaire pro-caca imparable le 31 Octobre 1694 :
 » C’est un plaisant raisonnement de merde que celui que vous faites sur le sujet de chier, et il paraît bien que vous ne connaissez guère les plaisirs, puisque vous ignorez celui qu’il y a à chier ; c’est le plus grand de vos malheurs.
Il faut n’avoir chié de sa vie, pour n’avoir senti le plaisir qu’il y a de chier ; car l’on peut dire que de toutes les nécessités à quoi la nature nous a assujettis, celle de chier est la plus agréable.

On voit peu de personnes qui chient qui ne trouvent que leur étron sent bon; la plupart des maladies ne nous viennent que par faute de chier, et les médecins ne nous guérissent qu’à force de nous faire chier, et qui mieux chie plutôt guérit.

On peut dire même qu’on ne mange que pour chier, et tout de même qu’on ne chie que pour manger, et si la viande fait la merde, il est vrai de dire que la merde fait la viande, puisque les cochons les plus délicats sont ceux qui mangent le plus de merde. 

Les boudins, les andouilles et les saucisses ne sont-ce pas des ragoûts dans des sacs à merde ?

La terre ne deviendrait-elle pas stérile si on ne chiait pas ne produisant les mets les plus nécessaires et les plus délicats qu’à force d’étrons et de merde ? 

Les beaux teints ne s’entretiennent que par de fréquents lavements qui font chier; c’est donc à la merde que nous avons l’obligation de la beauté.  Sans la merde des fouines, des civettes et des autres animaux, ne serions nous pas privés des plus fortes et meilleures odeurs ? 

Demeurez donc d’accord que chier est la plus belle, la plus utile et la plus agréable chose du monde. […]

Vous étiez de bien mauvaise humeur quand vous avez tant déclamé contre le chier; je n’en saurais donner la raison, sinon qu’assurément votre aiguillette s’étant nouée à deux nœuds, vous aviez chié dans vos chausses.[…]

J’espère qu’à présent vous vous dédirez d’avoir voulu mettre le chier en si mauvaise odeur, et que vous demeurerez d’accord qu’on aimerait autant ne point vivre que ne point chier  »