La saint- valentin ?

Saint Valentin

 La Saint-Valentin, est considérée dans de nombreux pays comme la fête des amoureux. Elle a connu un réel développement en France depuis les années 80.

Une fête traditionnelle des pays anglo-saxons

    Au XIV ème siècle, l’habitude de former un couple au hasard aurait  été prise en Angleterre. C’est la coutume du « Valentinage ». Elle consiste à associer une jeune fille à un jeune homme, les deux avaient des obligations l’un envers l’autre durant une journée. Ces deux personnes devaient s’offrir des petits cadeaux et se faire des galanteries. Cette coutume d’échange d’amitié se serait  transformée petit à petit en fête des amoureux.         Depuis le XVIII, elle s’est généralisée en Grande-Bretagne, en Amérique du Nord, avant de se répandre en Europe.

 

Une fête de purification durant la Rome antique

   Pour certains, l’origine de la Saint-Valentin remonterait à la Rome antique. A l’époque, les  » Lupercales  » se fêtaient du 13 au 15 février. C’était une fête de purification, durant laquelle un bouc était sacrifié dans une grotte pour symboliser la fertilité. C’était également le moment où les jeunes gens tiraient au sort le nom de celle qui serait leur partenaire pour le restant de l’année.

Alors pourquoi  » SAINT  » ? 

 Hommage à un martyr de l’Église catholique

    D’autres pensent que nous devons la Saint-Valentin à un martyr de l’Église catholique, « Valentinus ». C’est un moine qui avait refusé de se soumettre à l’empereur Claude II. Ce dernier avait interdit le mariage pour que les hommes puissent partir en guerre, au lieu de rester avec leurs fiancées. Mais le prêtre avait continué d’unir les amoureux, défiant l’autorité de l’empereur. Ce qui lui aurait valu l’emprisonnement, puis l’exécution, un 14 février. En 494, le pape Gélase Ier l’aurait alors considéré comme « Saint patron des amoureux » et décida de le mettre à l’honneur chaque 14 février.   

Quoiqu’il en soit : Bonne fête à tous les amoureux qui liront ces mots …..amoureux 2

                                               _____________________________________________________

Il parait que c’est la fête de ceux qui s’ aiment  (eux même ? )chat-aimants , qui aiment quelqu’un …

La fête de ceux qui sèment ? Pourquoi pas  , s’ils sèment l’Amour ? pluie-coeur

  Je délire , j’en conviens , c’est que moi , la saint Valentin , je m’en  moque ! C’est plus la fête des fleuristesfleurs et bijoutiers ! bijoutier

saint-valentin-citron-offrir-cadeau-humour-1

La Chandeleur …

   Ce dimanche , c’était la chandeleur ……( je crois ) ….

   Que signifie la chandeleur  ?

Pour les chrétiens , elle est  » fêtée  » le 2 février ( sauf erreur du mécréant que je suis ) …..Elle correspond à  » la présentation de Jésus au temple  » ( selon leur loi , tout premier né de sexe masculin ( les filles ???? ) sera consacré au Seigneur ) . Le rite judaïque/ juif demandait aux parents d’un nouveau né de participer à une cérémonie de purification de la mère 40 jours après l’accouchement .Lors de cette cérémonie , un vieil homme serait entré dans le temple et aurait reconnu la  » nature divine  » du bébé en le prenant dans ses bras , il aurait vu la lumière éclairant les païens …etc…

C’est cet événement sacré  qui donnera pour les chrétiens le sens de la Chandeleur ,où ils célèbrent  » la lumière  » prodiguée par le Christ et est un symbole du renouvellement de la foi et de la pureté de la Vierge Marie ….

Et les crêpes ?

Beaucoup de traditions liées aux crêpes sont nées : En France, l’une d’elles consiste à tenir une pièce de monnaie dans une main et à retourner une crêpe en la jetant en l’air depuis la poêle : Si la crêpe retombe intacte ( plate et pas pliée ) ce serait signe de bonne augure pour les finances du foyer ….en plus , les plus superstitieux conservent la première crêpe dans une armoire :Là elle attirerait la chance ……( ma grand-mère le faisait , et à ma grande surprise , la crêpe conservée  restait intacte ( sans moisissure  etc….) jusqu’à l’année suivante ? !

Voilà pour les chrétiens ….Mais auparavant  ?

                      _________________________________________________________

      Dans l’empire romain, l’usage voulait de fêter les  » Lupercales  » à la mi-février …La période des Lupercales était riche en célébrations qu’on peut qualifier de  » débrider  » ( comme celles des  » Saturnales  » qui seraient à l’origine du Noël chrétien ). Les Lupercales se célébraient au Lupercal ( une grotte située au pied du Palatin à Rome , en l’honneur de Faunus , divinité des troupeaux et de la fécondité .

Il faut noter que le mois de février marquait dans la société fondée sur l’agriculture , une période important : Celle des premières semaillesmoisson

 

       _________________________________________________________

   En Europe du nord , la période correspond aussi à l’ancien culte celte / irlandais d’ Imbolc. Les paysans célébraient alors la divinité de la fécondité en organisant des  » parades aux flambeaux  …Il n’est cependant pas sûr que ces fêtes païennes aient directement engendré la fête connue aujourd’hui . La chrétienté se serait appropriée la date du 2 février  au moins à partir du  4ème siècle avant que l’événement ne soit  » officialisé  » par le pape de l’époque ….qui l’aurait étendu à l’ensemble de de la chrétienté , qui n’était pas encore divisée ( les églises catholiques , orthodoxes et protestantes n’apparurent que bien plus tard ).

…… 

 

Le père Noël ?

  Quelles sont les origines du Père Noël ?

   Les enfants qui ont été sages cette année encore, le Père Noël père Noël visagedevrait descendre de son traineau leurs  apporter des cadeaux ( les adultes aussi ? ) . Tout le monde voit à quoi ressemble « Santa Claus », mais  d’où il vient il ?
    Ce serait  au Haut Moyen-Âge que la fête de Noël prend ses racines. Si s’échanger des cadeaux autour d’un bon repas constitue une tradition païenne, la première figure de légende qui nous ramène au Père Noël voit le jour en Turquie en l’an 270 : il se prénomme Saint-Nicolas  St Nicolas, devenu évêque au cours de sa vie. On lui attribue plusieurs miracles qui lui valent d’être canonisé.
     Saint-Nicolas, le « patron des écoliers », se charge le 6 décembre de chaque année de récompenser les enfants sages avec des friandises et des jouets. Il a la même barbe blanche que le Père Noël, mais pour ce qui est de la tenue -mauve- ou de son mode de déplacement (un âne ),  » on repassera  »….
    Au XVIé siècle (très longtemps après sa disparition donc), la réforme protestante met fin à la fête de la Saint-Nicolas. Seul un pays d’irréductibles hollandais garde cette tradition et fait de Saint-Nicolas un personnage semi-laïc :  » Sinter Klaas  ».        Un nom qui traverse l’Atlantique, lorsque des immigrants du Pays-Bas débarquent en Amérique.
    Clément Clarke Moore  Clément C.More, Thomas Nast   Thomas nast more, quand le rêve américain opère :
   De l’autre côté de l’océan, où on s’habitue vite à cette joyeuse fête, la date de la distribution des cadeaux glisse peu à peu vers le 25 décembre. Le pasteur Clement Clarke Moore démocratise le personnage de  » Sinter Klaas » grâce à deux textes ( publiés en 1821 et 1823 ) qui le rendent plus débonnaire et le renomment  » Santa Claus  ». Afin de le rendre encore plus irrésistible, le légendaire Santa Claus est affublé d’un bonnet et de rennes pour tirer son traîneau rempli de présents.( On y est presque ) !
   L’image de Santa Claus se transforme de plus en plus pour donner le père Noël que l’on connait aujourd’hui. D’abord John Tenniel et Thomas Nast, deux illustrateurs de la presse dans les années 1880, en tire le portrait d’un vieillard bedonnant, vêtu d’un costume bordé de fourrure blanche et retenu par un large ceinturon de cuir. Thomas Nast établit également, en 1985, la résidence de cette nouvelle version de Saint-Nicolas au pôle Nord.
   Du vert au rouge pour une bouteille, des USA à la France  » pour une tragédie  ?  »
Ne restait plus qu’à s’arranger sur la couleur de la tenue. Si au départ ça penchait vers du vert rappelant la teinte des sapins, la volonté de la marque de soda Coca Cola coca colad’en faire une figure de proue de sa campagne promotionnelle a fait pencher la balance vers la couleur de ses bouteilles : le rouge ! En France, le personnage n’est rendu populaire qu’après la seconde guerre mondiale, notamment grâce à la comptine « Petit Papa Noël », hit de l’année 1946.

Paroles ( H Dès )

Qui c’est qui cloue
Qui c’est qui scie
Qui c’est qui tape tape tape tape
Qui c’est qui fait
Des petits jouets
Pendant toute l’année

Qui c’est qui cloue
Qui c’est qui scie
Qui c’est qui tape tape tape tape
Qui c’est qui met
Les petits jouets
Dans la cheminée

Qu’a la barbe blanche
Et un grand manteau
Qu’a la barbe blanche
Et sa hotte sur le dos
C’est le Père Noël
Père Noël
C’est le Père Noël
Pour mon joyeux Noël

Qui c’est qui cloue
Qui c’est qui scie
Qui c’est qui tape tape tape tape
Qui c’est qui fait
Des petits jouets
Pendant toute l’année

Qui descend du ciel
Une fois par an
Qui descend du ciel
Pour tous les petits enfants

C’est le Père Noël
Père Noël
C’est le Père Noël
Pour mon joyeux Noël

Qui c’est qui cloue
Qui c’est qui scie
Qui c’est qui tape tape tape tape
Qui c’est qui fait
Des petits jouets
Pendant toute l’année

Qui vient par les toits
Sur son grand traîneau
Qui vient par les toits
Apporter les petits cadeaux

C’est le Père Noël
Père Noël
C’est le Père Noël
Pour mon joyeux Noël

 

 

 

 

'' Avoir la tête près du bonnet '' ?

Cette locution proverbiale est utilisée pour indiquer un caractère si vif et si irascible que la moindre contradiction l’excite au suprême degré et ferait croire à de la folie. Effectivement, celui qui s’emporte démesurément perd l’usage de la raison d’une façon momentanée, car la colère est considérée comme une étape à la folie. C’est, du reste, la pensée des auteurs anciens, Tacite, Sénèque et Horace, qui émettaient que la colère est une courte démence. Ainsi Sénèque disait :  » Homo paratior irae  », l’homme plus porté à la colère ;  »Horace, celer est irasci  », il est prompt à se mettre en colère et l’historien  »Tacite, irae properus, enclin à la colère  » .

On peut attribuer à ce proverbe deux origines. Il fut un temps où, par plaisanterie, on appelait une pièce d’or bonnet jaune (bon et jaune), puis on a dit : Avoir la tête près du bonnet pour signifier : Avoir la tête près d’être bonne, c’est-à-dire mauvaise.

Voici l’autre origine ; elle est tirée de l’histoire. A la cour des Valois (XVe siècle) un personnage appelé le fou avait le droit de dire impunément aux princes les plus dures vérités. Les fous avaient un bonnet particulier qui était une marque distinctive de leurs fonctions : Avoir la tête près du bonnet signifiait donc : Être voisin de la folie. A cette époque-là, pour faire allusion au bonnet qui était la coiffure distinctive des fous, on disait : A chaque fou plaît son bonnet.

On rencontre aussi dans les anciens auteurs quelques exemples de l’emploi de cette locution : Ainsi, dans les contes de Des Periers (1777-1832) et dans Brantôme (1540-1614), tome II de ses œuvres complètes, on trouve la phrase que voici : Il veut bien que l’on scache (sache) qu’il a la tête si près du bonnet, qu’il ne pourrait jamais endurer qu’on lui fist (fît) la part. Il se trouve un exemple semblable dans un livre qui date de 1588 et est intitulé : Les après-disnées de Cholières :  »Je cognois le seigneur Rodolphe il y a longtemps ; il a la teste assez près du bonnet »

Pour terminer ces citations, il ne faut pas omettre ce qu’a dit Voltaire (1694-1778) à ce sujet : « J’ai pris mon parti sur tout et je jette mon bonnet par dessus les moulins, afin de n’avoir pas la tête si près du bonnet. » Les Italiens possèdent également ce proverbe et s’expriment ainsi : Avere il cervello sopra la beretta, ce qui veut dire : Avoir la cervelle au-dessus du bonnet.

@  » arobase  » ?

   clavier  

Avec l’habitude , nous ( je ) tapons sur les lettres et différents  » signes  /  »symboles  » du clavier d’un P.C …..Pour ce qui est des lettres : Pas de question , mais par exemple l’  » @  » d’où vient il ? 

J’ai lu que c’est l’ingénieur Tomlinson qui aurait utilisé le symbole @ fin 1971 pour d’envoyer le premier message électronique de l’histoire ….

L’origine de ce symbole est , parait il , très discutée ; il y a plusieurs  » hypothèses  » : @ seait une abréviation du latin qui aurait été employée dans toute l’Europe dès le 17 ème siècle . Dans le latin dit  » de chancellerie  » ,  elle correspondrait à la préposition latine  » ad  » avec l’idée de direction . Elle correspondrait à la première ligne de l’adresse de documents internationaux  , par exemple : @ Mr et Mme X…

 

 » être le benjamin  » et  » être l’aîné » ?

   Pourquoi dit-on  » être le benjamin  » ?
 La personne la plus jeune au sein d’un groupe est appelée le  »  benjamin  ». Cela est vrai au sein d’une famille dans une fratrie, mais pas uniquement. On peut aussi être le benjamin dans un groupe de retraités , il suffit  d’être le moins vieux !

    Si cette expression est apparue au XVIIIe siècle, son origine remonte à des temps bien plus anciens : 

    Dans la Genèse, au chapitre 37, on peut lire que Jacob a eu treize enfants, avec quatre femmes différentes. Or comme père, il avait une affection particulière pour le dernier né, qui se prénommait Benjamin.
   Benjamin était donc à la fois le plus jeune des fils de Jacob et son préféré.
Par la suite Benjamin dirigea l’une des douze tribus d’Israël, et ce prénom fut utilisé pour désigner l’enfant le plus jeune d’une famille, puis plus largement de tout groupe d’individus.

  Par contre , pour l’aîné ( ce que je suis ) , je n’ai trouvé que ceci :

  L’aîné est l’enfant de la famille né le premier.

    Entre deux personnes sans lien de fratrie, désigne le plus âgé. La place de l’aîné est particulièrement importante au sein de la fratrie. Le droit d’aînesse hier, mais aussi l’espoir que les parents portent sur lui encore font que l’aîné garde un sentiment de responsabilité sur ses cadet(te)s. Inconsciemment, la place de chacun des frères et sœurs au sein de la fratrie se trouve structurée selon le genre des plus jeunes ou des plus vieux ainsi que leur nombre. Les liens affectifs et moraux qui unissent une fratrie sont plus forts  lorsqu’il s’agit de jumeaux ou jumelles

Jarretière……origines :

Ce billet risque d’être long…..

On se calme messieurs ! Il ne sagit pas de cette jarretière lol ….Mais de  » l’ordre de la Jarretière  » dont l’emblème est :

    L’ordre de la Jarretière , qu’est ce que c’est ?

  L’Ordre très Noble de la Jarretière (en anglais : The Most Noble Order of the Garter) est un ordre de chevalerie anglais, fondé par Edouard III en 1348. . Ces  » chevaliers fondateurs  » étaient des hommes d’armes, entraînés aux batailles et aux tournois, dont certains n’avaient pas plus de vingt ans.
L’ordre de la Jarretière est le plus important ordre de chevalerie britannique, et l’un des plus prestigieux au monde.

    Y être admis  donne à ses membres le droit au titre de  » Sir « . Les bannières et armoiries des compagnons chevaliers sont suspendus dans la chapelle de l’ordre : la chapelle St. George à Windsor. chapelle ( Image ? )

   Chaque stalle est munie d’une plaque montrant le nom et les armes de l’occupant. Les bannières et armoiries restent en permanence au dessus de la stalle du chevalier, et ne sont retirées qu’à sa mort. St. George, patron des croisés, connu pour son combat face au dragon, est aussi le patron de l’ordre (tout comme de l’Angleterre). Le 23 avril,  » St. George’s Day « , est par conséquent, le jour anniversaire de l’ordre.
Au  Moyen Age, des femmes étaient associées à l’ordre, et, sans être membres à part entière, assistaient aux différentes réunions et fêtes. Mais, après la mort en 1509 de la mère d’Henry VII (Lady Margaret Beaufort), l’ordre devint exclusivement masculin, à l’exception des reines en tant que souveraines ; jusqu’à 1901 où le roi Edouard VII fit de la reine Alexandra une  » Lady  » de l’ordre. A partir de ce moment, d’autres femmes furent à nouveau admises dans l’ordre, et, en 1987, la reine Elisabeth décida que leur éligibilité serait la même que celle des hommes.
L’ordre a pour grand maître le roi ou la reine, et comprend, en outre 3 chevaliers royaux (le prince de Galles, le duc d’Edimbourg, le duc de Kent), 3 dames, 24 chevaliers anciennement choisis dans la plus haute noblesse, et 7  » extra knights  » (dont les rois de Belgique, de Suède, d’Espagne et le grand duc de Luxembourg). Il est parfois conféré à des personnalités étrangères. Pendant la majeure partie de son histoire, l’Ordre de la Jarretière fut exclusivement réservé aux personnes de l’aristocratie, mais aujourd’hui, en cas de places disponibles, les membres recrutés peuvent être d’origines diverses.

Ses origines :

  Les historiens en ont donné plusieurs , mais la plus  » probable  » ( celle qui me plait le plus aussi ) :

   Ce serait le roi Edouard III d’Angleterre qui institua cet ordre : Lors d’un bal à Calais ,la comtesse de Salisbury dont il était amoureux , laissa tomber sa jarretière , Edouard III la ramassa …….Ce geste du roi , fit rire la plupart des courtisans et gêna la comtesse , alors , le monarque , voulant montrer l’innocence de son geste et  » rectifier  » les idées des courtisans aurait dit :  » Honni soit qui mal y pense  » et juré que  » tel qui qui avait ri de cette jarretière ramassée s’estimerait heureux d’en porter une semblable  » …..

  En 1347 , Edouard III choisit 40 seigneurs auxquels il donna le nom de chevaliers  » du bleu jarretière  » , les engagea par serment  à observer les statuts du nouvel ordre , statuts qu’il avait établi et fait envoyer publier par ses hérauts en France, , en Ecosse ,Bourgogne, Hainault ,Flandre , en Brabant et en Allemagne pour le jour de Saint- Georges ( 23 avril ) de l’année suivante ..

  Le roi fit achever l’église de Winsor en 1348 et lui assigna des revenus considérables …Il donna aux évêques de Salisbury et de Vinchester le pouvoir d’ériger une collégiale de chanoines, autres membres du clergé et de pauvres chevaliers , ministres qui devraient y faire  » le service divin  » ceci en vertu d’une bulle du pape Clément VI …..Une nouvelle bulle pontificale , un an plus tard environ ,exempta cette collégiale de toute juridiction …..Ces 2 bulles fixaient l’institution véritable de l’ordre ( dont je ne mets pas les détails si ce n’est que chacun devait donner une aumône à sa réception pour l’entretien des membres n’ayant pas ou peu de revenus ( le chevaliers pauvres par exemple ) .Bien entendu , parmis les obligations figurait la règle que chacun devrait porter toujours , à la jambe gauche une jarretière bleue où figuraient, brodés d’or , les mots  » Honni soit qui mal y pense  » . L’habit de l’ordre habit de l'ordre , que les membres devaient porter en tous lieux ,la veille de la saint Georges jusqu’au lendemain soir ne consistait qu’en un manteau bleu , surlequel il y avait du côté gauche l’emblème de l’ordre …

 

 

 

 

La mayonnaise…!

Pourquoi  » plonger  » dans cette sauce ?

  Simplement ( si on peut dire) parceque j’en ai mangé ce lundi soir et la question s’est  » imposée  » lol 

Ce que j’ai mangé ( dans une assiette moins belle ) :

 

Mais qui a bien pu inventer la mayonnaise ?

   La mayonnaise serait née au XVIème siècle. Son origine est assez floue et pourrait , parait il , provenir de plusieurs lieux. Mais il semblerait que la sauce mayonnaise provienne d’Espagne ( plus précisément de Minorque, dans les îles Baléares ):

   En 1756, après le siège de la Valence par  de Richelieu, le cuisinier du maréchal de France tenta de reproduire une sauce qu’il avait vu faire sur l’île… Donnant ainsi naissance à la mayonnaise telle qu’on la connaît. Cependant, plusieurs villes et régions françaises revendiquent la paternité de cette sauce mondialement connue. Bayonne et Mayons (d’où son nom) en font partie ,  d’autres pensent à la région de Mayenne, comme Nicolas Lepreux, historien et linguiste, ou à la commune de Magnon, dans le Lot-et-Garonne.

   Enfin, on attribue aussi le nom de mayonnaise au maréchal Mac-Mahon, qui aurait voulu donner son nom à la sauce que lui aurait fait goûter son aide de camp au XIXème siècle… Son origine est donc pour le moins  floue, mais une chose est sûre : la fameuse recette a traversé les siècles pour arriver jusque dans nos assiettes.      N’en déplaise à nos médecins qui nous rappelleront ( à juste  raison ) que la mayonnaise est constituée de gras, avec plus de 90% d’huile…

Faire la mayonnaise  » à l’ancienne  » ( classique ) :

Mais faire  » sa  » mayonnaise est de plus en plus rare , en général, on l’achète en tube , aujourd’hui . Voilà : Passionnant n’est ce pas  ? 

 

 » Banania  » et les  » poilus  »….

Quel rapport entre et

  Comme chacun le sait , au mois d’août 1914 ,environ quatre millions de Français furent mobilisés ; venant de partout en France , ils sont regroupés , affectés principalement à la frontière avec l’Allemagne …..La guerre , les conditions difficiles entrainent un ralentissement de l’économie => Développer une marque paraît être une folie…..Mais pas pour le chocolat  » Banania  » !

Le fondateur de la société  ( Pierre François Lardet  ) choisit 1914  pour commencer à vendre de la  » poudre chocolatée  »  . Evidemment étant données les conditions économiques et sociales , à peine créée , la marque court à sa perte .

Un bon moyen de vendre est de mettre en avant l’esprit patriotique ( d’autres le font déjà : On trouve  » les godillots du poilu  » ,  » le savon du poilu  » etc…..)..La marque Banania décide donc de s’insérer dans le créneau du  » marketing de guerre  » ….en imprimant , sur ses pots de poudre chocolatée , l’image d’un tirailleur sénégalais …Ce dernier apparait avec un grand sourire  dégustant un bol  » réconfortant  » de Banania …. (Si , dans le contexte de l’époque , la réclame ne choque pas la population , ce ne serait certainement pas le cas aujourd’hui) ….

Pierre françois Lardet a même l’idée d’envoyer au front ses stocks de cacao pour éviter de les perdre ! ( Une quinzaine de wagons sont envoyés vers la frontière franco-allemande et le chocolat distribué gratuitement aux soldats  )….A l’époque, le chocolat est dans des boîtes en fer et , il faut le faire cuire lentement dans de l’eau ou du lait ……L’odeur du produit est très forte , et la légende veut que le souvenir du Banania était si fort que les soldats en réclamaient une fois rentrés chez eux …..

Une fois la guerre finie , le succès est immense ….Des tonnes de Banania sont vendues parait il , au prix de 2,50 francs la boîte ! 

( personnellement , je préfére , ai toujours préféré le café noir lol )

Je viens de voir  » Adieu poulet  » , alors ….

  Je me suis demandé pourquoi , on appelle les policiers  » poulets  » et……

  En 1871, durant l’insurrection de la Commune de Paris (qui  dura deux mois), de nombreux bâtiments furent détruits. Le 24 mai, ce sont  l’Hôtel de Ville, le Palais de Justice et la préfecture de Police qui ont été incendiés volontairement par les communards. Jules Ferry, alors maire de la capitale, décide de reloger les effectifs de la préfecture de Police dans une vaste caserne située sur l’île de la Cité, à proximité immédiate du fameux 36 quai des Orfèvres.

   Or cette caserne avait été construite à l’emplacement exact de l’ancien marché aux volailles de la capitale  . Il n’en fallut pas plus pour que les Parisiens baptisent les occupants de l’ancien poulailler les « poulets »

 

 

Ternoise Stéphane, ( bonus )

Les poules municipales

Il est sûrement des rapprochements
Que les élus
Préfèrent trouver farfelus
Mais les idées originales
Ont l’avenir mondial

Ainsi d’un côté
Des tonnes de déchets
Déchets alimentaires
Dont on ne sait que faire
Qu’il faut bien détruire
On n’peut pas tout enfouir

Pendant ce temps-là
Dans nos magasins
On vend pour presque rien
Des oeufs qu’une poule fermière
N’os’rait pas sortir
Des son petit derrière

Il est sûrement des rapprochements
Que les élus
Préfèrent trouver farfelus
Mais les idées originales
Ont l’avenir mondial

J’exige un décret
Gouvernemental
Une mesure radicale
Pour le bien des cités
Il faut instaurer
Les poules municipales

Les restes de salades
Les restes de grillades
Tout va à la brigade
Des poules municipales
Tout est recyclé
Plus besoin de brûler

Il est sûrement des rapprochements
Que les élus
Préfèrent trouver farfelus
Mais les idées originales
Ont l’avenir mondial

Où les installer
On va me d’mander
Dans chaque commissariat
Y’a bien un p’tit local
On pourrait mettre là
Les poules municipales

J’exige un décret
Gouvernemental
Une mesure radicale
Pour le bien des cités
Il faut instaurer
Les poules municipales

Il est sûrement des rapprochements
Que les élus
Préfèrent trouver farfelus
Mais les idées originales
Ont l’avenir mondial